Folie furieuse (à Hatra et ailleurs)

Irak, Hatra, lemonde.fr, 9.3.15(cliquer pour agrandir.)

Je lisais l’article du monde.fr d’hier relatant la démolition des vestiges de la ville de Hatra, en Irak, et je me disais que la folie furieuse des djihadistes, cette sorte de barbarie mentale, cette gangrène du cerveau, ce cancer de l’intelligence, ce tremblement de terre des neurones, ce tsunami des deux hémisphères… avait définitivement atteint des êtres dits « humains » pour lesquels le saccage, la destruction, la balayage, l’explosion, l’anéantissement de tout ce qui est à leur portée est devenu le but suprême, bien au-delà de la moindre référence ou révérence au Prophète ou à Allah (et donc à des sourates ou des versets d’un saint Livre), ils ont basculé dans le total delirium tremens, la trémulation baveuse, la litanie de la tétanie, l’épilepsie sans fin mais personne ne trouve la camisole de force, on se lamente, on regarde faire, on comptabilise les forfaits, les massacres, les tortures, les lapidations, les viols, les destructions – l’irréparable – le maelström d’une violence aveugle, borgne, voilée, masquée, cachée, camouflée, où la Kalachnikov est l’arme divine, le feu sacré, l’argument qui tue, même Voltaire en serait atterré (ce n’était pas un économiste), et les cohortes noires des cafards de l’État islamique pullulent sans risque (il leur suffit de se fondre dans la population), sans honte, sans crainte, ils achèvent et parachèvent leur œuvre putréfiée d’anéantissement de toute croyance autre que la leur (s’ils en ont une), de toute beauté, de tout art et de toute raison de vivre, ce sont des ennemis de l’existence dont on se demande pourquoi ils ne commencent pas logiquement par se foutre en l’air eux-mêmes une fois pour toutes.

trottoir 9.3.15_DH(photo prise hier à Paris. Cliquer pour agrandir.)

(Naseer Shamma, Hilal-alsaba, oud)

Tagué , ,

22 réflexions sur “Folie furieuse (à Hatra et ailleurs)

  1. brigetoun dit :

    sommes en temps barbares – en temps de folie
    et cela fonctionne et crée terreur, y compris chez nous qui sommes tout de même à l’abri, mais terreur devant ce mal qui peut être en l’homme et cette impossibilité de comprendre et dialoguer

  2. En naissant nous avons tous la notion intuitive du « bien » et du « mal », nul besoin de religion ou d’idéologie pour l’intégrer. Est évidente la nécessité de respecter la vie de l’autre, de respecter la mémoire de ceux qui nous ont précédés sur terre et leurs œuvres, de respecter la vie future de ceux qui nous suivront et de leur laisser une terre digne de cela.
    Ces « humains » n’en sont plus puisque leur esprit a disparu, ils sont devenus des robots télécommandés sans âme. Ils n’ont aucune envie de se « foutre en l’air » malheureusement, ayant trop peur que leur « paradis » hypothétique ne soit aussi noir que leur drapeau !

  3. @ mchristinegrimard : le « bien » et le « mal » ne sont pas innés. C’est une question d’éducation et il faut croire que ces zélotes de la table rase n’en ont jamais eue !

    Quant à leur paradis, il est, leur fait-on miroiter, peuplé de bataillons de vierges qui les attendent avec impatience et certains sont pressés d’aller vérifier sur place – après avoir commis des dégâts innommables – si on leur a raconté des craques ou pas. Hélas, tous n’ont pas cette curiosité-là…

    • Justement non, j’insiste : le bien et le mal sont innés, l’éducation ne viendra que préciser les choses. Nous savons tous de façon intuitive que prendre la vie de l’autre est contre-nature. Personne n’échappe à cela !
      C’est intuitivement inscrit dans notre ADN. C’est ce que je voulais dire et pardons d’insister.
      L’éducation et l’endoctrinement sont parfois ce qui nous fait oublier cette réalité universelle ! Malheureusement .

  4. gballand dit :

    Le problème c’est qu’il n’y a pas de camisole toute prête à fonctionner.
    Lu dans Libération : « l’EI veut instaurer un nouvel Etat, qui prétend être un Etat de droit, même si les principes et les règles qui le fondent nous semblent aberrants. Refuser de le reconnaître est contre-productif comme peut l’être toute forme de diabolisation… » Pour lire l’article, c’est ici.

  5. @ gballand : Si je comprends bien cet historien :

    • l’EI est un État qui dispose d’une certaine légitimité, il vient combler le vide laissé par les luttes internes de certains États (Irak, Libye, Syrie)…
    • « les interventions militaires non portées par un projet politique » (car « la coalition » s’amuse à bombarder sans savoir pourquoi…) ou la « diabolisation » ne mènent à rien…
    • il serait donc plus sage (conclusion qui sous-tend cette petite leçon) de ne rien faire afin de ne pas envenimer la situation.

    Belle réflexion stratégique !

  6. Francesca dit :

    Oh oui, au bord des larmes devant quelques images insupportables de la destruction déchaînée de Hatra. Même impuissante colère et même question : que faire ?
    Pas de réponse dans l’excellent article de Libé, alors comment sortir de là ?
    Le fond de l’air est…noir !

    • @ Francesca : cet article, qui exprime l’analyse d’un historien, est un constat et ne propose absolument rien en termes d’analyse prospective : or, cette situation qui se développe est géo-politique et c’est donc aux instances politiques internationales de décider et aux États démocratiques de s’engager.

  7. Désormière dit :

    En détruisant ce qui symboliquement représente l’art, la pensée, l’imaginaire, et participe de l’origine de la civilisation, c’est nous tous, tous ceux qui croient en l’art, la pensée, l’imaginaire, et donc la liberté, qui sommes avertis. Mes filles, petites-filles, arrières petites-filles devront-elles revêtir un jour la burqa ?

  8. @ Désormière : oui, ces destructions sont symboliques de ce que ce prétendu « Etat » voudrait imposer par la force – tel un nouveau nazisme, comme l’a dit Jack Lang – non seulement aux pays dans lesquels il est infiltré mais aussi peut-être à ceux du monde entier…

    Face au nazisme (ou au fascisme ou à l’absolutisme armé), doit-on rester les bras croisés en étudiant les causes historiques de cette situation et en se contentant de donner des avis de modération ? La charia, elle, n’attend pas.

  9. Estimé Dominique,

    Les mots (les tiens comme les miens) sont largement insuffisants (en nombre et en intensité) pour transcrire l’horreur où nous projettent ces actes insensés.

    Il me revient en tête cette photo que j’ai prise à Famagouste l’année dernière et où j’avais inscrit quelques vers pour souligner le souci avec lequel on avait « converti » une cathédrale du Moyen Âge en mosquée (les événements du 7 janvier m’avaient dissuadé de diffuser cette carte de vœux).

  10. @ Wana Toctouillou : aucune prétention de ce genre ! De simples mots, point final.

    • Je ne disais pas que, pour être insuffisants, les mots ne sont pas nécessaires !

      • @ Wana Toctouillou : j’avais bien compris mais, tu as raison, il faut toujours savoir relativiser – et le souligner parfois.

        (entre parenthèses, belle carte postale : les moucharabiehs… de la cathédrale sont cependant moins visibles que ceux, magnifiques, de l’Institut du monde arabe à Paris !).

  11. Alex dit :

    Quand l’Islam s’est répandu hors d’Arabie après la mort de Mahomet au VIIeme siècle, il a commencé par brûler les bibliothèques dont la plus fameuse, qui contenait tout notre savoir, celle d’Alexandrie.
    Dieu n’ayant pas de forme dans l’Islam, ils sont iconoclastes, et dès le VIIeme siecle, ils se sont attaqués à détruire la plupart des villes gréco-romaines.
    Cette folie destructrice resurgit régulièrement dans le passé, d’où les appels récurrents des communautés restées chrétiennes aux Européens.
    Marco Polo avait été envoyé en Chine par le pape auprès de l’empereur Koubilai Khan, qui se plaignait des destructions et des violences des musulmans, et qui demandait l’aide de l’Europe.
    Régulièrement, dans l’histoire, nous voyons que la folie meurtrière saisit certains hommes et se propage comme un gigantesque incendie.

  12. PdB dit :

    Drôle d’humanité, capable autant de créer des merveilles que de les détruire ignoblement : on a quelque honte à voir que rien ne bouge, et que les choses ne se font que simplement pour être regardées à la télévision ou sur Internet… La bêtise est l’une des choses la mieux partagée par ce groupe de sept milliards de bipèdes idiots… Misérables, voilà tout

  13. Zoë Lucider dit :

    Oui, dommage qu’ils ne soient pas davantage empressés de visiter leurs vierges, ça nous redonnerait une impression de paradis à nous aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :