Images peut-être « stroboscopiques » près du moulin de Boeschepe (59) ou en s’éloignant

Le 19 avril, nous étions encore dans le Nord et sommes allés rendre visite au moulin de Boeschepe en attente de rénovation.

Il est vrai qu’il s’appelle Le moulin de l’ingratitude.

Les éoliennes remplacent désormais (sauf sur le plan alimentaire) ces édifices – on était montés, il y a des années de cela, par l’échelle en bois plutôt vertigineuse, jusqu’au saint des saints où nous avions acheté des petits sachets de farine fabriquée sur place.

Mais le Nord n’est pas un si « plat pays » que dans la chanson : le mont Noir, le mont des Cats… brisent l’apparente horizontalité du paysage.

Il est vrai aussi que celui-ci pratique souvent la contrebande.

Boesch1_DH

Boesch2_DH

 Boesch3_DH

 Boesch4_DH

Boesch5_DH

Boesch6_DH

Boesch7_DH

Boesch8_DH

Boesch9_DH

Boesch10_DH(Toutes les photos sont agrandissables.)

(Opeth, Blackwater Park, Harvest)

Tagué , , , , ,

14 réflexions sur “Images peut-être « stroboscopiques » près du moulin de Boeschepe (59) ou en s’éloignant

  1. brigetoun dit :

    merveilleuses photos et éventuellement nourrissantes
    promenade calme en paysage large

  2. Dom A. dit :

    La fraude est à droite, la hauteur de vue plutôt à gauche.
    (j’aime bien l’homme penché en bleu)

  3. gballand dit :

    Des noms de moulin, de maison et de rue qui en disent long…

  4. J’aime cette promenade, à l’ombre des ailes des moulins, où le reflet des nuages sur fond bleu nous fait rêver aussi. Belle Promesse de récoltes abondantes et de pains croustillants s’il nous en reste un peu après confiscation fiscale et caprices météorologiques du nord. Mais nous ne sommes pas des martyrs, profitons de ce beau dimanche et du plaisir de vous suivre sur ces sentiers ventés.

  5. Le ciel de papier ne faisant qu’un avec l’inscription « À notre rêve », s’insère parfaitement dans la séquences des photos, où finalement la campagne prend le dessus. Des cieux bleus se succèdent magnifiquement en nous rassurant sur cette oasis assez éloignée de Paris. Et pourtant deux découvertes nous inquiètent : on est tout près de la patrie de l’Abbé Pierre (qui autant d’énergies avait consacrées aux sans-abri du canal Saint-Martin) ; on frôle d’ailleurs le Moulin de l’ingratitude… En attendant des pèlerinages réparateurs, on découvre que pourtant le paysage serait dangereusement hanté par la contrebande !

  6. J’aime cette promenade qui, avec son bleu et son vert, bien s’adapte à la « tranquillité » du dimanche (ou pseudo-dimanche !).

  7. Zoë Lucider dit :

    Qu’est-ce donc dans la benne, des pommes de terre ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :