Archives du 03/06/2015

Un espace d’habitation sans vitres ni reflets

Ouvertures Evry 2 1.6.15_DH

– Vous avez eu cette idée quand ?

– J’ai consulté les statistiques des accidents domestiques : beaucoup de gens se blessent chez eux, se coupent ou se mutilent à cause des vitres.

– Mais il suffit de faire attention…

– Souvent, il s’agit de querelles de ménage, un couple en vient aux mains ou un ado rageur envoie quelqu’un valdinguer contre la fenêtre (et s’il ne la traverse pas, c’est une chance…) !

– Vous pensez donc qu’il s’agit d’un progrès, ces bâtiments avec de simples ouvertures dans le béton brut, un espace d’habitation sans vitres ni reflets : et le froid, et la pluie, vous les gérez comment ?

– La population a simplement besoin d’un toit. Regardez les migrants de La Chapelle, évacués hier par la police : ils avaient baptisé leur lieu de rassemblement et de survie « Under the bridge ». Ils n’avaient pas réclamé autre chose.

– Oui, mais pour les migrants, c’est une situation temporaire : là, tous les occupants, certes avec un loyer très modéré, vont vivre pendant des années sans séparation avec l’extérieur, sans obstacle contre le vent et les intempéries. Vous imaginez leur situation en hiver ?

– Ils pourront toujours mettre des bouts de carton, mais ils ne verront plus clair le jour, ou bien ils fixent des volets pour la nuit, il faudrait alors qu’ils les achètent. Non, ils sont satisfaits de ces dispositions architecturales, j’ai d’ailleurs fait recueillir leurs appréciations une fois qu’ils étaient installés. Regardez le séjour : il est immense, avec des sièges design et confortables, comme dans une salle des pas perdus, c’est très convivial !

– Vous vous prenez pour Le Corbusier ?

– Non, je n’ai pas voulu reproduire « La Cité radieuse », simplement créer quelque chose de carré, de simple, de pratique : on peut respirer toute la journée et le soir on se couvre un peu si la température baisse.

– Il semble que l’optimisme vous colle à la peau !

– J’ai mon parchemin DPLG, encadré chez moi (mon appartement à Paris est de style haussmannien). Je suis partisan d’un logement populaire, de longue durée, et sans risques pour ceux qui y vivent : ce n’est pas le moment de surcharger les urgences des hôpitaux.

– Vous avez construit beaucoup d’immeubles comme celui-là ?

– Ici, c’est tout juste le centième, vous pouvez en trouver aussi dans d’autres villes. Avec mon équipe, nous avons prévu de fêter bientôt cette étape, on fera pour l’occasion une grande cérémonie en partenariat avec la mairie.

– Ce sera quand ?

– Vous recevrez par mail une invitation de ma part. Elle sera établie sur papier à en-tête de mon cabinet « APSV » (Architecture populaire sans vitres) et signée de mon nom, Jean Lancien.

Ouvertures Evry1 1.6.15_DH2(La photo, prise lundi à Évry, et son agrandissement ci-dessus sont élargissables.)

 (Jacky Terrasson, Smile)

Tagué , , , , , ,