But, do you Caire ? [27]

Visite muséale (3)

Les gisants et les morts… J’aime les voir reposer ainsi, bras croisés ou étendus parallèlement, dans l’attente ou le plaisir du repos enfin atteint, après avoir longtemps navigué, au gré des crues du Nil et des batailles, dans l’enfer torride à 50° (image du futur ?) ou dans les bourrasques du vent insensible aux courbettes des arbres et qui a connu Osiris.
Vitrines ou pas, ces représentations d’hommes, de femmes, d’oiseaux, de chiens, une cosmogonie peut-être à l’agonie mais encore imprégnée de leur vie passée : la main qui les a sculptées ou dessinées est présente dans son alchimie non identifiable (ne parlons pas d’ADN), un mystère non élucidé et c’est là que réside, peut-être même encore pour d’autres apparitions enfouies à des dizaines de mètres sous terre, le pouvoir d’attraction, d’attirance, d’aimantation, de suffocation devant la beauté qui a pu traverser ainsi les millénaires sans dommages pour venir déposer devant notre regard affolé son offrande innocente et inestimable.

muséal25_DH

muséal26_DH

muséal27_DH

muséal28_DH

muséal29_DH

muséal30_DH

muséal31_DH

muséal32_DH

muséal33_DH

muséal34_DH

muséal35_DH

muséal36_DH(toutes les photos peuvent être agrandies.)

[ ☛ à suivre ]

Tagué

32 réflexions sur “But, do you Caire ? [27]

  1. brigetoun dit :

    « la main qui les a sculptées ou dessinées est présente dans son alchimie non identifiable » bellement dit

  2. PdB dit :

    magnifiques (les deux donzelles sans doute préposées au nettoyage, assises devant la statue, 3°plan photo 4, ça nous apporte quelque chose de vraiment extra)

  3. @ PdB : oui, le ménage se fait en même temps que les visiteurs (peu nombreux) vont de pièce(s) en pièce(s)…

  4. Phil dit :

    C’est ainsi que des croyances anciennes sur l’immortalité de l’âme mais pas seulement ( les Egyptiens pensaient qu’une personne disparaissait lorsqu’on oubliait son nom) font la réalité d’une civilisation disparue mais toujours très présente. Que restera t-il comme traces matérielles des idéologies contemporaines dans 40 siècles ? Les images ou les fouilles de charniers encore inconnus, le son archivé des guerres ? Les momies des Papes, de Lénine, le dentier en ferraille dHitler? L’Histoire neutre non aliénée d’idéologie (existera t-elle encore dans ce cas) risque d’être sévère à mesure que l’on s’éloigne de nos petits fabriciens en leur chapelle de croyances politiques. Si l’Egypte est immortelle ce n’est pas sans raisons, elle qui inscrit dans la pierre les questionnements essentiels et primordiaux : ce qui sera éternellement vivant (depuis hier) à coté de ce qui sera éternellement périssable (dans le présent) et c’est ainsi que nous pouvons espérer peser ce qui est important sinon les urgences. Transmettre la paix est-elle inscrite dans la pierre?

    • @ Phil : la pierre, elle, ne ment pas…

      • Phil dit :

        Dixit les adeptes de la lapidation. Mettre dans la fosse n’est-il pas pire que d’être dans le faux, et encore ? Qui jette la première pierre?

        @ Phil : c’était une simple allusion à une phrase célèbre de Pétain. D.H.

      • Phil dit :

        @D.H. Il fallait mettre des guillemets j’ai pensé que c’était sous votre signature. Vous avez raison de citer celui-ci car là aussi il s’agit d’un principe éternel gravé dans la pierre. Il y’a ceux qui restent dans la mangeoire en marbre du pouvoir et ceux qui démissionnent. Il y a ceux qui s’enrichissent en temps de guerre et les autres.

        @ Phil : non, pas de guillemets puisque ce n’était qu’un détournement de la phrase historique : « La terre ne ment pas ». D.H.

  5. Francesca dit :

    Fascinante beauté des dessins (photos 8 et 9) : ce sont des fresques ou des tissus ?

    • @ Francesca : ce sont des papyrus (faits à partir des plantes du même nom, dont les tiges sont coupées, trempées dans l’eau, aplaties puis séchées et prêtes à accueillir l’imagination ou le sens du réel du dessinateur antique ou antiquaire).
      La démonstration « in vivo » nous en a été faite à Gizeh dans une boutique qui en vendait des reproductions : simple et beau.

  6. @ Francesca : il y a comme du Lascaux en Égypte (dans l’enfouissement exhumé).

    • Francesca dit :

      A propos de papyrus, sur France Inter ce matin J.C Ameisen évoquait la disparition proprement désolante de la bibliothèque d’Alexandrie, ainsi que les travaux extraordinaires visant à déchiffrer les textes écrits sur les rouleaux de papyrus carbonisés par l’éruption du Vésuve en 79. On a déjà réussi à lire des fragments de textes grecs grâce aux techniques d’imagerie médicale qui ne cessent d’évoluer.

  7. Anna2B dit :

    On progresse dans ce musée comme on avancerait dans un temple. Le poids de l’invisible, des gestes qui ont façonné la matière, de l’esprit qui animait ceux-ci, de toutes les vibrations mystérieuses et multiples qui ont caressé l’objet, apparemment impassible dans sa perfection. Mais quelle capture affolante, parfois.
    Beauté inouïe, fulgurante de ce chien qu’on voudrait contourner encore, caresser légèrement puis contempler longuement.
    Ainsi la jeune étudiante, scribe féminin, semble laisser son tracé en suspens.
    Et les fresques, les oiseaux graciles que l’on poursuit.
    On touche là au sublime.

    Le propos que vous tenez en introduction correspond (pour moi), à l’émotion étourdissante inqualifiable que procure l’oeuvre d’art, ouverture spirituelle qui console de l’absence de Dieu.

    • @ Anna2B : j’ai hésité à publier la photo de la jeune étudiante, « scribe féminin », mais comme elle avait vu que j’appréciais son dessin et que je l’avais photographiée, le sourire qu’elle m’a adressé a valu pour moi comme une autorisation explicite…
      Je ne sais si le dieu Râ (voire d’autres) existe ou pas : les cultes – et leurs souvenirs concrets – qui lui étaient rendus attestent en tout cas de sa présence possible ! 🙂

  8. Phil dit :

    @D.H Une phrase pompée chez Emmanuel Berl pour citer l’auteur Pétain faisait du psittacisme sans doute. On ne refait pas l’histoire mais parfois elle se répète avec les mêmes erreurs, les mêmes certitudes l’absence de doutes et donc et les mêmes intransigeances. Loin de la sagesse millénaire des hiéroglyphes.

  9. @ Phil : Pétain a toujours cru qu’il faisait de la peinture (du psittacisme) – comme celui qu’il rencontra à Montoire – mais avec des flaques de sang.

    • Phil dit :

      Je ne défendrai ni Pétain ni les amnésiques du pacte germano-soviétique (et ce que cela signifia pour les poilus). Pour finir le dieu Râ fut privatisé ou confisqué un temps par une Revolution qui ne dura que le temps d’un règne.Ainsi si la lumière éclaire elle peut aussi abrutir et brûler ou rendre aveugle, comme l’amour. Et le mettant au-dessus même de la justice formelle des hommes, elle nous invite à supporter le sentiment d’injustice sans invoquer le sang ou la vengeance. Nous ne sommes que des hommes et les Dieux de l’Egypte en sont les témoins immuables et pétrifiés.

      • @ Phil : je pense que votre parenthèse devrait s’ouvrir juste après « ni Pétain ».

      • Phil dit :

        @D.H votre allusion me dépasse sincèrement, sans doute une crue du Nil.
        @ Phil : j’ignore quel fleuve vous berce. Bonne nuit ! D.H.

  10. Alex dit :

    Quand une statue sortait de l’atelier du sculpteur, avant d’être dévoilée aux yeux du public, une cérémonie religieuse la rendait « vivante ».
    Même cérémonie encore en Inde.

    Merci pour ces clichés instantanés de tout un passé prestigieux, qui nous transmettent aussi l’émotion intense du photographe.

  11. Alex dit :

    Un petit rappel de principe sur l’extraordinaire mémoire des peuples :
    Notre mot francais PAPIER vient en direct de l’égyptien PAPYRUS.

    On parle l’égyptien antique sans le savoir !

  12. @ Alex : Oui, mais il n’y pas que le papier qui vient d’Égypte : le pied égyptien nous le rappelle aussi (le tueur en série Guy Georges se fit un jour repérer à cause de l’empreinte de son… « pied grec »).

  13. Alex dit :

    Encore Alex ! J’avais le pied égyptien et je n’en savais rien !
    Tiens, un Gilioli avant la lettre en photo n°1 !

    Félicitations pour ce blog « but do you care n°27 », lequel, avec le n°25, est formidablement réussi, les photos portant une très forte charge émotive.

  14. @ Alex : je pense que le « pied égyptien » est largement plus répandu que le « pied grec ». On a tous quelque chose de Pharaon…

    Merci pour vos compliments, j’espère que le numéro 28 (demain) vous satisfera aussi ! 🙂

  15. les cafards dit :

    perso, les gisants m’ont toujours un peu foutu la trouille

  16. Phil dit :

    @D.H Ok vu mais ne me souvient plus si c’était l’été ou l’hiver. Un cri de torturé sans réseau entendu dans un soupirail sur cave ça compte aussi ? Si le bourreau est bleu je vois rouge, logique non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :