« La Sapienza », architecture filmique du beau

Sapienza1_DH

Sapienza2_DH

J’étais à Beaubourg, au cinéma MK2, vendredi après-midi, où j’ai vu le très beau film La Sapienza d’Eugène Green.

Le récit ressemble à un faux documentaire sur un architecte italien du XVIIe siècle, Francesco Borromini, à la recherche duquel, dépité par l’industrialisation obligée de ses propositions architecturales en France, le héros va s’attacher pendant quelque temps à Rome, en y emmenant sa compagne.

Lu, plus tard, un article dans « Libé » où tout est raconté de A à Z, mais on peut s’en passer : il suffit d’aller voir ce film qui déploie un véritable enchantement quant à l’idée et à la forme – paysages ensoleillés, bâtiments de Rome, jeu « bressonnien » des acteurs, avec la participation du réalisateur lui-même dans la peau d’un « Chaldéen », cadrages et montage comme apaisés, réfléchis, attentifs et réverbérants, scénario tiré au cordeau, musique semblable à un lac transparent.

Eugène Green avait rencontré Manoel de Oliveira, le cinéaste portugais récemment décédé à l’âge de 106 ans : les poètes savent se reconnaître.

Le cinéma – comme l’art, en général – conserve et perpétue ainsi (sauf destructions irrémédiablement imbéciles) des gestes tracés par amour et qui échappent aux attaques du temps.

Sapienza3_DH

Sapienza4_DH(Toutes les photos sont agrandissables.)

Tagué , ,

18 réflexions sur “« La Sapienza », architecture filmique du beau

  1. brigetoun dit :

    Borromini (même si c’est faux documentaire) mon très cher..
    et tout ce que vous dites de ce film – crée envie une fois encore
    ne reste qu’à vaincre ma paresse

  2. @ brigetoun : en fait, c’est un film reposant (pas de coups de feu, pas de massacres, pas de hurlements…), on se laisse aller comme dans une barque sur l’eau calme.

  3. Alex dit :

    Bonne idée, aller passer ce dimanche à Beaubourg.
    Bonnes Pâques.

  4. Merci de nous donner l’envie de suivre la beauté de ce voyage initiatique jusqu’à Rome l’éternelle magnifique, et pour cette harmonie de rouges et de verts !

  5. gballand dit :

    Hier, je me demandais justement si j’irais voir ce film. Bon, vous m’encouragez 😉

  6. Sorcière dit :

    « … musique semblable à un lac transparent » Cela donne envie de s’y baigner le corps et l’âme !
    Un bain de jouvence ?
    Bel éloge.

  7. @ Sorcière : on peut aller au bord du lac de Garde par la magie de l’image…

  8. Francesca dit :

    Mes quelques tentatives d’aller voir ce film ont été contrariées jusqu’alors. J’en attends le plus grand plaisir, a fortiori après t’avoir lu. Sans doute demain, au calme, vers 13h.
    Merci de ce bel avant-goût et de la référence à ce cher Manuel de Oliveira…

  9. @ Francesca : je vais me sentir trop responsable de ta programmation !
    Mais y aller à 13 heures est une bonne idée.

  10. En 1968, un groupe d’amis se donnant le nom de UCCELLI (les oiseaux) grimpèrent un jour sur le sommet de Sant’Ivo à La Sapienza. Je les voyais d’en bas, ils ne cessaient de caracoler et ricaner au milieu des feuilles de travertin. La chose redoutable dont je me souviens aussi, c’est que dans cet ancien palais qui avait jadis hébergé l’Université il y avait alors les Archives de l’État… Dans une bruyante assemblée, des anarchistes idiots avaient glissé, comme si de rien n’était, la proposition de tout brûler…

  11. @ biscarrosse2012 : la tentation de brûler les livres (entre autres) est sans doute due au désir innocent de comparer la température Fahrenheit 451 à celle donnée par Celsius…

  12. lucie dit :

    Vu déjà d’Eugène Green, Le Pont des arts avec sa manière si spéciale de prononcer les mots et sa critique sur un chef d’orchestre baroqueux. J’ai tellement aimé ce film que je l’ai vu 2 fois. Alors celui-là, oui pourquoi pas ?

    • @ lucie : Avant de retourner aimer « La Sapienza » (qui le mérite), j’irais découvrir « Le Pont des arts »… que j’avoue ne pas avoir vu à sa sortie ! Merci alors du conseil !

  13. frappée par le silence absolu régnant dans la salle (pourtant bien remplie) des Parnassiens pendant toute la projection de ce film à l’admirable parler auquel il ne manque pas une liaison

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :