Un peu de folie du côté de Méricourt, et après [1/3]

Hier, histoire de changer d’itinéraire à pied pour le ciné Majestic de Bastille, j’ai parcouru d’abord la rue de la Folie-Méricourt (11e), peu fréquentée et bordée de boutiques rares (vinyles 33 tours) ou qui ferment et se transforment, comme partout ailleurs.

Devant une façade étrangement « vierge » qui n’était encore ornée d’aucun tag, j’ai tracé moi-même (en imagination) quelques signes sur celle-ci, avant d’en rencontrer des « vrais » un peu plus loin.

Le film que je suis allé voir est déjà diffusé depuis une semaine : Métamorphoses, de Christophe Honoré. Nous étions, à 13h30, seulement quatre personnes dans la grande salle en surplomb.

Originalité, mise en scène dans l’époque contemporaine d’une partie des mythes revisités par Ovide dans son recueil de poèmes (an I après J.C.), jeu des acteurs à la fois « bressonnien » et moderne, onirisme, passage au travers de paysages urbains ou aquatiques, amour et sang, Bacchantes en action et ondes affrontées : le cinéaste réussit à mêler de manière subtile le présent et le passé, le réalisme et le symbolisme qui saute aux yeux avec des transformations animales surprenantes.

Les acteurs (qui relèvent d’un casting osé) nous entraînent avec conviction dans cette fable : la banlieue n’est pas si éloignée du ciel, et des habitations de ses dieux et héros multiples – et nos jours de ceux des Anciens.

Folie1_DH

Folie2_DH

Folie3_DH(La photo ci-dessus en dissimule une autre. Il suffit de cliquer pour la découvrir.)

Folie5_DH

Folie6_DH

Folie7_DH

Folie8_DH

Folie8bis_DH(Toutes les photos, sauf une, peuvent être agrandies.)

(Clifford Brown, Cherokee)

 [ ☛ à suivre ]

Tagué , , , ,

14 réflexions sur “Un peu de folie du côté de Méricourt, et après [1/3]

  1. brigetoun dit :

    ai cliqué, ai aimé les graffitis rêvés.. les vrais pourraient s’en inspirer parfois
    l’idée de prendre les métamorphoses et de les re-situer dans notre monde, séduisante, digne d’Honoré, me tente et je crains…

  2. Quel plaisir de suivre votre itinérêve, même le déménageur semble d’accord pour s’en réjouir avec nous !

  3. Tandis que la rue au nom très envoûtant et symbolique ressemble à une fascinante rue sans nom — qu’un pauvre diable parcourt à l’infini comme dans une scénographie « vide » —, une sensation de « folie » et de mystère (que nous suggèrent aussi ces « cours » tout à fait inattendues), nous prépare au « plein » des métamorphoses.
    Si la salle est presque vide cela nous aidera à mieux profiter d’un film riche et nourrissant. Nous ne serons pas seuls à la sortie et peut-être nous éviterons de parcourir à nouveau la même rue, de la peur d’y rencontrer les acteurs ou le réalisateur en train de tourner un nouveau film.

  4. Dom A. dit :

    Un joli tag en effet, aérien, réfléchi et reposant (aucune évolution de style en trente ans de tag, lourdeur à laquelle même le Second Empire échappait…)

  5. godart dit :

    Klee dont on disait qu’il faisait rêver les lignes, aurait aimé la légèreté de votre tag.

  6. Francesca dit :

    J’ai salivé devant l’auberge Pyrénées-Cévennes et ton « bouffon » m’a d’abord semblé mal orthographié…désolée de cet affreux prosaïsme mais j’ai faim !

  7. @ Francesca : non, ce n’était pas une injonction alimentaire, mais une interjection souvent prononcée par certains « djeuns » !

  8. Merci beaucoup, Dominique, j’ai le désir de voir le film !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :