Paris, ville morte vendredi 13

… et encore ce matin : personne dans les rues, les stations de métro fermées, voitures rares, piétons esseulés.

Nous étions allés voir hier soir le film de Patricio Guzmán, Le Bouton de nacre (impressionnant) au MK2 Beaubourg, et au retour nous sommes descendus à la station de métro Goncourt pour prendre la rue Alibert et nous diriger ensuite vers chez nous.

Mais un énorme barrage de policiers portant casques à visière anti-balles et fusils (avec ou sans pompe) nous a interdit de passer : quelques minutes avant venait d’avoir lieu ici l’un des attentats de la soirée et le massacre des personnes attablées ou buvant un verre et fumant une simple cigarette devant le restaurant « Le Petit Cambodge » et le café « Le Carillon » (où nous avions devisé un jour, Giovanni Merloni, Piero Cohen-Hadria et moi).

Nous sommes partis dormir ailleurs et nous avons pu franchir, ce matin, les barrages de police pour retrouver notre appartement.

Peut-on encore « vivre » à Paris (dans le 10e, le 11e ou ailleurs) ?

Un jour, le terrorisme sera vaincu par son excès même.

vendredi13.11.15_DH

samedi14:1_DH

samedi14:3_DHsamedi14:4_DH(Photos prises les 13 et 14 novembre à Paris.)

Tagué , , ,

49 réflexions sur “Paris, ville morte vendredi 13

  1. brigetoun dit :

    l’horreur oui (et me retrouve très très habitante du 11ème ce matin même si ce n’est plus vrai)
    mais ouf que votre billet me soulage

  2. annaurlivernenghi dit :

    Que l’intelligence et le discernement nous préservent de toute connerie de pensée et d’action.

  3. jeandler dit :

    Nous devons continuer de vivre, montrer l’exemple à nos jeunes, nos très jeunes…

  4. Calypso dit :

    @ D.H. : vous le savez, toutes les rues de ma naissance et de mon enfance… pas d’autres commentaires pour l’instant.

  5. Domi Amouroux dit :

    Ce matin, en découvrant cette horreur absolue, j’ai pleuré. J’habite une petite ville de province, mais je me sens avant tout humaine et solidaire. Que nous réserve l’avenir ?

    • @ Domi Amouroux : Merci pour votre commentaire.
      On finirait par croire que le terrorisme se répand à la vitesse grand V comme un long débit de sang impossible à garrotter.

      • Domi Amouroux dit :

        Oui et désormais c’est un dur combat de l’intelligence contre la barbarie…

        @ Domi Amouroux : l’issue est incertaine… D.H.

  6. Arlette dit :

    J’ai pensé immédiatement à vous … que cela est grave très grave
    Amitiés

  7. Catherine SERRE dit :

    de nos petites villes soudain une angoisse insurmontable pour les enfants, puis leurs cousins, puis nos amis dont certains coincés dans la zone, les amis de longue ou fraiche date, plus ou proche, et puis aux autres, nos semblables, leurs parents, les mères, j’y pense plus que tout, même si une hiérarchie est plutôt une sotte réaction mais j’y pense par projection sans doute et pense à tous ces jours qu’il vous faut maintenant traverser, le climat morbide, l’environnement policier qui va encore se renforcer, et voudrais pouvoir vous soulager tous vous dorloter …

    • @ Catherine Serre : je passe presque tous les jours devant ces deux lieux et le soir, surtout le vendredi et le samedi, les terrasses sont remplies ou débordent de jeunes, tous insouciants, qui ont été tués ou blessés pour certains : quel calvaire pour leurs parents.

  8. Anna2B dit :

    J’ai téléphoné aux enfants, aux proches, amis; pensé à vous aussi. Reçu les nouvelles, relayé les infos.Si nous pouvions ne faire qu’un seul corps face à la barbarie..

  9. Désormière dit :

    Pensé à vous hier soir. J’espérais que vous étiez resté chez vous. Je me doutais bien que d’une manière ou d’une autre, vous étiez dans la tourmente. Je suis rassurée ce matin. Quant à ce qui s’est passé, je suis sans voix.

    • @ Désormière : la force du terrorisme, c’est son imprévisibilité.
      Il n’y a pas encore de portiques à l’entrée des stations de métro, facile de mettre une Kalachnikov dans un sac et d’aller sur le quai…

  10. anna dit :

    amitiés

  11. Francesca dit :

    Nuit d’enfer… Aucun ami touché, mais je pense à tous les blessés et aux familles des victimes. Merci pour tes photos. Comme tu sais, je lisais chez moi et n’ai appris les drames que très tard. J’évite en général la «viande saoûle» des fins de semaine… La colère doit nous tenir debout !

    • @ Francesca : c’est une forme de guerre civile… avec des ennemis invisibles ou presque.

      • Francesca dit :

        Oui… des forcenés décérébrés à « semelles de vent ». Relire Rimbaud, tiens !

        @ Francesca : un peu de poésie dans ce monde de brutes (mais aussi avec des fusils)… D.H.

      • Toky dit :

        Guerre de religion, plutôt. Au sens où l’adhésion à ses rituels est le terreau du lavage de cerveau favorisant les idéologies perverses.

        @ Toky : Idéologie de la négation radicale de l’autre (ce qui est peu religieux, en fait)… D.H.

  12. PCH dit :

    J’ai pensé toi hier soir, je me disais, je disais à mes ami-e-s qui regardaient l’un des lieux de l’horreur « c’est juste à côté de chez le Chasse-Clou » car ainsi te nommé-je auprès de mes proches qui te connaissent donc sous ce nom, mais voilà, tant mieux, je pense à tous ceux qui sont atteints par ces ignobles attaques aveugles sanguinaires injustifiables au nom de rien, je me dis que, oui vivre à Paris est encore, et encore et encore possible, et que ce ne sont pas ces types d’actes qui nous empêcheront d’y vivre et de l’aimer. Sortir, rire, voir des amis, parler, se promener, encore s’embrasser et se dire notre amour et notre amitié. Oui, encore et encore. Bien à toi en tout cas et heureux que tu ailles bien (moi aussi, ça va, malgré tout). Amicalement à Giovanni aussi, et à toutes et tous ici

    • @ PCH : je me souvenais du « Carillon » et du patron si sympa…
      J’ai voulu t’envoyer un SMS mais ça ne passait pas hier soir.

      Merci pour ce commentaire affectueux !
      Dominique

  13. Kania-info dit :

    A reblogué ceci sur Kania-Info .

  14. alainlecomte dit :

    j’ai passé une très mauvaise nuit, même si loin de Paris, et j’ai pensé aux habitanTS de l’avenue Richerand et d’ailleurs. Oui, Paris reste Paris et tout cela ne m’empêchera pas d’y faire un tour bientôt!

  15. Alex dit :

    Je me doutais que DH se trouvait cette nuit de vendredi 13 sur les lieux mêmes des attentats, et j’ai craint qu’il ne fasse partie des victimes !
    Comme beaucoup de Français, j’ai passé une partie de la nuit avec la télé et internet.
    Mes condoléances aux victimes et à leurs familles.
    La guerre, combien de temps encore ?

    • @ Alex : non, j’ai échappé à l’épandage…

      La guerre est peut-être celle de Cent Ans, deuxième version ?

      Pour les piétons, remplacer désormais le gilet fluorescent (pas encore obligatoire) par le gilet pare-balles.

      • Alex dit :

        @ DH : il va y avoir une razzia sur les gilets pare-balles, on n’en trouvera plus qu’au marché noir !
        Oui, cette guerre risque d’être longue.
        Prévoir un stock de bouffe, style nouilles et riz.

  16. @ Alex : mais ne pas oublier, pour les pâtes, des mini-bocaux de pesto !

  17. Heureuse d’avoir eu de vos nouvelles rassurantes.
    Malheureusement la mort distribuée aveuglément par ce genre de barbarie frappe au hasard, et la peur s’installe pour longtemps dans nos cœurs. Profitons du jour qui passe pour dire notre amour à nos proches, pour que demain, il ne soit pas trop tard pour le faire. Et restons debout face aux barbares drapés dans notre humanisme pour leur montrer que leur chemin est un leurre.

    • @ mchristinegrimard : je viens de passer là – à deux pas – où se trouvent, rideaux baissés, « Le Petit Cambodge » et « Le Carillon » qui deviennent un lieu de pèlerinage.
      Triste que cela rappelle les fleurs et bougies devant le siège de Charlie Hebdo, boulevard Richard-Lenoir (il y aura bientôt un an déjà)…
      Ces barbares ne sauraient avoir raison de notre détermination et de notre humanisme, comme vous le dites.

  18. Zoë Lucider dit :

    Je n’ai appris la nouvelle que ce matin. Abasourdie. Fait le tour de mes amis via FB et le site « attaques terroristes à Paris et des sms. Ma fillote avait quitté Paris l’avant veille et elle était elle aussi en quête auprès de ses amis. Suis venue ici ce soir pour vérifier que tu avais bien posté aujourd’hui. Je dois aller à Paris cette semaine. Ce n’est pas tant la peur qui peut m’en empêcher que de me retrouver dans une ville quadrillée par la puissance militaire. Nous sommes engagés dans une sale histoire.

  19. ana nb dit :

    amitiés à vous et à Piero de Belleville

  20. […] l’avais écrit dans la matinée du 14 novembre, après seulement que nous avons été autorisés à regagner notre domicile, inaccessible durant […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :