Expo du photographe surréaliste Jacques-André Boiffard : « perinde ac cadaver » et dans la gare de l’imaginaire

Le Centre Pompidou (de Paris) a donc ouvert une Galerie de photographies au premier sous-sol, j’ai descendu les escaliers jeudi en fin de matinée, l’entrée est gratuite, et je n’ai côtoyé que trois ou quatre visiteurs.

Mais ce qui m’a attiré, dans cette exposition inaugurale, intitulée Jacques-André Boiffard, la parenthèse surréaliste (pourquoi pas plutôt « la parentèle » ou « le trait d’union » ?), c’est le choix du photographe lui-même dont le nom m’avait toujours intrigué sur mon exemplaire de Nadja (Livre de poche N° 1233, Gallimard 1964) : les photos en noir et blanc « illustrant » le texte d’André Breton (coïncidence du deuxième prénom et des dernières initiales de J.-A. B. !) furent alors créditées une par une, contrairement à cette absence lors de la publication d’origine en 1928.

(La page Wikipédia sur Jacques-André Boiffard ne cite même pas l’exposition actuelle, pourtant ouverte depuis le 5 novembre et qui se tient jusqu’au 2 février 2015.)

Dans ces grandes salles bien éclairées, on suit le parcours du photographe, à travers 70 clichés et documents, de manière chronologique avec des indications simples et complètes, et même en anglais.

L’artiste fut assez rapidement exclu du groupe surréaliste (pour cause de non-engagement marqué dans le mouvement) par André Breton.

Jacques-André Boiffard mettra néanmoins son talent, un peu plus tard (le 15 janvier 1930), dans le montage figurant sur la couverture du pamphlet Un Cadavre visant en pleine tête André Breton et le représentant avec une couronne d’épines sur le front. Puis le photographe apportera sa collaboration iconographique à la revue Documents de Georges Bataille, l’un des dissidents irréductibles de l’époque, avec des photos surprenantes.

On peut regretter que les deux films de Man Ray (L’étoile de mer, 1928, et Les Mystères du Château du Dé, 1929), auxquels Jacques-André Boiffard a collaboré, ne soient pas diffusés dans ce lieu ; il est vrai qu’ils sont facilement accessibles sur YouTube.

Photos (y compris masques fabriqués), cinéma, travail pour la publicité, expérimentations diverses, radiographies (forcément) : Jacques-André Boiffard aura essayé ainsi beaucoup de médecines artistiques, perinde ac cadaver, et qui demeurent comme une suite de pas perdus dans la gare de l’imaginaire.

Boiffard1_DH

Boiffard2_DH

Boiffard3_DH

Boiffard4_DH

Boiffard5_DH

Boiffard6_DH

Boiffard7_DH

Boiffard8_DH

Boiffard9_DH

Boiffard10_DH

Boiffard11_DH

Boiffard12_DH(Toutes ces photos peuvent être agrandies.)

Tagué , , , , , , , , , , , ,

16 réflexions sur “Expo du photographe surréaliste Jacques-André Boiffard : « perinde ac cadaver » et dans la gare de l’imaginaire

  1. gballand dit :

    Je n’ai bien sûr jamais entendu parler de ce photographe 😉 Quant aux liens, merci, je les regarderai un peu plus tard.

    • @ gballand : rien ne presse !
      Le lien vers « Nadja » renvoie à une émission de radio qui fait plus d’une heure + vous avez les deux films muets de Man Ray (travellings étonnamment modernes dans « Les Mystères du Château du Dé »), ils durent presque 40 minutes en tout…

  2. J’aime beaucoup cette « obéissance aveugle », qui trouve dans la splendide « gare de l’imaginaire » un espace adéquat pour être mise en valeur. J’aime aussi la photo du visiteur au béret rouge (via delle Berretta rossa est le nom d’une rue glorieuse de la Bologne ouvrière) ainsi que la suivante, illustrant la dévotion d’une artiste se consacrant à « prendre des notes » de ses propres mains.

    • @ biscarrosse : beau nom de rue bolognaise !
      Ce jour-là, il y avait, à « Beaubourg », une classe de dessin (le crayon comme mesure) disséminée un peu partout, avec leur prof à tête d’artiste donnant quelques conseils. L’objectif était apparemment de fixer l’intérieur architectural.
      Mais je n’ai aperçu personne en train… de dessiner les photos de J.-A. Boiffard.

  3. Alex dit :

    Perinde ac cadaver, finie l’obéissance aveugle, comment Andre Breton l’avait-il oublié ?
    Vivre libre ou mourir. A bientôt, JA Boiffard, qui a côtoyé tant de célébrités dans une période exaltante. Quand Paris était la capitale des arts et des lettres.

  4. @ Alex : ll ne l’avait pas oublié, il a suivi une ligne intransigeante.

  5. brigetoun dit :

    toutes ces photos DOIVENT être agrandies
    merci pour cette visite (et les renseignements) – connaissais certaines photos, et pas uniquement de Nadja me semble-t-il, ne le connaissais pas, lui.

  6. Francesca dit :

    Vivement merci des liens dont je ne profiterai que ce soir à mon retour d’une journée uniquement perecquienne à la galerie du CROUS rue des Beaux-Arts. Bien sûr on a envie de voir l’expo !

  7. @ Francesca : l’admiratrice de Perec ne craint pas l’o.

  8. Dom A. dit :

    Intéressant ! Merci.
    (et la gratuité qui n’attire même plus les foules, o tempora !)

    • @ Dom A. : cette galerie n’est pas encore bien connue, il faut descendre et remonter des escaliers non mécaniques, et le photographe n’est pas vraiment célèbre…
      La gratuité fait souvent, de plus, penser à « mauvaise qualité » !

  9. Merci pour cette découverte surréaliste et pour les liens qui prolongent « l’exposition » photographique, finalement la médecine est bien une fenêtre ouverte sur l’univers dont l’homme n’est qu’une cellule pensante. Je ne verrai plus les radiographies du même oeil 🙂

  10. Zoë Lucider dit :

    L’ouverture de cette galerie était annoncée lors de mon dernier passage. C’est donc chose faite. Ce sera l’occasion de découvrir des talents inconnus (de moi-même) comme J-A.B.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :