Anselm Kiefer avec ses locomotives, chars d’assaut, avions, sous-marins et poètes [1/3]

L’expo Anselm Kiefer se termine aujourd’hui : j’y suis allé in extremis samedi dernier. Mais il y avait, à l’ouverture, plus de monde pour un autre K (Paul Klee, avec son énorme affiche sur la façade du Centre Pompidou).

Ce qui frappe d’emblée – un gardien interrogé m’a dit qu’il était possible de photographier toutes les œuvres (ceci ne sera donc pas un « catalogue raisonné » !) mais sans flash – c’est la répartition thématique des tableaux, pour finir par « l’installation » finale, et ces juxtapositions de matières, de peintures épaisses entrelacées d’éléments de toutes sortes (paille, verre, livres, cheveux…) et les « vitrines » qui emprisonnent comme des souvenirs ou des marques d’un passé allemand et nazi que l’artiste (né le 8 mars 1945 à Donaueschingen, Allemagne) a intégré profondément dans ses créations.

La dernière exposition d’Anselm Kiefer date de 1984, au musée d’Art moderne de la ville de Paris.

La rétrospective présentée ici (150 œuvres) donne la dimension incroyable, inimaginable, insoutenable parfois, d’une approche artistique marquée par la guerre, la destruction, l’entremêlement des craintes et des espoirs, des figurations et défigurations, de la barbarie en acte mais aussi de la poésie survivant intacte par-dessus les ruines grâce à un regard lucide, historique, idéologique, engagé, créatif et révolté contre vents (mauvais) et marées (brunes).

Anselm1_DH

Anselm2_DH

Anselm3_DH

Anselm4_DH

Anselm5_DH

Anselm6_DH(voir ici une analyse portant sur Anselm Kiefer par rapport à  L.-F. Céline.)

Anselm7_DH

Anselm8_DH

Anselm9_DH

Anselm10_DH

Anselm11_DH(toutes les photos peuvent être agrandies.)

 [ ☛ à suivre ]

Tagué , ,

24 réflexions sur “Anselm Kiefer avec ses locomotives, chars d’assaut, avions, sous-marins et poètes [1/3]

  1. brigetoun dit :

    devrais aller me consoler avec les quelques Kiefer de la Collection Lambert (s’ils sont exposés en ce moment, et commencent à m’être familiers)
    ah être à Paris !
    d’autant que Klee c’est pas mal non plus, non ?

  2. lanlanhue dit :

    belle expo merci de l’avoir partagée !

  3. Alex dit :

    Belle expo, merci…

  4. Anna2B dit :

    j’avais vu cette expo récemment. Suis ressortie avec un sentiment d’oppression. On n’échappe pas à l’emprisonnement des forêts, aux éléments calcinés, à la terre remuée de boue et de suie. Mémoire d’une destruction impitoyable liée à la barbarie nazie. De petites flammes dispersées dans ces dévastations témoignent peut-être de la mémoire encore vive, ou d’une possible renaissance…
    Difficile aussi à soutenir : l’autoportrait au salut nazi…

    Petit conseil souriant : les nocturnes, c’est bien!

    • @ Anna2B : si on ressent l’oppression, c’est réussi !
      Mais l’autoportrait au salut nazi, c’est une sorte de dérision puisque Anselm Kiefer n’a connu cette période que par ouï-dire, ouï-lire et ouï-voir…
      Il le dit lui-même dans une interview parue dans le programme du Centre Pompidou (Code couleur 24, janvier-avril 2016, page 12) :
      « AK – En effet, c’est un travail de deuil mais c’est aussi un travail « dada »… Parce que quand j’ai la main levée, c’est un peu comme Chaplin… Ce n’est pas seulement sérieux… c’est aussi, comment dit-on ?
      JMB – De la dérision ?
      AK – Oui, une parodie, une satire… (…) »
      Il est vrai que la visite « nocturne » doit ajouter d’autres ombres menaçantes…

  5. Alex dit :

    La monstruosité liée à la folie ressurgit régulièrement au cours de l’histoire. Cette fois, en 2016, elle a pris le nom de Daesh.

  6. francesca dit :

    Intéressant de comparer les ressentis. J’avais été éblouie aussi par l’exposition (20 octobre-7 février), à la BNF et ses grands livres de pierre… tout un symbole
    Alchimie du livre.

  7. @ francesca : pour la date de fin, j’étais un peu en retard (et merci pour lien) ! 🙂
    Mais on retrouve des livres dans les tableaux eux-mêmes d’Anselm Kiefer : voir épisode [3/3] mercredi prochain !

  8. Dom A. dit :

    Intéressant !
    Personnellement, j’ai traversé au pas « militaire » dans un public réduit, peu sensible à ce genre d’exercice (même si je comprends parfaitement et la genèse, et l’action, et l’intérêt pédagogique). Evidemment, une expo qui se termine par un cimetière ne laisse pas de bois.

  9. Les tableaux sont beaux, mais, dans le même temps, un peu troublants…

  10. @ claudiapatuzzi : oui, c’est là le charme puissant de leur « étrange étrangeté ».

  11. Sorcière dit :

    Brrrr ! « SATAN » rode dans ces toiles. Puissent-elles en alerter la conscience individuelle et collective.
    J’ai beaucoup apprécié l’analyse (en lien) portant sur Anselm Kiefer par rapport à L.-F. Céline.

  12. Arlette A dit :

    La puissance de la matière déjà éprouvée au Grand Palais à » Monumenta  » sous la verrière
    dans les décombres. Un choc!

  13. Catherine SERRE dit :

    une découverte pour moi, avec nos deux garçons pour l’occasion – beaucoup de discussions, beaucoup de réactions, il est vrai que après la salle des verrières j’étais complètement sous le choc et pensais avoir fait le tour, la suite n’en est que plus forte et étrange, on comprend à la dernière œuvre ce qu’il nous a été donné de traverser … un artiste au sens plein du terme sans auto-censure semble-t-il, pas si courant –
    dommage collatéral : suite aux dédicaces de plusieurs des œuvres et du lien qu’il fait entre son travail et le sien, j’ai lu Ingeborg Bachmann que je ne connaissais que de nom, mais c’est une autre histoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :