La journaliste « non-rééducable » Anna Politkovskaïa

Vue sur les planches du petit théâtre de l’Atelier, mardi soir, Femme non-rééducable, une pièce sur la vie de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, assassinée le 7 octobre 2006 à Moscou, et interprétée notamment par Anne Alvaro.

Cette actrice possède une présence – une véritable aura – impressionnante : les phrases qu’elle énonce, les gestes qu’elle lance, l’attitude qu’elle maintient sont sans aucun doute les représentations à chaque instant les plus justes du texte de Stefano Massini et l’image, jamais tremblée, de l’histoire racontée.

La journaliste Anna Politkovskaïa, victime de son indépendance et de sa conception du journalisme (« En Russie, 90 % des journalistes sont aux ordres du pouvoir, ce sont ses porte-paroles ») apparaît alors avec la rigueur et le refus de toute compromission dans ses reportages sur la guerre en Tchétchénie, dans ses interviews des combattants des deux bords : troupe hétéroclite de soudards, d’« orphelins », chômeurs, truands, payés par l’Etat russe, d’un côté, et, de l’autre, partisans de la « liberté » de leur pays et terroristes prêts à tout).

Sur scène, uniquement un deuxième acteur, Régis Royer, parfait, qui tient à lui seul un grand nombre de rôles (officier ou soldat russe, représentant du gouvernement de Moscou, premier ministre tchétchène de pacotille ou combattants ou preneurs d’otages…) et donne la réplique, les répliques (parfois à une cadence de Kalachnikov) à Anne Alvaro.

Celle-ci dispose d’une étendue et d’une finesse de jeu qui force l’admiration : sans jamais tomber dans le cri, la démagogie, la gesticulation, elle fait ressentir l’élan, le feu intérieur qui motivent  l’engagement de la journaliste (« dire uniquement les faits ») et finiront par la consumer, ce dont elle a conscience peu avant qu’elle soit exécutée à son domicile.

Régis Huby, au violon, se déplace lentement en arrière-plan et la musique participe de la fusion/distanciation avec l’événement (dé)composé de massacres (les « fagots humains »), de fosses communes, de cadavres, de blessés, d’ordures, de grenades, de bombes, d’immeubles écroulés.

L’écran blanc rectangulaire n’est pas une seule fois encombré par des photos ou des vidéos de l’époque qui ramèneraient la représentation à un simple documentaire : la force réside bien dans les mots, les échanges entre les deux personnages, la géographie esquissée, les journées d’enquête dans les hôpitaux ou les casernes de Tchétchénie, les interrogatoires subis après chaque article « non-conforme ».

Ces temps derniers, on parle beaucoup de l’Ukraine et de la Crimée et la Tchétchénie semble avoir complètement disparu de l’actualité : l’ogre russe s’est trouvé une nouvelle  proie.

Mais la figure d’Anna Politkovskaïa – cette « femme non-rééducable » – demeure et irradie ici, à Paris, grâce à la mise en scène sobre et inventive d’Arnaud Meunier (soudain : ce souvenir) et plus que jamais « en ligne » avec ce qui se déroule toujours et encore sous la férule et maintenant les blindés de Poutine.

Atelier 18.3.14_DH(Théâtre de l’Atelier. Cliquer pour agrandir.)

Tagué , , , , , , , , , , ,

11 réflexions sur “La journaliste « non-rééducable » Anna Politkovskaïa

  1. brigetoun dit :

    oui : à suivre les journaux on a des indignations/passions/oublis successifs avec telle automaticité qu’on se demande ce qu’ils ont de vrai
    oui : Anne Alvaro (pas vue là bien sûr, mais souvenirs) est une belle artiste et qui se voue généralement à des textes importants (ceux que l’on dit engagés)

  2. @ brigetoun : quand un acteur ou une actrice parvient à se mettre véritablement « dans la peau » de quelqu’un qui a vécu, la performance vaut salut (et rappel).

  3. Si dans les pays soumis aux dictateurs la vérité est suffoquée a priori et souvent tuée, comme il est arrivé â la journaliste russe Anna Politkovskaïa, dans les pays « libres » nous vivons dans une époque où, la vérité, même si toujours « révolutionnaire ». ne suffit pas, apparemment à isoler le Mal en affaiblissant les ogres.
    Je suis d’accord avec le mot « admiration ». J’admire le talent et la détermination de tous ceux qui ont mis en scène cette pièce courageuse.

    • @ biscarrosse : étrange que celle-ci (la pièce) soit tombée en plein au milieu de l’impérialisme à nouveau déployé de Poutine. On imagine les articles qu’aurait pu écrire Anna Politkovskaïa sur celui-ci et la Crimée…

  4. Merci pour cette actualité brûlante. On a l’impression qu’un « clou chasse l’autre », mais face à « l’ogre russe », les clous seront tous écrasés. Nous remettre en mémoire cette femme exceptionnelle redonne l’espoir que l’intelligence et la tolérance des différences finiront par triompher de toutes les dictatures, nourries de violence et d’ambition négative.

  5. Bon ! Article nécessaire en ce moment difficile pour l’équilibre du monde. Bienvenu donc cet hommage à cette femme « non-rééducable »!

  6. @ claudiapatuzzi: sa voix manque en ce moment !

  7. NP dit :

    Anne Alvaro est comédienne d’abord avant d’être actrice. Ce n’est pas tout à fait la même chose. Elle vient du théâtre et on l’entend aussi très souvent dans des fictions de France Culture qui sont toujours de grande qualité. Elle donne à un texte tout ce qu’il peut renfermer avec intelligence et émotion. C’est une très grande comédienne. Merci Dominique pour lui avoir rendu cet hommage.

  8. @ NP : j’ai utilisé le terme « actrice » au sens générique du terme… (elle « agit » et c’est même ici un engagement politique).

    On parle aussi bien d' »acteurs de théâtre » que d’acteurs de cinéma.

    Le terme « comédien » me semble même réducteur dans le cas d’Anne Alvaro (la pièce n’est pas une comédie mais bien un pan d’Histoire en acte).

    Merci pour votre passage.

  9. […] Paris, et qui retraçait avec précision, force et justesse l’engagement et la lutte d’Anna Politkovskaïa pour un journalisme libre. Elle sera exécutée chez elle à Moscou, le 7 octobre 2006 (le jour […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :