Archives du 30/11/2014

Ce mannequin de l’autre côté de la vitrine

Je l’aperçois de l’autre côté de la vitrine, comme séparée par un mur invisible. Qu’elle n’ait pas de tête ne me gêne pas : mon imagination la place d’emblée sur ses douces épaules.

Elle est coupée de moi par le verre (prendre Duchamp, elle n’est pas mariée), elle brille dans la nuit de cette petite rue.

Je sais que je ne passe pas inaperçu : mon bandeau sur la tête – éclat d’obus – fait se retourner les passants (pourtant, on est bien en pleine commémoration de 14-18, avec le Président monté au front).

Dans des temps lointains, on m’avait accusé d’avoir dérobé La Joconde : mais quel acte différent aurait pu mieux lui rendre hommage, alors que maintenant elle sourit au Louvre derrière une paroi transparente et blindée ?

Un de ces quatre, je prendrai un diamant avec moi, je découperai la vitre et je l’emmènerai, ce buste nu de femme-offrande.

Je l’installerai chez moi : elle a un bras (contrairement à la Vénus de Milo), des seins, et un charme nocturne et musical. Son visage se love déjà à l’intérieur du mien.

Et je la baptise Marie et Louise.

Mannequin_DH(Photo prise à Paris le 27.11. Cliquer pour agrandir.)

Tagué , , , ,