« Le dernier jour d’Yitzhak Rabin », un film en trois actes

En fait, je n’avais pas remis les pieds dans un cinéma depuis que j’avais vu l’admirable Bouton de nacre de Patricio Guzmán, le soir du 13 novembre.

Le film d’Amos Gitaï, Le dernier jour d’Yitzhak Rabin est très fort et courageux par rapport à la situation politique en Israël.

Au travers de la reconstitution (avec des documents historiques et des acteurs pour certains rôles) de l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, le 4 novembre 1995 à Tel Aviv, par un extrémiste de droite, il dresse un constat implacable sur ce qui a pu pousser à la réalisation d’un tel geste destiné à donner un coup fatal aux négociations de paix avec les Palestiniens.

Plus qu’un simple « thriller » politique, c’est une percée à jour de l’idéologie colonisatrice des forces de droite en Israël que dénonce le réalisateur, en faisant se croiser avec une grande habileté les documents télévisés (notamment sur la soirée tragique) et la mise en scène du fonctionnement de la Commission d’enquête, chargée, après l’événement catastrophique pour ce pays, d’élucider les manques et les raisons « techniques » (failles dans la sécurité le soir du drame, impréparation de la police concernant la manifestation nocturne et des agents chargés de protéger le Premier ministre, absence d’informations transmises au chauffeur de la limousine blindée pour un itinéraire éventuel d’évacuation d’urgence, etc.) – sans jamais qu’elle ne puisse s’intéresser au climat général instauré par le Likoud, parti d’extrême droite et aux manifestations organisées par celui-ci (Yitzhak Rabin étant montré habillé en uniforme de la Gestapo et qualifié de « traître »… et d’assassin) et à celle précisément à laquelle participa à l’époque un certain Benyamin Netanyahou [1].

Le successeur du Premier ministre assassiné par Ygal Amir (25 ans, joué à la perfection par Yogev Yefet qui présente même une fausse ressemblance avec Lee Harvey Oswald) est le même Benyamin Netanyhaou, partisan de la manière forte et singulièrement éloigné des accords d’Oslo (13 septembre1993) auxquels avait grandement contribué le travailliste Yitzhak Rabin – amenant ainsi Yasser Arafat, sous le regard de Bill Clinton, à reconnaître la nécessité de l’entente entre les deux pays – et que l’on peut voir répondre avec dignité aux insultes proférées contre lui à la Knesset.

Pas un instant, durant le film, l’attention, et une sorte de stupeur du spectateur, ne se relâche grâce à la virtuosité du scénario, bâti en trois actes comme les trois balles mortelles, et à la rigueur des plans, entrelaçant avec une grande fluidité les documents et les reconstructions fictionnelles.

II est même presque dommage, oserait-t-on penser, qu’un tel acte barbare bénéficie ainsi du talent déterminé d’Amos Gitaï : son film, iconoclaste et engagé, a dû faire un certain bruit en Israël (s’il a été diffusé là-bas).

_________

[1] Sur cette page biographique, il n’est pas fait une seule fois mention du nom du Premier ministre Yitzhak Rabin.

Le dernier jour1_DH(Cette photo, prise hier, est agrandissable.)

Tagué , , , , , ,

24 réflexions sur “« Le dernier jour d’Yitzhak Rabin », un film en trois actes

  1. brigetoun dit :

    film important (ne vais peut-être pas le voir, mais contente qu’il existe – bien dans la ligne de Gitaï)

  2. gballand dit :

    alléchante critique.

  3. nanamarton dit :

    il faut bien un contre-poids à la Starwarisation galopante et votre billet me convainc : j’irai !
    merci…

    • @ nanamarton : et dire que des gens se déguisent avec leurs casques grotesques…

      • Alex dit :

        @ nanamarton et DH : 1977 : la guerre des étoiles (publicité gigantesque) : je me souviens seulement avoir subi le plus grand ennui de ma vie.

        @ Alex et @ nanamarton : le ciel étoilé (comme dirait Kant) est d’une profonde inanité quand il est constellé uniquement par les lumières du marketing à outrance. 🙂 D.H.

      • nanamarton dit :

        @Alex et DH : 1977 : au-delà du film – pas vu en salles – c’était déjà une déferlante commerciale, je me souviens de vacances rythmées par la musique tonitruante de John Williams, mon père étant fort amateur de radio, en voiture ou à la maison…

        @ nanamarton et Alex : j’ai entendu à la radio (justement) qu’un type avait campé pendant dix jours devant un cinéma new-yorkais pour être bien sûr d’être le premier à entrer dans la salle pour voir ce film. La médaille du crétinisme devrait lui être remise à la sortie.

  4. Anna2B dit :

    Très intéressant… Envie de voir, merci.

  5. Alex dit :

    Cet assassinat du premier ministre a été un coup de tonnerre dans le monde entier, et qui a changé le regard politique.
    Un film à voir. Espérons qu’Amos Gitaï ne se fasse pas descendre à son tour.

  6. Sorcière dit :

    « D’une façon générale, le but de l’art consiste à rendre accessible à l’intuition ce qui existe dans l’esprit humain, la vérité que l’homme abrite dans son esprit, ce qui remue la poitrine humaine et agite l’esprit humain. » HEGEL.

    Amos Gitaï a le mérite de se servir de son art pour agiter tout haut ce que chacun sait tout bas, non ?

    • @ Sorcière : pas sûr que « ce chacun sait tout bas »…
      L’art est là pour dévoiler ou révéler ce que chacun ignore ou n’aurait jamais songé à penser…
      Amos Gitaï l’a compris, lui qui va – de manière dialectique – à contre-courant des idées dominantes ou toutes faites (souvent les mêmes).

  7. Alex dit :

    @ Sorcière : intéressante explication d’Hegel, mais bien compliquée.
    Il y a déjà 2 sortes d’intelligence, celle de l’esprit, la raison, et celle du cœur. L’intuition est un don, particulièrement développé chez les artistes, ce pour quoi ils sont artistes, – et les 2 intelligences cherchent à expliquer tour à tour ce que l’intuition a découvert.

    Après, les problèmes de techniques dits moyens d’expression…

  8. Sorcière dit :

    @ DH
    On peut se fermer à ses intuitions (tout un savoir enfoui depuis la nuit des temps au fin fond de la conscience) pour de multiples raisons, voire les laisser manipuler … mais c’est une autre histoire.
    L’art est souvent un moyen de résurgence de ce savoir, en effet.
    En « langue des oiseaux » le « ça voir se crée » s’entend du « savoir secret ».

    @ Alex
    Je ne pense pas que l’intuition soit un don ni qu’elle soit réservée aux artistes 😉
    Les progrès scientifiques résultent le plus souvent de la vérification d’intuitions d’esprits pourtant très … « raisonnables » et « cartésiens », n’est ce pas ?.
    Je confronte souvent mon intuition à ma raison. C’est quand elles sont en désaccord que je m’inquiète et que je creuse ! rire !
    Une question de définition de mots à consonances très personnelles.
    C’est peut-être l’intelligence du cœur et de l’âme, qui est un don ou une grâce indéfinissable !

  9. Natacha S. dit :

    Shalom! Le film a été diffusé en novembre à Tel-Aviv en tous cas. Voir ici.

    • @ Natacha S. : merci pour le lien (hélas, je ne suis plus abonné à ce qui est devenu « L’Obs »).
      J’ai trouvé à l’instant cette phrase lapidaire sur Francetv Info (16 décembre) : « Le film a reçu un bon accueil en Israël malgré le climat politique tendu. »

      • Natacha S. dit :

        Fine analyse!
        Bon! C’était pour dire que les films de Gitaï sont très attendus en Israël et qu’ils ont un bon public.

  10. @ Natacha S. : Alors, tant mieux, cela prouve que les Israéliens ne sont pas tous contaminés par le Likoud et ses thèses mortifères.

    • Francesca dit :

      Ils sont une majorité à avoir voté pour le gouvernement actuel, mais une presque moitié d’autres électeurs est contre les thèses du Likoud et souffre…

  11. […] (une vraie réponse, montage magnifique – et pour une fois je suis d’accord avec l’ami Chasse-Clou – acteurs parfaits, peut-être un peu trop procédurier -c’est un film de genre) (on […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :