« km. 0 »

(cliquer sur l’image et le petit haut-parleur)

La plaque du « km. 0 », incrustée dans le sol, a survécu aux diverses rénovations de la gare de l’Est à Paris. Elle marque le point central, nodal, ferré en toutes matières, qui en fait une sorte de nombril du monde, même si on marche dessus sans vergogne ou par inattention.

Je l’ai filmée ou photographiée plusieurs fois, cette représentation historique (comment oublier ceux qui ont posé les premières voies, comme aussi bien les pionniers du Far West ?) et elle demeure émouvante dans sa modestie dorée.

On imagine aussitôt partir, même s’il existe d’ailleurs d’autres moyens de locomotion, juillet s’entame, les rues parisiennes se vident, les embouteillages ont disparu comme par un miracle municipal. Les foules sont donc en transit, en transhumance, elles « migrent », elles aussi, mais pas dans les mêmes conditions.

Les vacances (petites ou grandes) ne devraient représenter pour personne la vacance de l’espoir ou le butoir de la solitude.

Tagué ,

24 réflexions sur “« km. 0 »

  1. brigetoun dit :

    ne devrait représenter, mais représentent en fait..

  2. @ brigetoun : symbolique des traces…

  3. arlette dit :

    Et marcher l’oeil au sol ..pour ne pas oublier !! aime ces « petits riens perdus » dans la foule indifférente
    (Espère arriver à poster ce com x essais ratés avec iphone!! pas dégourdie)

  4. Pour Dali, le nombril du monde était la gare de Perpignan.
    Chacun choisira le sien, bronzé ou non selon la destination qu’il choisira. La Grèce par exemple serait un choix judicieux pour goûter leur fromage blanc au miel, leur huile d’olive et partager avec eux l’espoir de jours meilleurs !
    Mais en passant par la gare de l’Est, le chemin risque d’être long…

    • @ mchristinegrimard : j’ai entendu à France Inter que la fréquentation touristique des Français vers la Grèce avait fait un bond cette saison de 10 %.
      Un moyen de les soutenir sur place… en attendant les résultats du vote démocratique.

  5. Le milieu est une zone d’incertitude. Le principe de réalité oblige souvent à devoir choisir son camp, son moyen de transport, sa région de villégiature, sa rive ou son parti. Pour ce qui me concerne, j’apprécie davantage la première moitié de ce texte court. Je m’arrête volontiers au niveau de sa « modestie dorée ». Une formule qui me correspond assez bien, je dois dire…

  6. En revoyant ton film, je m’aperçois qu’il ne s’agit pas d’un point milieu ou d’un nombril mais plutôt du point de départ de la ligne Paris-Strasbourg : la direction est donnée, vers l’Est. Les pionniers américains allaient vers l’Ouest. Me voilà tout désorienté et perplexe. Ce qui me caractérise peut-être encore plus…

  7. Je suis un inconditionnel de la gare de l’Est. La plus belle gare de Paris, celle qui a le nom le plus évocateur et mystérieux à la fois. D’ailleurs, elle n’est pas qu’un lieu de départ et d’arrivée. Elle est un lieu central d’une vaste portion de la ville de Paris, son barycentre bien centré.
    Et ce numéro 0… il garde en soi un parfum spécial de café, de journaux, de parapluies mouillés et de jambes (surtout féminines) qui vont et viennent comme dans un inoubliable film de Truffaut.

  8. Francesca dit :

    Pour moi la plus belle, c’est celle où je suis presque née, la gare Saint-Lazare d’où l’on peut aussi partir à la conquête d’un ouest certes moins ambitieux mais ouvert aux traversées maritimes et océanes…

  9. Dom A. dit :

    Bonnes vacances !
    (la plus belle gare de Paris, ce serait celle qui ne séparerait personne…)

  10. j’ai eu peur… j’avais cru lire NKM !

  11. Alex dit :

    La gare Saint Lazare, première gare construite en 1837, ou l’on pouvait aller au bord de la mer – un rêve – et même en Angleterre, jusqu’à Victoria Station – et même jusqu’au paquebot pour l’Amérique !
    Je te préférais avant ta rénovation, « propre » certes,mais avec combien plus de fantômes qui s’y bousculaient …

    • Alex dit :

      Souvent peinte, on ne retient que les noms de Monet, Manet, Degas, Caillebote, c’est le triomphe du progrès, l’invention de la locomotive, qui va permettre de réaliser bien des rêves de voyage.

  12. Je respire un air de famille, sauf la plaque du « km. 0 », incrustée dans le sol , pour moi inédite… Comme toujours, un très bon article !

  13. @ claudiapatuzzi : il faut pouvoir regarder par terre et non les tableaux d’affichage des horaires de départ ou d’arrivée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :