But, do you Caire ? [37]

Dernier retour en taxi cairote

Après la visite des deux mosquées (gardées militairement, comme tous les sites touristiques de la capitale égyptienne), nous prenons le dernier taxi utilisé durant ce séjour, direction notre hôtel où il va falloir préparer les valises pour le départ : le lendemain matin, 12 mars à 6 heures 30, un véhicule affrété par le Lycée français du Caire viendra nous emmener (comme il nous avait attendus lors de notre arrivée) à l’aéroport.

Scènes prises rapidement en photo, vie quotidienne dans la rue, petits incidents, conduite flegmatique du chauffeur : une traversée sans encombres mais non sans embouteillages de l’immense agglomération où les minarets des innombrables mosquées marquent, comme en France avec nos clochers et leurs carillons, l’implantation il y a des siècles et des siècles de la religion.

Mais que serait une ville sans les marques visibles de son passé ? Les « villes nouvelles » ont-elles une âme ? Il paraît que l’on va en construire quelques-unes en Egypte, pour décongestionner Le Caire. Seront-elles copiées sur Évry (où la cathédrale propose ses rondeurs et ses arbres sur le toit) ou bien sur Melun-Sénart ? Le désert n’a pas été consulté.

retour1_DH

retour2_DH

retour3_DH

retour4_DH

retour5_DH

retour6_DH

retour7_DH

retour8_DH

retour9_DH

retour10_DH

retour11_DH(la photo ci-dessus en dissimule une autre.)

retour12_DH(sauf l’avant-dernière, toutes les photos sont agrandissables.)

(Faiza Ahmed, Ya Ghali Ayala)

 [ ☛ à suivre ]

Tagué , , , , ,

18 réflexions sur “But, do you Caire ? [37]

  1. brigetoun dit :

    oui il faut des siècles pour qu’une ville soit vraiment ville
    et cela ne dépend qu’en partie de la décision d’origine (pour Rome ça a marché, pour Versailles un peu moins…)

  2. Phil dit :

    Vous rêvez de visiter Salzbourg tandis que moi c’est Brasilia. Une ville construite en 1000 jours ça fait autant rêver que les mille et une nuits de la conteuse. Curieux d’en goûter l’ambiance, après tout Niemeyer c’était un peu la politique du care avant l’heure ? Vivement que les philosophes reprennent les bastions architecturaux sinon les prélats vont s’en charger, et même si c’est joli c’est pas toujours drôle.

    • @ Phil : pour le moment, je me contente de regarder souvent (je l’ai déjà visité) le siège du Parti communiste, place du Colonel-Fabien à Paris, dont l’architecte est le même Oscar Niemeyer.

      • Phil dit :

        Privilège des urbains. Les courbes sensuelles et douces des architectures de Niemeyer et la politique contemporaine ( ou démarche) du care, c’est un sujet. Je crois que c’est un peu votre sujet rétrospectif aussi personne n’est dupe et personne n’a rien à craindre de l’exprimer. C’est pas une critique c’est une mise en perspective de l’idéologie, de la théorie, des pratiques et des résultats. Cela concerne aussi un principe qui serait vrai dans le particulier et dans l’universel, ou limité au cas particulier, bref une fois encore sur les limites de la liberté et de l’éthique, les choix et l’évaluation des risques pour ceux qui font l’objet des bons soins.

        @ Phil : pour « le care » (j’ai bien compris le jeu de mot), je ne suis ni médecin ni Obama ! D.H.

  3. Alex dit :

    Il y a des villes qui ont toujours existé. Là, où on a envie de vivre.
    Un mystère de plus.
    Heureusement, il y a encore des mystères, donc des poètes.

    • @ Alex : l’Égypte est un pays de mystères affleurant ou underground…

      • Alex dit :

        @ DH : oui, une douceur de vivre ancestrale, dans une ville qui remonte à la nuit des temps, ses habitants qui essaient de prendre la vie du bon côté, avec ingéniosité, malgré les tragiques turpitudes politiques actuelles, voilà tout ce que vous nous avez fait découvrir, et livré à notre réflexion.

        @ Alex : un aperçu vraiment très très rapide !!! D.H.

  4. Anna2B dit :

    Dans ce défilé de voitures rutilantes, la liberté des piétons étonne toujours. Ils se posent, biaisent contournent en arabesques. La rue leur appartient.
    Beau choix musical où les voix sont accompagnées d’une ligne instrumentale légère et dansante.

  5. Francesca dit :

    La quatrième photo est amusante : la belle bagnole rouge – avant que le camion n’y déverse incongrûment son chargement…

  6. Phil dit :

    @d.h. Ne pas confondre Brugère la philosophe et Bruguière le juge 😉

  7. @ Phil : but, do you care ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :