Quadrilatère vosgien

Demeure rose symbole d’une

estampe avec aussi le noir

souvenir architectural des

compositions enfiévrées du

père Hugo tapotis lointain

dans l’île tables à cheval

et tournantes folles libre

aplat des murs épais de l’

abri de Jersey voix infime

et infirme des disparus en

mer les pieds tapent aussi

les enfants ressuscitent à

l’appel gazouillis de Gaza

bombardé écrasé enfoui aux

missiles missionnaires des

forces aveugles père Ubu à

la manœuvre ici la paix se

dore au soleil terrasses à

foison les oiseaux sans la

carapace guerrière le demi

se boit frais les femmes à

vélo montrent leurs jambes

bronzées on galope on crie

on rit on sourit l’été s’y

prélasse vacances romaines

le père Obus caché si loin

retour place des Vosges et

le temps couperet caresses

et baisers envolés déjà le

bd Beaumarchais écrase les

voitures et motos bruit du

maelström urbain ambulance

attendue sang étalé sur le

bitume toile rouge et noir

d’un jour abrupt et brutal

ciel bleu sur sol poisseux

l’existence sonne comme un

coup de frein si désespéré

2014-08-26 15.07.26 Serenite_DH(Paris, 26 août. Cliquer pour agrandir la photo.)

Tagué ,

16 réflexions sur “Quadrilatère vosgien

  1. brigetoun dit :

    belle évocation du quartier (ma première adresse hors famille) et de cette place chère à tous les sens du mot

  2. Sur cette place, où passe la vie et les souvenirs de ceux qui y sont passés, la « SERENITE » bleue ondule dans l’esprit de celui qui la lit. Il suffit de la laisser nous imprégner pour qu’elle efface tous les bruits, la folie et les maux du monde « apaisé » qui nous encercle. Essayons !

  3. En Hugo tout comme en « sa » place de Vosges même les sentiments les plus extrêmes et désespérés trouvent en effet un moment de calme et d’espoir provisoire.
    Une « sérénité » presque solide !

  4. nanamarton dit :

    J’aime vos vers et j’aime le pied de nez à la place des Vosges : un graffiti sous une arcade presqu’anonyme !

  5. @ nanamarton : il y en avait plusieurs (des graffitis) sous les arcades, dont un au-dessus d’une jolie touriste asiatique assise devant son café, avec la mention « Sourire ».
    Mais la photo est trouble :-((

  6. godart dit :

     » Ici la paix se dore au soleil « , ambiguïté de l’insouciance parisienne aux beaux jours, place des Vosges havre de paix provisoire et sérénité passagère. Et pourtant, l’angoisse existentielle est tapie là devant la folie du monde, la liberté luxe occidental et la fraternité partant en quenouille.

  7. Francesca dit :

    On dirait que la voiture a écorné l’angle du mur… il y a d’ailleurs comme un point d’interrogation en haut à droite, mais ceci ne contredit pas ce superbe poème ; justifié de toutes les manières !

  8. Lucien Suel dit :

    Bravo pour ta virtuosité justificative !

  9. Zoë Lucider dit :

    Place des Vosges il y a une petite galerie qui expose les œuvres d’une femme que j’aime bien Deborah Chock. Elle travaille couleurs et graffitis. Il y en a une que j’ai achetée parce que la phrase m’a requinquée un jour de déprime : « croire en la magie sienne ». Ce « sérénité » est de la même belle eau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :