Jean Cocteau dans ses habitations d’artiste [5]

La vidéo diffusée à la fin de la visite (l’excursion ou l’incursion) dans la maison de Jean Cocteau est le Portrait-souvenir réalisé par Roger Stéphane en avril 1963 pour la télévision française et disponible sur le site de l’Ina (à condition de payer 2,99 € pour accéder à son intégralité, soit 01 h. 33 min. 42 s.).

Au cours du film, non visionné dans toute sa longueur à Milly-la-Forêt, Jean Cocteau cite le nom d’André Breton. On sait que celui-ci n’aimait pas l’artiste : les raisons de cette inimitié sont peut-être explicitées dans le livre d’Henri Béhar, paru l’année dernière sous le titre Dictionnaire André Breton (Classiques Garnier).

Après ce document fixé dans la demeure même où nous sommes et dans lequel Jean Cocteau fait preuve d’une mémoire étonnante et d’un humour non démenti, nous allons dans le jardin tout près du château entouré par une douve.

On imagine alors le poète s’y promener furtivement, comme s’il avait plongé à l’envers – un pur effet cinématographique – et transpercé le miroir de l’eau qui rêve alentour.

Cocteau56_DH

Cocteau57_DH

Cocteau58_DH

Cocteau59_DH

Cocteau60_DH

Cocteau61_DH

Cocteau62_DH

Cocteau63_DH(Toutes les photos sont agrandissables.)

(Erik Satie, Gymnopédie N°3, orchestrée par Claude Debussy)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , , ,

25 réflexions sur “Jean Cocteau dans ses habitations d’artiste [5]

  1. brigetoun dit :

    Brigetoun : pense à se procurer le dictionnaire André Breton
    pour l’instant se borner à rêver avec les têtes dans cette lumière et  » transpercé le miroir de l’eau qui rêve alentour. »

  2. Superbe promenade, grâce à vous cher Dominique.
    Merci.

  3. Oui Brigitte, je me disais exactement pareil. Dictionnaire placé sur la liste des livres à lire.

  4. Merci pour cette semaine « en Cocteau » et cette conclusion en blanc et bleu, sous le ciel du poète, doublé en miroir d’eau. Merci aussi pour Satie qui complète si bien cet univers onirique!

  5. gballand dit :

    Agréable ce voyage gymnopédiquement accompagné… « bee crossing », c’est drôle, un hommage à l’humour de Cocteau ?

  6. Après la promenade furtive au milieu de cette petite monumentalité des têtes éparpillées dans le jardin — où glisse furtivement, à son tour. même dans cette journée de plein soleil, le fantôme inquiétant et fabuleux de Cocteau — les visiteurs rêveurs, un peu bouleversés depuis cette incursion-excursion, se trouvent de but en blanc dehors. La visite est terminée, on est tous dans la dernière photo. Inquiétante et fabuleuse elle aussi avec cette porte sombre se détachant dans la lumière naturelle comme un mystérieux trou noir…

  7. @ biscarrosse : je viens juste de rajouter un lien vers le film (1943).

  8. godart dit :

    Votre reportage lumineux à épisodes venait fort à propos en contrepoint du  » feuilletonnage  » déprimant de l’actualité politique française. Vous nous avez donné le recul nécessaire permettant de traverser cette semaine polluée au propre comme au figuré.

    • @ godart : Cocteau aurait donc été un antidote… ou une substance opiacée… ?

      • godart dit :

        De ce pas, j’effectue une demande auprès de la Sécurité Sociale afin que votre blog soit conventionné ( secteur 1 et 2 ).

        @ godart : nul doute que cela devienne une prescription ! 🙂 D.H.

  9. PdB dit :

    le truc à l’envers (pur effet cinéma oui) (génial) (comme les candélabres portés par des vrais bras dans « La belle et la bête ») c’est dans « Orphée » ou quoi ? (François Perier et Maria Casarès, quelles merveilles) (la politique tarifaire de l’Ina est due, en partie au moins, à celui qui va bientôt diriger Radio France – Matthieu Gallet- lequel va ériger le paiement des podcasts en alpha et oméga de la radio enregistrée de service public-car l’Ina est un service public, il m’avait semblé) (vague envie de vomir devant ce monde idiot qui rend les transports en commun gratuit par « précaution » : pourquoi pas toujours ? il s’agit de notre contemporain, hélas)

    • @ PdB : oui, il faudra payer d’abord le podcast de l’émission de France Culture, par exemple, et puis, la durée de celui-ci étant épuisée, repayer pour la réécouter sur le site de l’Ina.

      Il n’y pas de petits profits (pourtant, François Pinault, l’ami de notre Président et grand mécène, pourrait subventionner ou « sponsoriser » un peu plus le service public !).

      Sauf si « la » successeur(e) plus ou moins pressentie de ce Matthieu Gallet ne l’entend pas de cette oreille.

      D’accord avec toi sur la gratuité permanente des transports communs publics : il faudrait donc que la pollution dure toute l’année (mais on y va peut-être).

      J’ai testé l’offre ce matin (métro à l’aller, bus au retour) : ça marche ! Par contre (mais la Ratp n’y est pour rien), le film The Grand Budapest Hotel est plutôt ennuyeux et sans grand intérêt.

      • PdB dit :

        ah mince je voulais aller le voir… Tant pis j’irai quand même (ou pas)- (j’en sais rien) on verra… (Pinault la redoute, non ?) et puis j’ai moi aussi testé la Ratp gratuite et , ô surprise ! ça fonctionne parfaitement (comme quoi les bonnes idées…)

        @ PdB : méfie-toi de certains de mes avis ! D.H.

  10. …transpercer son nom propre, ce miroir Coct’eau…

  11. Laurence dit :

    Un grand merci pour cette merveilleuse promenade avec Cocteau et Satie qui lui va bien !

  12. Mieux tard, que jamais ! Très belles photos…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :