Paysages sans musique ?

En réalité, pourquoi faudrait-il plaquer de la musique sur un paysage ou sa représentation photographique ?

Un paysage est musique en lui-même : ses couleurs sont des notes, les fils électriques qui le traversent leurs portées, et la baguette du chef d’orchestre se trouverait, dit-on, dans le ciel, donnant leur cadence aux nuages.

Sur ce blog, il n’y aura d’ailleurs plus de musique de la même manière qu’avant (un jour, il n’y aura sans doute plus de blog), mais est-ce important, au fond ?

La nouvelle version de WordPress, dite 3.9, est merveilleuse !

Les anciens posts de Métronomiques (celui du 28 avril a marqué la rupture) ont soudain presque tous perdu leur accompagnement musical : sans doute était-ce redondant, superflu, ça tournait en boucle, et qui les écoutait ?

Une histoire de « thème » ? Vous avez dit Chunk ou bug ? Un peu chinois, non ? « Un gros morceau… un quignon… » (ça ne mange pas de pain pour les informaticiens).

Les nouveaux posts se mettent dorénavant ici à l’unisson – si j’ose dire – et maintenant le silence pourrait idéalement régner le temps de la lecture, juste troublé par le léger frottement dans l’air pendant l’aller et retour des yeux sur l’écran, et l’image (sauf en cas de voix importune enregistrée, mais ce n’est pas le même genre de fichier) se dresser alors, hiératique, seule, impériale, et le texte, s’il y en a un, se dérouler de manière inexorable jusqu’à son terme sans aboutir à une sorte de fanfare terminale peu discrète et, pour tout dire, parfois gênante.

Alors que chacun peut créer, imaginer, fantasmer, délirer, lancer des sonates, des symphonies, des rumbas, des cake-walks, des tangos, des one-steps, des valses lentes ou rapides, des blues, des impros illimitées, des musiques répétitives (plusieurs fois), ou concrètes, ou modernes, ou contemporaines, sur ce qu’il regarde : soyons créatifs, ne nous laissons pas dicter nos bandes-son, choisissons-les dans nos iPod intérieurs, dans notre « play-list » mentale.

Pourtant il reste possible, même pour ceux qui utilisent encore des blogs préformatés de manière industrielle, d’introduire tout simplement un lien sentimental vers une source musicale cachée sous les lignes et les mots.

« Ce rapport de Courbet au paysage qui l’entoure, dont il se sait et se veut entouré (il est significatif que le tableau dans le tableau, celui qu’il est en train de peindre dans L’Atelier, soit justement un paysage), la source de la Loue en est la condensation. Cette fois (et toutes les fois, dans toutes les versions), il n’y a plus de bords, plus de ciel, les Sources sont des plans rapprochés qui ne cadrent que leur sujet, et rien d’autre. Parce que ce sujet, le jaillissement de l’eau hors du trou noir situé tout en bas de la haute falaise grise qui ferme le fond du vallon, non seulement se suffit à lui-même mais a la valeur, la résonance et la densité d’un point : l’infini dont parle Élisée Reclus est là, mais comme non déployé, sur un seuil. » (1)

Sois calme, ô mon paysage…

Paysages1_DH

Paysages2_DH

Paysages3_DH(Le 20 avril, route reliant Lille à Paris. Cliquer pour agrandir.

_________________

(1) Jean-Christophe Bailly, Le dépaysement, Voyages en France (Éditions du Seuil, 2011, Points 2012 N° 2888, p. 302-303).

Tagué , , , , , ,

22 réflexions sur “Paysages sans musique ?

  1. tu introduis Miles chez nous, fais l’éducation musicale de mon aînée

  2. brigetoun dit :

    j’aime bien le silence sauf imposé
    je n’ose dire que j’aime la façon dont la frustration se dit là
    je refuse l’idée lue du coin de l’oeil du plus de blog
    j’aime infiniment les photos grandes du paysage infini (ou presque)

    • @ brigetoun : La tentation de mettre la clé sous la porte fait sans doute partie de la mise en ligne quotidienne… (surtout quand elle est aggravée par les incohérences des « évolutions » du système choisi).

  3. gballand dit :

    Le silence ne fait pas peur aux lecteurs et nous choisirons ou non une bande son intérieure 😉

  4. @ gballand : c’est gentil (mais, tant qu’à faire, le système aurait dû effacer les noms et titres de tous les morceaux indiqués auparavant).

  5. Dom A. dit :

    Il faudra s’y faire: tous les paysages seront désormais traversés par les lignes à Très Haute Tension (THT)

  6. L’idée d’une portée musicale dessinée par les fils des lignes à haute tension, était aussi le mienne quand j’étais enfant, et les notes étaient les petites boules rouges et blanches disposées pour indiquer leur présence aux avions . Leur chant aussi était beau lorsque le vent jouait dans les fils, mais pas autant que celui de Miles Davis.
    Vos Phrases et photos peuvent se passer de musique puisqu’elles nous font l’imaginer, il est interdit d’arrêter et de nous laisser ainsi dans le silence !

  7. Sois calme, ô Dominique !
    Tu as parfaitement raison, et tu anticipes ce que nous tous allons découvrir quelques temps après. Donc il faut bien croire qu’on est menacés ou plutôt trompés : d’abord l’illusion la plus séduisante après la déception la plus cuisante, le retour à l’âge de la pierre.
    Pourtant je partage tout ce que les autres commentaires disent et j’ajoute que dans cette lutte quotidienne pour sauver l’expression libre gardant un fil d’espérance sur le destin des humains, tu fais vraiment quelque chose d’exceptionnel.

    • @ biscarrosse2012 : il faudrait que je puisse revenir, pour mon blog et ses articles anciens, à la version antérieure 3.8 mais j’ignore si c’est possible… et comme WordPress et son « assistance » (sic) ne répondent pas, j’en resterai donc au stade de la pierre mal taillée (un genre de lithogravure numérique).

  8. Désormière dit :

    Les commentaires sont désormais… fermés. C’est étrange, 30 commentaires auraient suffi ? Peur d’une avalanche de contestations et constatations ? Sur la toile, la plupart du temps, les dites améliorations nous compliquent les choses quand elles ne les rendent pas brusquement impossibles. Internet espace de notre liberté ? En tout cas bon exercice pour tenter régulièrement de la retrouver.

    • @ Désormière : c’est un genre d’exercice dont on se passerait volontiers (ou vous voulez parler de la liberté sans Internet ?)…

      Mais avoir choisi Jimmy Smith pour baptiser leur zinzin qui a bousillé mon lecteur audio (et peut-être celui d’autres utilisateurs du modèle « Chunk » ?), il fallait oser le faire !

  9. houla, on sent comme un sérieux p’tit coup de blues, non ?

    • @ Chesnel Jacques : quand, sur ton blog, tu as mis, presque tous les jours, un lien musical que tu aimes, pour accompagner ton « post » ou l’enjoliver ou lui donner une autre dimension ou pour faire rêver ou pour t’amuser ou pour faire découvrir un univers…

      … et puis quand tu découvres soudain que l’accès à toute cette musique a brutalement disparu à la suite d’une « mise à jour » pilotée par des techniciens apparemment aveugles ou sourds, ça te fait juste un peu quelque chose.

      Enfin, il reste toujours les noms et les titres des morceaux de musique.

  10. PdB dit :

    on peut aller sur ce lien (je le tiens de KMS), un pianiste nommé Nils Frahm, qui donne une musique apaisante (les techniciens n’ont jamais rien entendu : ils font où on leur dit de faire) (il nous reste les liens) (et la tentation de la clé sous la porte, en effet, sous tous les billets : mais non, on continue…!!!) (et merci)

    • @ PdB : j’aurais pu laisser ton « imagette » (c’est aussi une solution, pour un blog) mais je trouve que ça prend trop de place dans un commentaire.

      Il ne faut jamais laisser un lien YouTube tout seul…

  11. Très beau Dominique, comme quoi l’absence de musique est peut-être source d’inspiration, ce point d’où jaillit la phrase!

    • @ Julien boutonnier : Tu peux quand même discerner dans le texte un « lien sentimental », mais ce qui m’ennuie – ou me chagrine – le plus, c’est bien la disparition non expliquée de tous mes liens musicaux sur les posts depuis le début de ce blog !

      Ceci dit, je sais bien que les mots ou les images ont leur propre musique, mais j’aimais aussi pouvoir jouer de cette harmonie supplémentaire.

      Le silence de WordPress face à mes réclamations montre quelle considération ils portent à leurs « clients » (car ce blog n’est pas totalement gratuit puisqu’il faut payer annuellement 20 $ pour obtenir l’utilisation du lecteur audio mp3 effacé et désormais absent).

  12. J’aime la dernière photo… on semble sentir la musique du vent qui souffle et l’écho de ta voix contre le ciel… (Je ne changerais rien de mon vieil blog ! )

  13. @ claudiapatuzzi : mon blog est maintenant comme un film muet… (ça a peut-être du charme).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :