En passant, en pensant rapidement à Kant

« Tout ce qui manquait à Hume, c’est la conception des jugements synthétiques a priori, qui sans être tirés de l’expérience la rendent possible.
Kant fut « réveillé de son sommeil dogmatique » le jour où il lut Hume, notamment la subtile et pénétrante critique de la connaissance de la causalité, développée dans la septième section de l’Essai sur l’entendement humain de 1748.
Cette critique lui révéla que le jugement de causalité n’est point, comme on le croyait, un jugement analytique tirant de la cause l’effet qui s’y trouverait précontenu ; mais un jugement synthétique affirmant une « connexion nécessaire » entre une cause et un effet radicalement hétérogènes l’un à l’autre. La critique de Hume montrait qu’une telle connexion n’est connaissable ni a priori par déduction (l’effet n’étant point analytiquement précontenu dans la cause) ni a posteriori par expérience (l’expérience ne pouvant donner à connaître que des conjonctions empiriques entre des événements « entièrement lâches et séparés », mais jamais des connexions nécessaires). Cette critique induisait au scepticisme et compromettait gravement les « lumières », non seulement celles de la métaphysique prétendant connaître des réalités transcendantes, mais celles mêmes de la physique prétendant connaître des nécessités phénoménales. Seule subsistait, scientifiquement valable, la mathématique, parce que les jugements mathématiques étant, aux yeux de Hume, des jugements analytiques, leur nécessité pouvait être connue a priori. »

Joseph Vialatoux, La fin du sommeil dogmatique de Kant (Encyclopédie de L’Agora, 2012).

Silence1_DH(Paris, rue Béranger, 3e, le 24. 12. 2014.)

Silence2_DH(Rue Eugène Spuller, 3e, le 24. 12. 2014. Cliquer pour agrandir.)

(Chopin, Nocturne Op. 27 N° 2 en ré bémol majeur, Élisabeth Sombart)

Tagué , , , , ,

31 réflexions sur “En passant, en pensant rapidement à Kant

  1. brigetoun dit :

    Chopin n’a pas tenu compte des écrits – ou les a négligés
    ou il n’y a pas de liaison causale entre ces injonctions et son piano

  2. Alex dit :

    Je vais essayer de me réveiller de mon sommeil dogmatique.
    En attendant, je vais aller peindre ou prendre des photos, sans me poser de questions. A plus…

  3. Hv dit :

    Entendement entendu dans un silence nocturne

  4. Je trouve génial ce droit au sommeil dogmatique. En même temps je crains l’usage excessif des somnifères. D’ailleurs, si le sommeil de la raison engendre les monstres, il faut revenir à la sagesse du grand penseur anglais. Donc, pour conclure, il vaut mieux quelques fois rester debout, les yeux ouverts et renoncer finalement à dormir !

  5. @ biscarrosse2012 : les Nocturnes de Chopin peuvent bercer les nuits blanches… 🙂

  6. Merci pour ce nocturne qui est une de mes sources d’inspiration, et que j’écoutais précisément hier soir pour écrire !

    • @ mchristinegrimard : il s’est imposé à moi en fonction du sujet (c’est donc l’inverse) mais son intérêt est que l’on peut l’écouter à toute heure du jour ou de la nuit…

  7. gballand dit :

    Voici un livre que je ne pourrai pas lire, j’en suis certaine, car après trois lectures de ce passage, je doute encore de la compréhension qui est la mienne 😉
    J’adore votre photo « droit au sommeil ». Je peux vous l’emprunter ?

    • @ gballand : la philosophie a parfois son jargon, comme toute écriture spécialisée dans un domaine particulier (regardez l’économie, par exemple)…

      Vous pouvez emprunter cette photo à l’heure que vous désirez.

  8. Francesca dit :

    Si seulement on pouvait avoir la « connaissance de la causalité »…
    Merci pour Chopin

    • @ Francesca : l’essence causale est déterminée par le débit de la pompe kantienne.

      Mais le philosophe de Königsberg aimait Bach puisque (cause) Kant@… 🙂

      • Francesca dit :

        Oh.. très en forme, Dominique !

        @ Francesca : beau dimanche (même un peu gris, alors cinéma : je te conseille le « Pasolini » de Ferrara)…

  9. Urli-Vernenghi dit :

    Chuutt!!!! Écoutons. En passant en pensant.

  10. Merci, Dominique, pour cette noble compagnie où la philosophie et la musique se mélangent très bien !

  11. @ claudiapatuzzi : un peu tirée par les cheveux, j’avoue !

  12. Godart dit :

    Riverain du Carreau du Temple, je confirme sans a priori que la substance non synthétique precontenue dans la chopine induit un effet sur des comportements hétérogènes incompatibles avec le Nocturne de Chopin.

    • @ Godart : oui, vous avez bien repéré l’immeuble (peut-être y habitez-vous d’ailleurs ?).
      On ne pouvait laisser ainsi le sommeil kantien continuer indéfiniment et d’une manière si impérativement catégorique…

      • Francesca dit :

        Tu penses… grande admiratrice de Pasolini, j’avais vu le Ferrara en avant-première et en sa présence.
        Un peu confus quand même : il faut bien connaître PPP pour tout comprendre, mais très beau. J’ai juste eu du mal avec la voix grave de l’acteur -excellent- si éloignée de la douce voix pasolinienne ; c’est un détail.

  13. @ Francesca : c’est vrai.
    Le seul hic du film est bien la V.O. : Willem Dafoe aurait dû se mettre à l’italien (mais son Alfa Romeo est très belle).

  14. PdB dit :

    chuuuttt….!!! (la dernière fois que Ferrara a commis un film, il me semble que ça a été le flop avec le gros Gérard dans le rôle grotesque d’un ex-directeur du fmi; ici il commet une sorte de biopic si j’ai bien compris; pas sûr que j’y aille-on fait comme on aime : Willem Dafoe je l’aime bien par exemple) mais chuuutttt…!!!

  15. @ PdB : Je n’ai pas vu le film de Ferrara sur DSK et n’ai pas l’intention de le voir.

    Mais celui sur Pasolini dépasse de loin un simple ou boursouflé « biopic » dont tu parles et Willem Dafoe (comme tu pourras le lire demain sur ce blog) est tout à fait formidable dans le rôle et la recréation qu’il en fait.

    Il est néanmoins nécessaire d’avoir des a priori (comme dirait Kant) dans la vie, sinon on passerait sa vie dans les films et dans les livres. 🙂

  16. Aunryz dit :

    Un mot nouveau en quatre lettres
    à l’intérieur duquel il y a de la place
    pour penser, se taire, dormir et rêver

    un cadeau tardif que vous nous faites
    merci.

    • @ Aunryz : Attention, parfois plus dur sera le « chut » !

      • Calypso dit :

        @ D.H. : je prends connaissance de cette soudaine référence à l’Albert au moment où le nouvelle du décès de René Vautier me parvient. « Afrique 50 », son court métrage que j’ai vu (clandestinement et en sa présence) dans un petit cinéma de l’avenue Parmentier (métro Goncourt, à côté du Floréal), a beaucoup compté pour quelques personnes qui se sont retrouvées très vite dans leur opposition au coup d’Etat de De Gaulle et à la guerre d’Algérie. Pour en revenir au « chut », rappelons qu’ « Afrique 50 » a été interdit pendant près de 40 ans ; et que les « Nocturnes » demeurent une bien grande chose.

  17. @ Calypso : De René Vautier, j’ai vu « Avoir 20 ans les Aurès », quand ce film n’a plus été interdit (en 1972, je crois).
    Un cinéaste engagé.
    Merci pour cette info, malgré sa tristesse.

  18. Calypso dit :

    @ D.H. : on se prend à imaginer quelque manifestation comme des « Nocturnes cinématographiques de la liberté  » qui permettrait de voir ou revisiter tout ce que la censure a voulu un jour ou veut encore étouffer, de « L’Age d’or » de Bunuel à « L’Anticoncept » de Gil J Wolman, en passant par « Avoir 20 ans dans les Aurès » de René Vautier ou « Les Sentiers de la gloire » de Stanley Kubrick… Une telle manifestation devrait bien sûr suivre au plus près l’actuelle activité d’Anastasie dans toutes les parties du globe…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :