Un après-midi de chien (mouillé) [2/2]

Ensuite, je prends quelques images du campement qui se trouve sous le métro (les tentes Quechua me rappellent celles du canal Saint-Martin apparues le 16 décembre 2006). Un type m’aperçoit soudain et m’apostrophe de loin : mais comme une rame de la Ratp passe à l’instant même sur la passerelle dans un boucan d’enfer, je lui fais signe de l’index que ce sont les wagons – et non eux, les campeurs – que je photographie. Apparemment, il est satisfait de ma réponse.

Dans la rue Philippe de Girard, je remarque cette boutique de traduction et j’imagine une fiction-éclair : le gérant vient de baisser son rideau de fer d’un geste de dépit car il n’a pas réussi à décrypter le dernier manuscrit qui lui a été envoyé d’un pays qu’il ignorait jusqu’alors, le Bélaghistan. Seul le titre apparait écrit en anglais sur la couverture : Beyond the Meaning, le nom de l’auteur est David Helzapoppout. La langue utilisée ressemble à un mélange inextricable de hindi, d’arabe littéraire et de farsi : encore un conte à dormir debout.

Je poursuis mon retour en direction de la place de la bataille de Stalingrad (17 juillet 1942 – 2 février 1943) puis je longerai le quai de Jemmapes. Il est difficile de perdre le Nord à Paris.

Comb10_DH

Comb11_DH

Comb12_DH

Comb13_DH(Cette photo en dissimule une autre : cliquer sur elle pour la découvrir.)

Comb14_DH

Comb15_DH

Comb16_DH

Comb17_DH

Comb18_DH(Toutes les photos, sauf la quatrième, sont agrandissables.)

[ ☛ FIN ]

Tagué , , , , , , , ,

21 réflexions sur “Un après-midi de chien (mouillé) [2/2]

  1. brigetoun dit :

    et un rêve de luxe au bord de mer s’en va, était ce la dernière occasion ?

  2. @ brigetoun : la mer du Nord est encore loin en vélo…

  3. gballand dit :

    Votre dernière photo m’a fait sourire : BNP, dernières opportunités à saisir, s’agit-il d’optimisation fiscale ? 😉

    • @ gballand : les banques sont toujours optimistes en ce qui les concerne.

      • Calypso dit :

        @ D.H. : Et toujours prêtes à donner un coup de main (intéressé) aux démolisseurs (il s’agit ici de BNP Paribas immobilier) !

        @ Calypso : Paribas la bonne soupe ! D.H.

  4. Vis-à-vis de cette réalité du campement et de ce problème des gens dans la rue qui s’éternise, les suggestions pour la réflexion ou la fiction pourraient être infinies. D’abord un avertissement : la durée impressionnante de la bataille de Stalingrad.
    Ensuite un nom : ARCA, mot latin pour Arche… de Noē.
    Puis ce fourgon à l’américaine (une provocation ad hoc ?), avec toute sa belle lumière et cet étrange pub qu’on y fait au poste de péage de l’autoroute (une alternative aux campements sombres et inquiétants ?)
    Enfin ces «Dernières opportunités» qu’il faut saisir à la hâte sinon au vol, munis d’un sac à dos adéquat…

  5. Calypso dit :

    Belle dérive dans un quartier qui s’accroche et résiste… L’opposition russe en deuil…

  6. Francesca dit :

    Les historiens de Paris pourront illustrer leurs analyses de ces photos si parlantes et ceux d’Amsterdam pourront te piquer la septième sans se faire griller par un mot ou un objet trop français (comme dans les photos du Carambolage d’ARTE)

    • @ Francesca : la fin de ton commentaire me pose Kestion…

      • Francesca dit :

        La 7ème photo pourrait avoir été prise à Amsterdam, avec ses vélos accrochés le long des canaux.

        @ Francesca : ah, OK ! Sauf qu’à Amsterdam les canaux sont plus étroits, et les vélos noirs ont un profil « hollandais »… 🙂

  7. Alex dit :

    Baudelaire ne m’avait pas parlé du Belaghistan, sans doute coincé entre le Tadjikistan et l’Uzbekistan, une fois traversé le désert de Gobi.
    Ils nous prêteront des yourtes à la place des tentes quechua.

  8. PdB dit :

    et passe devant le bureau des traductions, cette voiture du fabricant dont on connaît l’histoire… (brrr) (photos magnifiques, malgré la pluie ? (ou grâce à elle ?))

  9. @ PdB : la pluie est un auxiliaire précieux pour certaines photos (parfois, le pare-soleil aide à protéger l’objectif… si on utilise un appareil photo et non un smartphone) !

  10. Alex dit :

    Revenant sur 3 photos, je n’avais pas remarqué ce matin les tentes provisoires … Sous le métro ! Il y en avait à une époque au bord du périphérique, avant la Porte d’Orléans.
    On s’interroge.

  11. Puisque « Tout va mieux » on va pouvoir dormir tranquille dans nos tentes, même si la mer est encore loin, il reste des opportunités, et ce n’est pas un vélo sans roue qui nous arrêtera…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :