Le penseur de la rue des Vinaigriers (10e)

Penseur1_DH(Cliquer pour agrandir.)

– Alors, fais bien attention, tu me dis exactement ce que tu veux…

– …

– Mais tu sais bien que les spaghetti Barilla sont différents des Lustucru. Ou alors, tu préfères des bio, des complets, mais tu m’obliges à aller chez Naturalia et ils ferment à 20 heures…

– …

– Je pense qu’il faut que tu te décides, l’heure tourne !

– …

– Oui, ou bien tu prépares un délicieux pesto pour les accompagner (tu les réussis impeccablement !), dis-le moi car il faut alors aussi acheter du parmesan, plus de l’ail, des pignons, le basilic on en coupera dans le pot, et on a tout le reste…

– …

– Je pense qu’un vin italien ferait l’affaire : tu te souviens du sicilien qu’on avait bu deux soirs de suite dans ce restaurant de Ferrare, avec son goût « volcanique » dans la douceur de l’air dehors ? Je ne sais pas s’ils en vendent au Verre volé, mais je peux y passer à tout hasard.

– …

– Un tiramisu ? Pourquoi pas ? La rue de Lancry est à côté, on en voit toujours dans leur vitrine…

– …

– Ah oui, Sarkozy, son « retour » (à la case prison) ? De toute façon, je n’ai pas les moyens ni l’intention de l’inviter, quand même !

–…

– Allez, je te laisse, ma batterie est quasiment à plat.

–…

Penseur2_DH(Paris, le 30 septembre. Cliquer pour agrandir.)

☛ Texte et photos dédiés à Giovanni Merloni.

Tagué , ,

23 réflexions sur “Le penseur de la rue des Vinaigriers (10e)

  1. brigetoun dit :

    de toute façon l’essentiel était dit
    j’espère que le pesto a été bon

  2. gballand dit :

    En tout cas, des ingrédients parfaits pour cette très belle photo 😉

  3. Un reflet où l’on aimerait plonger pour oublier l’endroit du décor.

  4. Alex dit :

    Ciel reflété dans l’eau ou une surface vitrée ? Belle photo; la nature reste le plus grand enseignant.
    Pour la cuisine, je regarde les recettes en video sur magic-internet. Ce sont en général des tours de main. Un art qui détend, à la fois utile et agréable.

    • @ Alex : surface du canal Saint-Martin…
      La cuisine pratiquée sur Internet évite les problèmes de surpoids ou de digestion !

      • Alex dit :

        Dominique : non seulement un art, la cuisine fait partie de la science alchimique opérative : observation et application des nuances du chaud et du froid, du sec et de l’humide, de la lumière et de l’obscurité. Etc.
        Comme disait Molière, on fait de la prose sans le savoir.

        @ Alex : il existe des tas de cuisines différentes (y compris celle du Web lui-même)… D.H.

    • @ Loïc Roussain : merci pour le lien (j’avais décidé, cette fois, de n’en mettre aucun, à chacun de naviguer sur le Net selon sa fantaisie).
      Cette association s’occupe aussi de recherche généalogique pour tous les Italiens de Paris et d’ailleurs…

  5. Cher Dominique, je t’avais écrit un commentaire plus long, dont j’étais très content. De la peur qu’il disparaît, j’ai essayé de le copier-coller… et je l’ai finalement perdu ! Je te remercie donc une deuxième fois, encore plus ému et ravi que dans la première.
    Merci d’avoir pensé à moi, à la rue des Vinaigriers, aux spaghettis de Gènes, au redoutable penseur de la splendide dernière photo nuageuse (où le soleil pointe quand même) !
    Si c’était la base pour un vase communicant du lendemain j’aurais eu des difficultés à trouver des répliques aussi sympathiques que les tiennes.
    Mais certes, nous risquons de revenir à la case de départ (au cauchemar politique par exemple), vis-à-vis de quoi il n’y aurait (ou pour mieux dire aura) d’autre solution que se réfugier chez les Garibaldiens ou dans quelques-uns des bistrots qu’on improvise au jour le jour sur cette rue de véritable « passage ».
    Encore merci en attendant la nuit blanche…
    « Cin cin » à l’italienne, au nom de Mazzini (qui prêchait une pensée ne faisant qu’un avec l’action), de Garibaldi et de la liberté !

    • @ biscarrosse2012 : il arrive que ce WordPress envoie parfois des commentaires dans la rubrique « indésirables » sans que l’on en connaisse les véritables raisons : mais on peut alors les repêcher !

      Cette rue, qui me fait automatiquement penser à toi, est en train de se transformer : mais tant que l’association garibaldienne ou d’autres devantures n’auront pas été toutes remplacées par des boutiques, au design « chic », de fringues « in the mood », comme c’est le cas de la proche rue de Marseille qui a chassé tous les marchands de tapis… sauf un (qui résiste), elle gardera quelque chose de son caractère populaire, ancien, au parfum inimitable et trans-frontalier.

      • Alex dit :

        Dominique: il faut se dépêcher de photographier les rues qui faisaient toute l’âme de Paris… Et qui nous donnaient tant de plaisir à découvrir…
        Notre maire demande une loi qui lui permette de s’opposer à l’ouverture de ces stupides magasins inutiles, d’ailleurs sans aucune clientèle.

        @ Alex : l’inventaire est sûrement fait ou en cours… Quant aux magasins de fringues à prix imbattables vers le haut, je suis frappé par le fait qu’il y ait toujours plus de mannequins dans les vitrines que de client(e)s à l’intérieur. D.H.

  6. Elizabeth dit :

    En tant que bobo du quartier je me marre encore plus !

  7. nanamarton dit :

    Zut alors, moi qui pensais que vous alliez annoncer votre adhésion aux Garibaldiens !

  8. PCH dit :

    Avanti popolo…!!! (linguine à la bolognaise, plutôt jdirai stuveux)

  9. PhA dit :

    Pesto ou pistou ? se demandait-il.

  10. @ PhA : comme le faux dilemme « numérique » ou « papier »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :