Impressions soleil couché => 6 <=

Au fur et à mesure de la déambulation, on croise des personnages vivants et d’autres un peu moins.

Dans la cour du bâtiment des Archives nationales (60, rue des Francs-Bourgeois, 3e), Pierre Charpin va se livrer à un beau geste musical. Un petit accroc technique ampute malheureusement la vidéo : l’instant exact de la frappe sur la cloche n’a pu être saisi, on ne pourra donc (ou dong) écouter que la fin de sa résonance.

Comme s’il fallait l’imaginer ou retrouver par l’esprit d’autres sons (églises, alpages, temples du Népal…) : l’artiste est impérial et se moque sans doute des quelques gloussements provoqués par l’attente qu’il impose avant le déclenchement de l’onde puis après son départ.

Un autre carrefour, en face du café La Perle (78, rue Vieille-du-Temple, 4e) offre un immeuble à la projection d’images de Miao Xiaochun : plus besoin d’aller s’enfermer dans une salle obscure.

Enfin, on pénètre dans la Cour d’Honneur du « Musée national Picasso-Paris » (5 rue de Thorigny, 4e), où se déroule un concert de BABX, Tambors, avec projections d’images sur la façade de l’Hôtel Salé rénové et enfin réouvert au public dès le 28 octobre (week-end des 25 et 26 : entrée gratuite).

Il suffira ensuite de se diriger vers un lieu calme et non encore exposé à toutes les tentations ou tentatives artistiques.

Nuit blanche n’est pas achevée ni exécutée ni décapitée : elle renaîtra, toujours plus diverse et inventive, l’an prochain.

Impressions44_DH

Impressions45_DH(Voir la mini vidéo sur le billet précédent.)

Impressions47_DH

Impressions48_DH

Impressions49_DH

Impressions50_DH

Impressions51_DH

Impressions52_DH(Toutes les photos peuvent être agrandies.)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , ,

17 réflexions sur “Impressions soleil couché => 6 <=

  1. brigetoun dit :

    beauté de ces images de et dans la nuit
    et force de l’imagination puisque j’ai cru voir naître le son de la cloche

  2. @ brigetoun : ce sera « à chacun son son »…

  3. nanamarton dit :

    Merci pour ce voyage dans la nuit.
    Et pour qui n’aura pas vu naître le son de cloche, pourquoi ne pas regarder Andreï Roublev, où l’on voit naître la cloche, puis « sonner son son » devant l’attente angoissée des villageois, hiérarques et artisans ?

  4. gballand dit :

    Ah je vous envie… Habiter Paris pour pouvoir m’y promener la nuit… vous me faites rêver !

  5. Alex dit :

    Baguenauder dans les rues de Paris parmi les œuvres d’art…
    Plaisir unique au monde.

    • @ Alex : et sans se prendre la tête avec des catalogues, le silence et la componction de certains musées…

      • Alex dit :

        Dominique: remarque fort pertinente. Le musée à un côté stressant. Il faut déjà s’énerver à faire la queue. Le catalogue est souvent trop lourd. Quant à la cafétéria, la récompense d’un long parcours, elle est complète et hors de prix…

        @ Alex : tout dépend du succès des expos (je préfère celle de Fautrier, loin de Paris, et son intimité, à celle, imaginée, de Duchamp avec sa file d’attente ready-made, même si j’irai sans doute car le pass abonné du Centre Pompidou permet de la contourner !). D.H.

  6. Quelle alternance de réflexions… rien que l’on passe de cet homme-pantin blanc coupé en deux – qui provoque de toute évidence l’embarras des passants en amenant l’art (sous forme d’ébauche disproportionnée) directement dans les carrefours… – au « silence et la componction de certains musées… » comme tu le dis si bien !

  7. @ biscarrosse2012 : on peut se dire que parfois la rue est un musée vivant (et gratuit)… ouvert le jour et la nuit (comme dirait Paul Morand) !

  8. PdB dit :

    j’aime bien voir que le petit bonhomme vert se transforme en rouge (on remarquera que ce signal est genré…ahahah) quand même l’art serait projeté sur les murs : ces choses immuables de la ville, ces passants, cet air doux (mais je n’apprécie pas trop les lampes au soufre et cette couleur orangée) la marche et le vent léger, tout ceci suggéré par tes photos…

  9. @ PdB : l’orangé doit provenir de la potasse.

  10. L’Art est vivant et marche dans la rue, mais j’aime aussi cette tête blonde au numéro 10 qui regarde tout cela de haut et en sourit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :