Archives du 28/01/2015

Surveillance statique [6]

(cliquer sur l’image)

Parfois, le doute me prend : et s’il échappait à mon regard ? Je ne loge pas dans son hôtel, et il est impossible de garer une voiture dans cette rue-boyau. En fait, j’agis par sondages aléatoires et par relevés successifs. Je pourrais dire que c’est aussi une sorte de « surveillance statistique ».

Grâce à la collaboration discrète du propriétaire d’Element Hotel, on a réussi à implanter dans la semelle d’une de ses baskets, laissées dans son placard, une mini-balise GPS. Celle-ci émet directement sur mon smartphone et je le piste ainsi sans difficulté.

Lundi après-midi il a fait un saut près de la place d’Italie (13e) avant de regagner dans la soirée sa chambre du quatrième étage, N° 45. Mais c’était uniquement pour effectuer quelques achats ordinaires.

Hier matin, j’ai pris le métro à sa suite jusqu’aux Buttes-Chaumont, il avait apparemment l’envie de se dérouiller les jambes. Au sommet de la colline, sous un kiosque, des Chinoises faisaient de la gymnastique en musique. Ce parc demeure toujours aussi baroque mais utile aux joggeurs : je scrutais le parcours de notre ami sur le petit écran de mon téléphone et je m’étais assis sur un banc (ils ne les ont pas encore supprimés sous prétexte que des SDF pourraient s’en servir).

Je pense qu’il a bien dû parcourir en tout cinq ou six kilomètres en petites foulées. Au retour, il est sorti juste par la porte située en face de la Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild – normal que je l’aie à l’œil – et et est redescendu à pied jusqu’à son QG verdoyant.

Là, maintenant, installé un peu plus loin dans la camionnette taguée, donc anonyme, je branche mon casque (nos services ont « sonorisé » sa chambre) et j’attends qu’il en dise nettement plus sur ses intentions.

Tout à l’heure j’ai reçu un appel d’un de mes chefs :

– Alors, toujours rien ?

– Non, j’espère…

– Il va falloir quand même que ça se déclenche !

– Je vous ferai signe, pas d’inquiétude…

[ ☛ à suivre ]

Tagué , ,