« Réduire, dit-il » : visite de l’exposition « Duras Song » ([3/3]

« Duras n’était pas tombée de la dernière pluie ! », j’ai pensé samedi.

Peut-être un rapport avec la météo, Un barrage contre le Pacifique, le soir qui gelait de froid à travers la fenêtre du balcon…

Cette expo sur Marguerite Duras aurait pu être accompagnée en parallèle par tous ses films (qu’elle en soit la scénariste ou la réalisatrice), alors qu’ils n’ont bénéficié d’une projection au Centre Pompidou que du 28 novembre au 20 décembre.

Leur musique – La Musica – me manquait : certes il reste toujours les DVD mais l’espace sur l’écran est restreint, rétréci… « Réduire, dit-il » !

La voix de Delphine Seyrig dans India Song, celle d’Emmanuelle Riva dans Hiroshima mon amour

Mais ses livres, on y replonge toujours, sans que le format soit une question de dimension. Elle nous serre la gorge, Marguerite, elle sait dire les non-dits, les phrases de silence, elle sait faire entendre la douleur ou la joie, le chant de la mer, le cri du ciel.

J’ai retrouvé l’hommage qui avait été publié en 2006 pour elle (dixième anniversaire de sa mort, le 3 mars 1996) dans la revue en ligne « remue.net », sous l’égide de François Bon : dire que j’avais osé montrer alors mon exemplaire 10 x 18 tout rafistolé de Moderato Cantabile…

Maintenant, il nous reste encore du temps pour lire, pour voir, pour rire, pour croire, pour vivre.

 Duras Song15_DH

Duras Song16_DH

Duras Song17_DH

Duras Song18_DH

Duras Song19_DH

Duras Song20_DH

Duras Song21_DH(Il est loisible d’agrandir les photos.)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , , , , , ,

18 réflexions sur “« Réduire, dit-il » : visite de l’exposition « Duras Song » ([3/3]

  1. brigetoun dit :

    à défaut de s’installer dans la bibliothèque et de se rendre compte qu’il est dix heures tout d’un coup et que, zut, serais bien restée
    reste votre bel hommage et puis rêver sur l’allusion aux voix inoubliables de Delphine Seyrig et Emmanuelle Riva (sur celle de Margerite Diras aussi, cassée et tenace)

  2. lanlanhue dit :

    ah India song, et cette chanson lancinante

  3. @ lanlanhue : Jeanne Moreau interprète cette chanson…

  4. Merci pour votre plume sur ces trois visites et pour les liens qui complètent notre vision sur le parcours de l’écrivain.

  5. Alex dit :

    J’y cours, j’y vole, au Centre Pompidou, (mais ne me venge point).

  6. Alex dit :

    Ça caille, je mettrai mon chandail pour aller voir ta Loreleï, en évitant la mouscaille. Prépare-moi un bon tchaï.

  7. Godart dit :

    J’ai été voir avec un certain retard l’expo photo de Jacques-Andre Boiffard. J’adore Le Centre Pompidou, son atmosphère bon enfant, la diversité du public, l’espace ludique pour les enfants. J’ai suivi votre parcours sur Duras en trois épisodes, j’irai.

  8. @ Godart : ces expos sont assez courtes à suivre sur place, c’est aussi leur charme ! Car certaines autres sont parfois des chemins de croix…

  9. czottele dit :

    Merci! (retard rattrapé) portez-vous bien, portez nous loin…

  10. @ czottele : vous aussi !!! 🙂

  11. Francesca dit :

    Un de mes amis avait écrit un beau livre « Marguerite à contre-jour », que j’avais vanté lors de cet hommage mais qui se retrouve sur Remue.net, ici.

  12. walachniewicz dit :

    Vous avez réactivé ma mémoire grâce à cet india song, le vieux cinéma pourri où j’allais voir les films de duras, mes premiers amours…merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :