Désincarcération des oiseaux

Tambourinage

dans la briqueterie flamande

terril de Lens ou Mont noir

désincarcération des oiseaux

olibrius d’un autre temps

ample flux

des syllabes célestes

nuages non numériques

ruban de l’autoroute

Moebius sur le bas-côté

fait du stop

champs désolés

où trônent les éoliennes

sans aucun Don Quichotte

à l’horizon métallique

et le vent qui souffle

les joues remplies

l’haleine hors d’elle-même

le noir descend prudemment

les phares blancs s’allument

les catadioptres se déguisent

lucioles rouges pour Pasolini

sur la bande d’arrêt d’urgence

une moto et un éperdu

stationnent stoïques

la pluie cruelle donne du boulot

aux essuie-glaces

le ciel pleure sur nos existences

qui filent à double sens

Oiseaux_DH(Paris, place Georges Pompidou, 06.12.2014. Cliquer pour agrandir.)

Tagué , , , ,

18 réflexions sur “Désincarcération des oiseaux

  1. annaj dit :

    moebius fait du stop…formidable!!

  2. brigetoun dit :

    bel envol dans le bleu pour ponctuer la belle complainte
    (j’aime aussi, outre Moebius, les éoliennes sans aucun Don Quichotte, entre autres

  3. gballand dit :

    Cette « désincarcération des oiseaux », ce « tambourinage » et la « pluie cruelle » ne sont-ils pas hautement symboliques ? Le tambourinage c’est le battage médiatique, les oiseaux, il faudrait que ce soit nous, les citoyens valeureux, qui ont eu le courage de sortir de cette « autoroute » qu’on nous assigne et la pluie cruelle, la crise financière 😉

  4. J’aime quand les oiseaux s’envolent en multitude comme les mots en liberté dans un ciel uniformément bleu !

  5. @ mchristinegrimard : ce ne sont pas vos goélands (qui nous manquent), mais, là, plutôt des admirateurs de Brancusi !

  6. Arlette dit :

    Belle envolée …Monsieur le poète…
    .. « Le ciel pleure sur nos existences qui filent à double sens »
    Joli !! et Don Quichotte qui guerroie dans un autre ailleurs

  7. pascale dit :

    Imagine bien Dufilho conduisant son side-car avec ses lunettes de plongée dans le rôle de l’olibrius… Intense tension dramatique, merci à vous

  8. Francesca dit :

    Une envolée de pigeons, c’est beau, mais dans ce coin-là… leur agglutination et leurs déjections sont insupportables. Pardon, ce matin il pleut encore, je suis de mauvaise plume

  9. Alex dit :

    Sur les routes de sa mémoire, il voyage d’un souvenir à l’autre, d’un pays à l’autre, d’une vie à une autre – O Melancholia, tu règnes sur le cœur du poète – et tu confonds ses larmes sous un rideau de pluie –

  10. Très belle photo, comme les oiseux dans le bleu et tes mots-syllabes célestes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :