Archives du 22/04/2014

Étape aux estampes, à Gravelines dans le Nord – 3 –

Les écoliers sont passés juste avant nous, ils admiraient les presses et les images sous vitrines ou accrochées aux murs. L’art peut être compris et apprécié par tout le monde.

Ensuite, nous avions le musée de Gravelines pour nous tout seuls, avec son architecture magnifique, son éclairage « à point », ses indications suffisantes (renforcées par le film vidéo projeté dans la petite salle où peuvent se tenir trois ou quatre personnes).

On aurait pu imaginer que les machines de l’entrée soient en fonctionnement et qu’un artiste (ou un artisan) les fasse tourner pour notre plus grand plaisir. Mais difficile d’atteindre sans doute, et en si peu de temps, à la beauté de certaines œuvres exposées ici, une fois achevées et « fixées » ainsi dans leur aboutissement têtu, volontaire et permanent.

Gravelines19_DHJames Ensor (1860, 1949), Le roi peste, 1995 (matrice) – 1922 (tirage), eau-forte.

Gravelines20_DH

Gravelines21_DH

Gravelines22_DH

Gravelines23_DH

Gravelines24_DH

Gravelines25_DHMaurice Maillard (1946), Mirage des aiguilles, 2003, aquatinte, lavis d’acide et rehauts d’eau-forte.

Gravelines26_DH

Gravelines27_DHIroko Okamoto (1957-2007), La Pluie VI, 2006, cuivre gravé à l’eau-forte.

(Toutes les photos sont agrandissables avec, le cas échéant, d’autre cartels à décrypter.)

(Wes Montgomery, The Joker)

 [ ☛ à suivre ]

Tagué , , , ,