Arrachements de mémoire

Images qui gardent une trace d’affiches – mais gardera-t-on un parfum des photos ? – dépassées par les événements, désuètes, obsolètes, à moitié arrachées : on se demande pourquoi, un geste rageur ou machinal, l’envie d’écouter le bruit d’écorce si particulier quand on tire sur le papier épais, le petit pouvoir à portée de main d’effacer ce qui a été montré ou écrit, ces visages lacérés, tailladés, comme si l’envie réelle démangeait les apprentis sans relevés d’annihiler toute proclamation esthétique ou idéologique allant à l’encontre des certitudes bien établies, le plaisir de détruire (plutôt la nuit) par un simple mouvement ce qui avait été collé sur une pauvre palissade parce que JC Decaux n’accepte pas les affiches politiques sur les abribus, et que ça doit coûter bonbon ailleurs si c’est autorisé, bribes de mots esquintés, estropiés, désalphabétisés, lancés aux quatre vents de la dispersion de la mémoire.

Arrachements1_DH

Arrachements2_DH

Arrachements3_DH(Paris, avenue Claude Vellefaux, 10e, le 3/9. Cliquer pour agrandir.)

(Billie Holiday, Gloomy Sunday)

Tagué , , , ,

24 réflexions sur “Arrachements de mémoire

  1. brigetoun dit :

    juste pour, parfois, attirer l’attention d’artistes (qui exposent, et puis vous)

  2. gballand dit :

    Une petite musique d’enterrement à la mémoire de toutes les affiches arrachées ici et ailleurs 😉

  3. Merci pour Billie Holiday…

  4. Jean-Pierre dit :

    Puzzle recomposé:  » Françoise, nom de guerre FKDL, héroïne rouge du Street Art, a chaussé ses Converse pour lancer la révolution anticapitaliste ».
    Ici à Nice, on se prépare pour une journée à la playa..
    Courage les Parigots!

    • @ Jean-Pierre : « Conversation secrète » !

    • Francesca dit :

      « Non, Paris n’est pas si moche… » chantait le jeune Renaud et c’est vrai : soleil ce jour pour l’expo plein air de sculptures gonflables au parc de La Villette. Je craignais justement qu’un décérébré de passage ne plante un clou dans une oeuvre, comme d’autres arrachent les collages d’artistes…

  5. Désormière dit :

    Transformer la destruction en art, est la seule réponse

  6. Gilbert Pinna dit :

    … destin des affiches murales, à la vie fulgurante, et puis parfois, ces traces d’elles, comme des squelettes inusables.

  7. arlette dit :

    Sa vie déchirée comme les lambeaux d’une histoire sans fin …pour en faire des oeuvres d’Art
    ( aime ce rapport )

  8. pascale dit :

    Mais à l’heure du couvre – feu des doigts errants … infatigables

  9. Alex dit :

    Le destin tourmenté des œuvres d’art éphémères…
    La patine du temps oublié sur le support, laisse travailler l’Immagination… Tout à l’insu des Autorités !

  10. Francesca dit :

    Ernest Pignon-Ernest retourne photographier aussi ses collages, une fois abîmés par les intempéries et les arrachages partiels.

  11. Arrachements de mémoire, bien choisi comme titre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :