Valse rapide (ou romantique) des lettres

En rentrant hier après-midi d’un saut automobile dans la toujours charmante ville de Saint-Germain-en-Laye, qui héberge la maison natale de Claude Debussy dans la rue en pleine réfection dite Au Pain  (pas loin de celle nommée À la farine), j’avisai tout à coup ce camion se dirigeant vers l’Arc de Triomphe.

St Germain1_DH

Puis, ayant été faire ensuite un tour à pied boulevard de La Villette (voir vendredi prochain « Les Vases communicants » !), je remarquai au retour, en faisant un crochet par la rue de Sambre-et-Meuse, une sorte de petite tranchée donnant dans l’avenue Claude Vellefaux (10e), cette imprimerie dont le patron semblait avoir mis la clé sous la porte (avec un seul « t »).

St Germain2_DH

Je me contenterai alors de ces images, saisies avant que le cortège de conducteurs de tracteurs agricoles en colère ne vienne semer quelques vraisemblables embouteillages aujourd’hui dans Paris.

St Germain3_DH(Les trois photos sont agrandissables.)

(Claude Debussy, Valse romantique, 1890.)

Tagué , , , , ,

17 réflexions sur “Valse rapide (ou romantique) des lettres

  1. lanlanhue dit :

    vous avez remarqué sans doute  » venderdi » 😉

  2. Lucien Suel dit :

    Debussy au réveil, suivi de Massey-Ferguson….

  3. brigetoun dit :

    et une sculpture de traces d’un passé révolu devant la boutique

  4. Merci pour cette valse pour commencer la journée !

  5. Dans l’écoulement, qu’on ne pourrait plus élégant, des suggestions de ce regard en voyage — images et réflexions qui se rangent parfaitement les unes sur les autres dans des boîtes chinoises transparentes, élégantes aussi – ce camion blanc saisi au vol synthétise au plus haut degré notre indomptable nostalgie de plaques ou couvertures imprimées à règle d’art, faisant songer à des contenus nobles et indispensables.
    Vis-à-vis de cette boîte polie et sans faille, rentrant triomphalement à Paris accompagnée par la valse rapide de Debussy… cette imprimerie qui de toute évidence « accuse le coup » de la mutation historique, représente un réveil, un stop énergique à nos irréductibles illusions.

  6. @ biscarrosse2012 : il s’agit, je crois, d’histoires d’impressions…

  7. Alex dit :

    J’aime Saint Germain en Laye – décor vivant pour une pièce de théâtre de Molière – comme cela était à la Comédie Française, dans ses anciens décors traditionnels – Molière, comme Wagner, dans des décors modernes, je déteste cet anachronisme –
    Et condescendance au modernisme, j’ai apprécié le RER qui aboutit en face du château, où j’allais souvent pour l’archéologie, et devant le parc !

    • @ Alex : le parc est beau, et comme me le disait hier un promeneur : « Un groupe d’enfants avec un professeur, pas loin de la maison natale de Louis XIV, je leur demande : « Où est né le Roi Soleil ? » Réponse unanime : « à Versailles ! »

      • Alex dit :

        La configuration du lieu de la petite ville de Saint Germain en Laye, simple, esthétique, rassurant, souriant, plein de charme, convient parfaitement à une maternité… (royale).
        Et pas trop loin du paternel qui bossait au Louvre !

        @ Alex : oui, mais en carrosse, ça allait quand même moins vite qu’en RER ! 🙂

  8. PdB dit :

    magie Debussy…

  9. Francesca dit :

    Saint-Germain-en-Laye, très charmante mais plutôt très bourgeoise quand même… bien envie de faire un tour dans le parc avant que les feuilles ne tombent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :