Niki de Saint Phalle : tir groupé de beauté [7]

Comme André Breton, Niki de Saint Phalle a aimé certains jeux de cartes et leurs figures à double ou triple sens : son Jardin des Tarots en Toscane – que l’on ne pouvait visiter au Grand Palais que par vidéo interposée – et sa dextérité les bat et les rebat, ses personnages inventés sont renversés et renversants.

J’ai repensé à l’œuvre décapante de Jean Tinguely, Le Cyclop (près de Milly-la-Forêt), cette création où notre artiste s’était impliquée : car lui aussi savait mélanger les cartes, celles de l’histoire, du « politiquement correct » et des embûches et embuscades, parfois assassines, auxquelles s’expose l’art indépendant (pléonasme).

Niki de Saint Phalle aimait sûrement, outre la peinture, la sculpture, les installations… la musique moderne : celle que l’on peut entendre dans cette courte vidéo (prise début octobre 2013) tourne sans doute toujours en boucle dans ses souvenirs à jamais éthérés.

Niki61_DH

Niki62_DH

Niki63_DH

Niki64_DH

Niki65_DH

Niki66_DH

Niki67_DH

Niki68_DH

Niki69_DH

Niki70_DH(Cliquer sur les photos pour les agrandir.)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , , ,

26 réflexions sur “Niki de Saint Phalle : tir groupé de beauté [7]

  1. gballand dit :

    Totems sans tabous…

  2. brigetoun dit :

    merci une fois encore pour cette visite (et pour le Cyclop)

  3. Oui, c’est un pléonasme de dire que l’art est toujours indépendant.
    Dans sa nature intime l’art est toujours indépendant, car il est « nécessairement » polémique envers le pouvoir et toutes les idées reçues. Combien d’artistes ont payé cela avec une vie difficile sinon impossible! Quand ils ont réussi à le faire, ils ont dû émigrer pour se soustraire aux régimes totalitaires – comme le fascisme en Italie ou le stalinisme par exemple — qui imposaient un art de régime absolument contraignant, où le réalisme le plus rétrograde fusionnait avec une conception monumentale et marbrée de l’art même…
    Dans le monde libre le thème de l’indépendance de l’art peut assumer aussi une dimension contradictoire. Ce n’est pas le cas de Niki, évidemment, mais combien d’artistes et pseudo artistes — auxquels on consacre souvent des espaces grandioses — profitent-ils de leur habileté juste pour « flotter » dans une mode qui leur convient !
    Un vaste thème d’analyse et de discussion, probablement infinie…

    • @ biscarrosse2012 : c’est peut-être dans l’intention artistique d’origine que peut se « distinguer » la sincérité de l’artiste. Son désir ou non de plaire, sa volonté d’être lui ou elle-même, sans se soucier du « politiquement correct » comme l’écrit Niki de Saint Phalle sur le premier tableau, ici, de cette page.
      Les artistes bien « en cour » connaissent les chemins des accommodements avec le pouvoir et les supermarchés de la consommation.
      Les artistes véritables, même si la « récupération » les guette immanquablement – dans une société marchande qui fait feu de tout bois et de tout cadre – manifestent toujours par leurs œuvres quelque chose d’étonnamment irréductible.

    • Alex dit :

      @ biscarosse : entièrement d’accord avec votre exposé, fort bien résumé.

  4. anna jouy dit :

    autour des totems de Niki de Saint Phalle, toujours un cercle émotionnel fort qui unit les gens à l’ombilic. elle frappait et nous sommes toujours autour d’elle en accord

  5. @ annajouy : ce serait, dans son cas, l’ombilic des nimbes…

    Pour encore mieux la connaître, avec Jean Tinguely, un film (que j’avais déjà vu) mais que je n’ai pas mis en lien, car il y a beaucoup de documents sur eux et je n’ai pas visé… l’exhaustivité !
    Reçu ce matin de Jan Doets sur Twitter.

  6. Francesca dit :

    Ses grosses bonnes femmes joyeuses et si pleines de vie évoquent bien sûr Botero.
    A peu près du même âge, ils se sont peut-être connus, admirés, voire influencés…

  7. @ Francesca : je ne sais s’ils ont vécu à la colle…
    En tout cas, on ne peut pénétrer dans aucune statue de Botero !

  8. ballade labyrinthique au son des engrenages balade dans un parcours au multiples branches avec découvertes assurées qui poussent à poursuivre l’aventure de blogs en blocs au risque d’y passer la vie et y puiser l’inspiration pour garder l’oeil ouvert.
    Merci

  9. Dom A. dit :

    Tres impressionnante collection, merci et bravo pour son enroulement (pas pu voir ne serait-ce que l’œil du Cyclop en oct. dernier, une file titanesque de voitures nous en bloquant l’accès. Il faudra y retourner par surprise !) (en revanche le même jour chez Mallarmé à Vulaines, quatre personnes en deux heures…)

    • @ Dom A. : merci pour tes passages fidèles !
      Oui, pour le Cyclop il faut tomber sur la bonne journée (éviter le week-end), car la forêt de Fontainebleau attire les promeneurs…
      Tu m’indiqueras les coordonnées pour aller rendre visite à ce cher Mallarmé !

  10. Sorcière dit :

    Merci Dominique pour cette présentation magistrale et pour ce tour de force qui est de « condenser » visuellement une telle exposition sans créer de sensation d’étouffement face au foisonnement. Ta présentation est magistrale avec des textes qui font corps à l’image.

    Etrangement et je ne vais pas m’en culpabiliser, je suis assez « imperméable » à l’Oeuvre de Niki (pour des raisons personnelles et de limite de mes perceptions sans doute) et à l’exception de quelques créations qui ont pu me toucher dans ce qu’elles expriment de ses blessures et de ses joies et qui explosent en formes et en couleurs.

    On me pardonnera n’est ce pas ?

    • @ Sorcière : merci.

      Tout le monde n’est pas sensible à tel ou tel artiste, cela dépend effectivement de ce qui peut nous toucher – chacun s’approprie selon ses propres critères une œuvre d’art, qui n’est jamais séparable du regard ou de l’écoute de celui ou celle qui la reçoit.

      L’œuvre d’art n’est jamais « objective » ni séparable de qui la découvre : pour la littérature, c’est pareil. Sinon l’unanimisme régnerait dans tous ces domaines.

      Tu es donc toute pardonnée et ne sera même pas obligée de réciter trois « Ave Maria » en sortant du confessionnal.

  11. Alex dit :

    Le psychiatre Jung a beaucoup étudié les tarots, qu’il utilisait parfois pour ses consultations. Dommage que ce beau film sur le Jardin des Tarots ne nous en donne pas l’explication par Niki de Saint Phalle.

  12. @ Alex : Il suffit de lire cette fiche pour comprendre une partie de l’ésotérisme de la démarche…

  13. Zoë Lucider dit :

    Je suis très déçue de n’avoir pu voir cette expo. Je suis allée au Grand Palais mais elle était clôturée le week end précédent. Merci de cet aperçu si riche .

  14. Zoë Lucider dit :

    J’ai visité le Jardin des Tarots il y a quelques années, c’est magique!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :