Rue des Récollets, Paris 10e

(cliquer sur l’image et le petit haut-parleur)

Hier après midi, j’ai pris cette vidéo de six secondes rue des Récollets, Paris 10e, en revenant du cinéma Louxor, où j’avais vu La Tête haute, d’Emmanuelle Bercot.

On se demande quand même qui a choisi ce film, et sur quels critères, pour faire l’ouverture du festival de Cannes tant la faiblesse du scénario, la mise en scène inexistante, le jeu caricatural des acteurs (Rod Paradot en jeune hystérique, Benoît Magimel imitant Sean Penn, Sara Forestier à la figure de déjantée, Catherine Deneuve en manque d’une cigarette à la bouche pour être crédible dans le rôle d’une juge…), le manichéisme (peau noire, masques blancs), le choix ridicule de la musique (Bach et autres + rap), et le happy end controuvé le rendent pénible, ennuyeux, agaçant, horripilant et aussi vite oublié, heureusement, qu’entrevu.

Ce film avec ses lourds sabots conformistes (je viens de lire après coup cet article) ne marquera pas l’histoire du cinéma sur la Croisette – et l’on souhaite qu’il laisse vite la place sur les écrans à de vraies œuvres cinématographiques, comme sait en réaliser, par exemple, Nanni Moretti.

Tête haute 20.5.15_DH

Après la séance dans la salle luxueuse, je repensais a contrario au film incroyable du cinéaste suédois Roy Andersson Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l’existence (vu au MK2 Beaubourg le 29 avril), où l’invention, la surprise, l’inattendu, l’image improbable (séquences extraordinaires du cavalier entrant à cheval dans le café tandis que l’armée défile dans la rue, et du monstrueux tonneau pour esclaves tournant comme une bétonnière…), l’humour et la métaphysique, se mélangent dans un traité filmique – composé uniquement de plans fixes – digne à la fois de La Boétie, de Voltaire et de Schopenhauer.

Pigeon 29.4.15_DH(les deux photos sont agrandissables.)

Tagué , , , , , , , , , ,

23 réflexions sur “Rue des Récollets, Paris 10e

  1. brigetoun dit :

    pour la tête haute je pensais que vous n’iriez pas le voir.. (mais vous êtes trop honnête pour ne pas vérifier si une mauvaise impression était justifiée)
    pour un pigeon.. vous me faites regretter d’avoir hésité !

  2. brigetoun dit :

    je me demande ce qu’est ce sifflement sur la bande son

  3. gballand dit :

    Au moins, vous ne mâchez pas vos mots 😉

    • @ gballand : je m’étais abstenu de lire la moindre critique avant d’aller voir ce film. Je vous épargne celles du « Monde » ou des « Inrocks » (c’est un complot !!!).

  4. arlette dit :

    M’en doutais !! mais ne peux juger sans preuve, Merci de vous exprimer ainsi

  5. J’ai bien aimé : l’affiche de La tête haute juste à côté de la posture du garçon, la tête baissée…

  6. @ Nicolas Bleusher : je ne l’ai pas fait poser…

  7. Désormière dit :

    C’est extrêmement revigorant, le matin, une vraie critique juste et sans détours.

  8. @ Désormière : Je ne sais pas si elle est juste (peut-être est-elle injuste ?), c’est seulement ce que j’ai ressenti en quittant le Louxor, et il faisait si beau dehors !

  9. Alex dit :

    Cannes à Paris Xeme, j’y vais… M’étonne pas qu’ils passent des navets, c’est pareil à Cabourg pour leur festival annuel du film romantique…
    Dans une societe orwellienne, la médiocrité est le top.
    Catherine Deneuve, qui avait posé pour le buste de la sculpture de Marianne – dans toutes les mairies – et avait ainsi remplacé le buste de notre Brigitte Bardot, – elle fait ce qu’elle peut.

    • @ Alex : j’espère qu’elle ne va pas suivre l’autre « buste » dans ses opinions politiques !

      • Alex dit :

        Avec les acteurs et les actrices, tout est possible…
        D’autant plus qu’aujourd’hui, nous sommes dans la politique-spectacle.

        @ Alex : ou dans le spectacle de la politique. D.H.

  10. Francesca dit :

    « La critique est aisée, et l’art est difficile ».
    Certes, le film n’est globalement pas une extraordinaire réussite mais très loin d’un navet !
    Les sujets sont traités, sinon avec brio, du moins avec justesse. La tête basse du jeune Malony exprime justement le mal être de ce môme mal servi par la vie, aimé mais pas éduqué par une mère-enfant qui fait ce qu’elle peut. Les éducateurs et la juge ne lâchent jamais l’affaire, comme on dit, en essayant toutes les méthodes jusqu’à ce que ça marche.
    Si l’on a, ne serait-ce qu’une fois, été confronté à la violence d’un jeune en grande difficulté, on voit que le jeu de l’acteur est juste et on sait qu’il faut aux éducateurs et au juge, un peu comme au dresseur devant un étalon sauvage, beaucoup de patience, d’expérience et de maîtrise pour l’amener à plus de contrôle de soi et de calme.
    Quant à Catherine Deneuve, je ne sais comment elle a passé son temps hors tournage et je m’en moque car la moindre de ses expressions est juste et c’est selon moi toujours une grande actrice.
    Amusant de défendre ici un film que j’ai quelque peu critiqué en sortant de la salle…

    • @ Francesca : j’attendais une plaidoirie pour ce film, merci d’avoir joué le rôle de l’avocate.
      Le jury (à Cannes ou dans les salles) donnera son verdict…

      • Francesca dit :

        Ce film n’étant pas non plus une oeuvre d ‘art ne mérite sans doute pas d’être primé par le jury cannois.

  11. @ Francesca : il aurait dû être présenté comme un pseudo-documentaire mais alors pourquoi payer une Catherine Deneuve pour y participer sinon parce que l’on pense que son nom sur l’affiche va attirer les foules ?

  12. PdB dit :

    (Il est hors compétition, risque pas la palme donc) tu voulais sans doute dire « en sortant de la salle louxorieuse », non ? (j’irai pas) j’aime assez le type avec son caddy, là derrière…

    • @ PdB : J’ai bien signalé que ce film était présenté en ouverture du festival, il fait partie de sa sélection mais fait partie de la liste des « hors compétition », ce qui est pas mal vu, finalement.
      La salle « louxorieuse »: cela aurait été redondant avec le nom du cinéma, l’adjectif « luxueuse » m’a semblé une allusion plus discrète.
      J’aurais pu écrire aussi « luxurieuse » mais alors cela aurait pris un autre sens… 🙂

  13. jeandler dit :

    La tête haute… ça manque bougrement dans notre société. C’est plutôt la tête basse.
    Ce n’est pas Los Ovidados, certes, mais j’ai bien aimé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :