Archives du 02/05/2015

Katmandou demeure à l’œil

Tremble terre à la surface

des choses brisé ou enfoui

sans respiration poussière

secousse comme un arrêt du

cœur mais le sol se fend à

l’allure du cataclysme dès

l’instant de la faille sur

la rue les toits fétus des

murs s’évanouissent il n’y

a plus de constructions et

d’abris la fumée envahit à

tout-va pas bien enfer des

larmes panic room parler à

quelqu’un si la langue est

comprise fantômes en habit

blanc moulin à prières des

absents qui tournent comme

fous dans le vide sans qu’

aucune main ne les relance

jours éloignés si présents

pacifiques parfumés de tel

encens paradis perdu aussi

sur la route des stûpas d’

effondrement frappés d’une

stupeur aux yeux bleus cil

6 000 ou même peut-être on

atteindra les 10 000 morts

mais qui compte encore sur

son boulier les formations

de nuages fiers défient le

sentiment de l’inéluctable

le passé n’a sans doute ni

existé ni étincelé Bouddha

impassible dérangé dans sa

pensée Katmandou demeure à

l’œil ou à la mémoire vive

un seul nom déjà transfuge

et d’une dernière réplique

Katmandou 7-85_DH(Je suis allé à Katmandou, il y a des années. Cliquer sur ma photo.)

Tagué ,