Katmandou demeure à l’œil

Tremble terre à la surface

des choses brisé ou enfoui

sans respiration poussière

secousse comme un arrêt du

cœur mais le sol se fend à

l’allure du cataclysme dès

l’instant de la faille sur

la rue les toits fétus des

murs s’évanouissent il n’y

a plus de constructions et

d’abris la fumée envahit à

tout-va pas bien enfer des

larmes panic room parler à

quelqu’un si la langue est

comprise fantômes en habit

blanc moulin à prières des

absents qui tournent comme

fous dans le vide sans qu’

aucune main ne les relance

jours éloignés si présents

pacifiques parfumés de tel

encens paradis perdu aussi

sur la route des stûpas d’

effondrement frappés d’une

stupeur aux yeux bleus cil

6 000 ou même peut-être on

atteindra les 10 000 morts

mais qui compte encore sur

son boulier les formations

de nuages fiers défient le

sentiment de l’inéluctable

le passé n’a sans doute ni

existé ni étincelé Bouddha

impassible dérangé dans sa

pensée Katmandou demeure à

l’œil ou à la mémoire vive

un seul nom déjà transfuge

et d’une dernière réplique

Katmandou 7-85_DH(Je suis allé à Katmandou, il y a des années. Cliquer sur ma photo.)

Tagué ,

29 réflexions sur “Katmandou demeure à l’œil

  1. brigetoun dit :

    désastre et désarroi sont dans les mots du poème
    et la contrainte leur donne force

  2. Planète vivante
    Humains mourants
    Désastre annoncé
    Blessures réciproques
    Souffrances partagées
    Pensées attristées

  3. pascale dit :

    Bien fractionné et angoissant, plus rien où s’ accrocher … merci à vous
    Très belle photo qui, aujourd’hui, évoque : « … Un temps à rire et courir, un temps à ne pas mourir, un temps à craindre le pire, il fait beau comme jamais. »

  4. Sorcière dit :

    Magnifique photo ! du temps des hippies ?

  5. @ Sorcière : une vingtaine ou une trentaine d’années après…

    • Sorcière dit :

      Ah ! c’est un privilège d’avoir à l’œil et à la mémoire, comme un instant fragile d’éternité, tant de beauté engloutie et de nous la faire partager. Merci.

  6. Alex dit :

    Les dieux de l’Himalaya se réveillent. Shiva, troublé dans sa méditation, agite son trident, sa colère devant l’impudence des hommes et nos guerres ridicules, fait trembler les montagnes.

    • @ Alex : la terre et les cieux se seraient conjugués pour créer ce maelström…
      Les guerres peuvent certes disparaître par l’absence de combattants.

      • Alex dit :

        Les dieux sont des géants avec une autre logique que la nôtre, petites fourmis. Il vaut mieux ne pas les offenser, n’ayant aucun sens de l’humour.
        Ils veulent nous montrer la dérision de nos entreprises.
        Homère nous avait pourtant déjà prévenus de leurs terribles et implacables colères.

  7. @ Alex : nous ne sommes pas de la même taille… 🙂

  8. pascale dit :

    Alors, on va gentiment commencer par calmer le diktat des marchés, pour se mettre en jambes… Restons confiants car « Dieu est subtil mais pas malicieux… »

  9. pascale dit :

    Ça serait pas marrant si c’était simple. Et puis on est nombreux contre une poignée et y en a d’autres qui sont tombés … faut pas s’en laisser conter! Faut se mettre à l’économie et apprendre à compter !! (Economie : un autre dieu qui vacille sur son socle, Sophocle!)

  10. Très beau texte et très belle photo, d’une époque sinon heureuse du moins tranquille, on dirait. La « transformation » de la pellicule avec le temps nous propose d’ailleurs une lecture multipliée et dynamique, nous invitant à suivre le destin de chacun… Avant de nous interroger : est-ce qu’il est encore là, ce jeune homme aux pédales ? Est-ce que cette maison ancienne (classée ?), et cette rue, sont-elles encore là ?

  11. @ biscarrosse2012 : Oui, la couleur du papier a un peu jauni (mais j’ai évidemment gardé les pellicules de mon Minolta réflex argentique 24×36, pas besoin à l’époque de recharger des batteries !).
    Mais j’ai eu la même interrogation que toi : que sont-ils devenus, tous ces gens qui semblaient comme fragiles, cet immeuble joliment décoré… ?

  12. Zoë Lucider dit :

    Je suis allée au Népal dans les années 80. Katmandou avait été déserté par les hippies, sauf par quelques-uns qui ne se sont jamais résolus à le quitter. J’ai beaucoup de peine pour ce peuple souriant et paisible et pour la beauté des lieux réduite en bouillie. Merci pour ce billet illustré par un instant de quiétude saisi au vif.

  13. @ Zoë Lucider : il me semble t’y avoir croisée (mais c’était peut-être une hallucination psychédélique !)…
    Hélas, grande tristesse pour ce pays et ses habitants si aimables.

  14. Une actualité douloureuse à coté d’un souvenir d’un voyage heureux… !

  15. Alex dit :

    Nous avons tous été à Katmandou, de fait ou en esprit – un endroit clé dans notre culture – nous sommes d’autant plus sidérés et peinés par cette catastrophe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :