But, do you Caire ? [26]

Visite muséale (2)

On marche donc dans ces grands couloirs, le plafond est très haut, on grimpe des escaliers, on va à gauche puis à droite, toutes ces divinités nous regardent, elles sont assises ou debout ou couchées, elles comptent peut-être les visiteurs chaque jour, mine de rien, nous sommes simplement des fourmis sorties des sables émouvants, remontées des tombes découvertes ou encore enfouies, il règne ici comme un parfum (une essence) des temps anciens, quand le Nil rythmait les saisons, quand les roseaux se pliaient au vent, quand les barques et leurs barreurs se laissaient porter par un courant déterminé, quand les oiseaux n’étaient pas tous de mauvais augure.

Ce musée du Caire est un tremplin pour l’imagination et l’on peut toucher de l’œil de grands personnages, des rois et des reines, on joue à déchiffrer les hiéroglyphes qui ont résisté à l’abrasion des jours, des années, des siècles : figures et figurines, un souffle d’air de bandes dessinées et gravées par des artistes obstinés et minutieux, la tête sous le soleil implacable et le stylet dans la main burinée.

muséal13_DH(la photo ci-dessus en dissimule une autre.)

muséal14_DH

muséal15_DH

muséal17_DH

muséal18_DH

muséal19_DH

muséal20_DH

muséal21_DH

muséal22_DH

muséal23_DH

muséal24_DH(toutes les photos peuvent être agrandies.)

(Naseer Shamma, Hilal-alsaba)

[ à suivre ] oiseau_DH

Tagué , ,

12 réflexions sur “But, do you Caire ? [26]

  1. brigetoun dit :

    ah l’adoration d’Aton !
    et puis il y a le à suivre qui me plait bien en terminant sans terminer

  2. PdB dit :

    on pense aussi au rappeur Akhenaton…

  3. @ PdB : oui, il aurait pu s’appeler aussi Amenophis IV, mais il « rappait » déjà au soleil (sous forme d’un disque)…

  4. Alex dit :

    Beauté – extrême simplicité – élégance – et pourtant gravité du monde mystérieux d’au delà des vivants qui transcende le temps –

  5. Arlette A dit :

    Admirative de la constante du reportage et se fondre dans ces périodes qui m’avaient fascinées lectures à l’appui pour référence dans notre modernité

    • @ Arlette : ce n’est pas un « reportage » (sinon il serait nettement plus factuel et « sourcé »), juste des impressions, des images… dont j’abuse comme pour ne pas quitter cette ville – mais cela arrivera enfin bientôt ! 🙂

  6. Anna2B dit :

    Fascinantes sculptures, beauté des traits, simplicité et subtilité aussi dans les détails. Figures d’un bonheur assuré. Mention particulière pour le couple aux regards parallèles, aux sourires affichés et surtout, le beau mouvement d’amour de cette femme qui a discrètement glissé son bras sur celui de son mari.
    On pense à cette sculpture étrusque où l’homme et la femme assemblés, à demi allongés dans leur vie de l’au-delà, regardent avec bonheur dans le lointain…

    • @ Anna2B : oui, ce geste échappe, comme par un miracle poétique, à la représentation convenue et habituelle.
      La poésie s’écrit donc également dans la pierre, le marbre (et le papyrus)… Rodin avait peut-être un côté égyptien ?

  7. Sorcière dit :

    La pierre gravée et un parfum d’éternité …

    Ca ne sera pas le cas de nos fichiers numériques ! rire

    Ces trésors étonnamment hors du temps par leurs lignes épurées et qui ont traversé les siècles ne sont-ils pas mis en danger dans des musées si vulnérables aux risques des soubresauts de la nature comme de la folie humaine ?

    Les pillages à Bagdad, Mossoul, Palmyre et d’autres, devraient faire réfléchir. L’Egypte n’est pas non plus à l’abri d’un séisme dévastateur comme il y en a déjà eu.

    Fera t-on mieux que les pharaons et leurs initiés ? 😉

    En tout cas cela m’a donné envie de me replonger un peu hier dans l’histoire de cette civilisation, ses croyances, sa magie et ses mystères …

    • @ Sorcière : votre question est fondamentale. Si nous perdons ces traces (plus que des traces : des existences sauvegardées), nous n’avons plus de repères ni de liens avec le passé.
      Les mesures de sécurité (à Tunis ou au Caire, à Londres ou au Louvre de Paris) sont donc nécessaires, malgré leurs inconvénients, car l’Histoire doit être protégée contre la barbarie qui voudrait la nier – et l’humanité avec elle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :