Passage piétonne

Elle a scrupuleusement suivi l’éclat du petit bonhomme rouge qui lui faisait de l’œil.

Elle se glissait en harmonie dans l’environnement urbain.

Elle était juste dans les clous.

Elle osait, elle exprimait (peut-être sans le savoir) une sorte de Courrèges innocent.

Les femmes sont quand même bien plus audacieuses que les hommes, question habillement (et respectent la sécurité routière).

Passage piétonne_DH(Paris, quai de Valmy, 10e, 17.9. Cliquer pour agrandir.)

(The Modern Jazz Quartet, Lonely Woman)

Tagué , ,

28 réflexions sur “Passage piétonne

  1. francisroyo dit :

    Cross the lines

  2. brigetoun dit :

    elle jouait le contrepoint du passage – et le respectait
    et elle a droit à une musique pour elle seule

  3. lanlanhue dit :

    regard du quotidien inlassable Dominique merci de nous le faire partager

  4. Traversée zébrée.

  5. gballand dit :

    Bien vu ! Hélas oui, question habillement, les hommes n’en mettent jamais plein les yeux !

  6. nanamarton dit :

    Oh, Mélanie Laurent a déménagé dans le Xème ?

  7. PdB dit :

    Buren, quand tu nous tiens …!!! (MJQ magnifik magnifik magnifik…)

  8. Si elle est encore là
    au quai de Valmy…
    je m’y rendrai le plus vite
    que possible pour moi !
    …c’est une image qui brise l’écran, un Paris à la Rohmer, dont on retrouve toutes les pulsions les plus intimes !

  9. Courrèges ?…. plutôt BUREN

    • @ Chesnel : arrivé en deuxième position (pour le commentaire)… mais cette jupe a bien été inventée par le créateur de mode – par contre, j’ignore si c’est lui qui a remplacé les clous métalliques par d’abord les bandes blanches collées (dangereuses pour les motards) puis peintes sur la chaussée.

  10. la croisée des chemins

  11. Godart dit :

    Cette photo révèle deux infractions: le conducteur regarde son téléphone ( infraction au code de la route ), il ne regarde pas la fille ( infraction au bon goût ).

    • @ Godart : vous avez bien agrandi la photo.

      1) le conducteur ne regarde pas son téléphone, il le tient en main (sa compagne, elle, semble s’en servir) ;

      2) s’il avait mis des vitres fumées à sa voiture (mais la cylindrée est un peu petite), ses activités à l’intérieur de l’habitacle seraient plus discrètes par rapport à un point de vue policier ;

      3) « l’infraction au bon goût » est en effet punie d’une peine de travaux d’intérêt général de six mois (avez-vous remarqué la jolie petite patte sur le haut du chemisier blanc qui rappelle les motifs de la jupe ?).

  12. Aunryz dit :

    Rouge pour l’une attentive à l’ici
    vert pour l’autre tourné vers l’ailleurs
    lieu de traverses (pont auquel il en manque)
    et tout ce gris continu interdit au pied
    bandes parallèles (masculines)
    et bandes plus féminines
    qui trichent discrètement (avec cet écart qu’il conviendrait de garder)
    pour se rejoindre en des espaces courbes.

    Merci pour cette image et ces mots
    sources de respiration

  13. Alex dit :

    Pourquoi l’imparfait ?
    La jeune fille est morte en traversant la rue, fauchée par la voiture ?
    Et rose, elle a vécu ce que vivent les roses, l’espace d’un instant…

    • @ Alex : L’imparfait (nul n’est parfait) indique ici un moment précis, définitif, fixé par la photo – mais la jeune fille-fleur – en noir et blanc – n’a pas traversé imprudemment et arriva (ou est arrivée) saine et sauve à l’issue de sa traversée !

  14. Zoë Lucider dit :

    Ah! Les jeunes filles ! Quelle source de fascination!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :