Archives Mensuelles: mars 2014

Vues de la République (la place) – 3/3 –

De manière cuisante, le PS et ses alliés ont donc reçu hier le retour de « la gifle » municipale après deux années passées au pouvoir : peut-être que le simple terme idéologique de « socialisme » – qui n’était plus prononcé ou mis en pratique dans une politique si mal exprimée et clignant des yeux doux vers le patronat – devait se faire expédier en miroir dans ses buts.

Même si la « vague bleue » et le « tsunami FN » ont été un tout petit peu contenus par rapport aux prévisions météorologiques, la liste des villes enlevées à la gauche (155 municipalités de plus de 9000 habitants, 14 villes conquises par le FN et ses affidés) est impressionnante et historique.

Quant à celles maintenues dans le rose, elle n’est pas indifférente (Lille, Strasbourg, Metz, Dijon, Nantes…), celles perdues par le parti de la fille Le Pen sont à signaler (Avignon a fort bien joué le deuxième acte, comme, dans une autre dramaturgie, Brignoles !) et quelques grandes gueules du parti lepéniste, style Florian Philippot et autre Louis Alliot, renvoyées dans leurs vomitoires.

Grenoble est une belle exception, un pic de dépollution, et Lourdes, un signe divin.

Et puis, lot de consolation, Paris se voit dotée pour la première fois d’une maire socialiste, qui n’a pas sa langue dans la poche : Anne Hidalgo l’emporte haut les cœurs et garde la capitale comme emblème de ce que pourra ou pourrait être une ville ouverte, humaine et en avance sur le temps environnant.

Bérézina mon amour : les abstentionnistes ont gagné, ils ont les mains propres mais ils n’ont pas de mains.

Pourtant, le pays respirera encore et mieux sans doute si ses responsables sont à l’écoute des messages reçus du peuple qui s’est manifesté de manière démocratique. Il ne s’agit donc pas seulement du « gouvernement » qui doit modifier sa politique mais aussi du président de la République lui-même qui est mis en demeure, face à ce coup de tonnerre et avant l’échéance de 2017, de changer de véhicule (et de cylindrée), et d’accélérer maintenant, s’il en est capable, sur la voie du progrès et de la justice sociale.

Car la République attend François Hollande au tournant. La déception est un plat qui se mange chaud.

Rép10_DH

Rép11_DH

Rép12_DH

Rép13_DH

Rép14_DH

Rép15_DH

(The Dave Brubeck Quartet, Blue Shadows In The Street)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , , ,