Archives du 29/01/2015

Surveillance statique [7]

(cliquer sur l’image)

Bilan de la filature de mercredi 28 janvier : notre ami a semblé être très intéressé par des photos et des plans du bâtiment historique de Notre-Dame. Ceci ne m’étonne pas car sa chambre d’hôtel a été fouillée en règle (c’est-à-dire sans mandat) par nos services pendant qu’il se baladait, hier, comme un touriste tombé de la dernière pluie.

Au fond du tiroir de sa table de nuit, dissimulé à l’intérieur d’un vieux Paris Match avec la photo de Nicolas Sarkozy et Carla en couverture, on a découvert cette lettre manuscrite :

« Paris, le 6 février 2015.

J’ai commis cet acte car je ne supporte plus la dérive actuelle de notre sainte religion, menacée d’ailleurs par un Islam envahissant. Il fallait que je marque ainsi, de manière simbolique (sic), l’opposition d’un nombre de plus en plus grand de croyants à l’aggiornamento dicté par le pape François qui vient de nous comparer à des lapins. Nous ne pouvons jeter le bébé avec l’eau de la Seine.

Christ n’est pas mort sur la croix pour que les homosexuels se marient entre eux, pour que l’on procrée par personne interposée et que l’on abandonne la messe en latin.

Je suis opposé à la violence, c’est pourquoi la bombe de petite puissance que j’irai déposée (re-sic) le matin du vendredi 6 février au pied de l’orgue de la cathédrale, détruira seulement des tuyaux et non des êtres humains.

Il ne s’agit pas de terrorisme mais d’intégrisme.

Nous ne nous laisserons pas faire comme des moutons et nous bouterons, avec Christine Boutin, les hérétiques hors de France.

Je sais que, même en prison, Dieu m’accordera sa grande miséricorde et plus tard, au paradis, je serai récompensé pour ma bonne conduite sur terre.

Ite, missa est.

Jacques Ledéssalé »

Cette annonce, ou cette revendication, était claire. Il s’agissait d’une opération solitaire exécutée par un hurluberlu dont les idées réactionnaires avaient sérieusement confiné le cerveau dans un formol idéologique moyenâgeux.

Comme le futur criminel précisait, de manière assez naïve, la date de son forfait, nous l’empêcherions facilement  de l’accomplir avant. Il fut décidé de lui laisser la bride sur le cou encore quelques jours pour que nos équipes fassent le lien et établissent les tenants et les aboutissants avec un éventuel donneur d’ordre ou un manipulateur haut placé dans la hiérarchie catholique, apostolique et romaine.

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , , ,