Archives du 08/12/2014

Pétain, (ne) reviens (pas) !

On remarque un peu partout, dans Paris qui semble comme inoccupé en ce moment, l’affiche pour cette expo La Collaboration (1940-1945) qui a lieu à l’Hôtel de Soubise (61, rue des Francs-Bourgeois, 3e, du 26 novembre jusqu’au 2 mars), et peut être visitée pour le prix modique de 6 euros.

C’est un rappel utile, l’image de Pétain impacte, sa photo de « petit père de famille » (à défaut « des peuples ») et ses valeurs que la droite et sa f(r)ange extrême, à grands sons de tambours, font revenir à la moindre occasion : abolition du « mariage pour tous », abolition des « 35 heures », abolition de la loi Veil sur l’avortement, abolition de la loi Taubira sur la Justice, abolition du Code du travail et autres textes empêcheurs de se sucrer en rond, abolition des principes fondamentaux de la Sécurité sociale, abolition des lois permettant l’immigration, abolition de l’appartenance à l’Europe, abolition sans doute de l’abolition de la peine de mort – et j’en passe par profits et pertes.

Souvent, il m’arrive de jeter un œil (comme dirait la fille Le Pen) sur ce livre de Gérard Miller qui a su « déconstruire » dans Les pousse-au-jouir du maréchal Pétain (Seuil, 1975), et de manière magistrale, le discours idéologique du Chef collabo, des maîtres et apprentis fachos de l’époque, des traîne-savates derrière les Panzer Divizionen, et qui ont maintenant leurs successeurs : réactionnaires de tous poils, PDG et « managers » sans scrupules mais avec « retraites chapeau », acharnés de l’exploitation des autres, femmes au foyer avec domestiques et bûches virtuelles dans la cheminée de l’appartement situé dans le 8e, beaufs en bretelles et la Kro à la main, abrutis racistes et antisémites jusqu’au crime par plaisir ou désœuvrement ou haine d’un mode de vie différent du leur.

G. Miller1DH

G. Miller2_DH

G. Miller3_DH(Scans : cliquer pour lire plus confortablement.)

Parfois, l’actualité semble ne guère évoluer positivement, voire régresse à toute vitesse dans les domaines du capital et de la morale enfin mariés sous les meilleurs auspices, avec la bénédiction du Medef qui tend à occuper, auprès d’un gouvernement devenu macron-économique, la place traditionnellement réservée au Saint-sacrement de l’Église.

Ainsi, une exposition historique – à ne pas manquer – tombe à point nommé dans le champ (et son hors-champ) politique actuel : l’effet en miroir apparaît sans doute plutôt singulier.

Expo Collabo_DH(Rue des Francs-Bourgeois, 3e, le 6.12 : agrandir le cadre historique.)

(Maréchal, nous voilà !, par André Dassary)

Tagué , , , , , , , , , , ,