Anselm Kiefer avec ses locomotives, chars d’assaut, avions, sous-marins et poètes [2/3]

Mettre le monde (« comme volonté et comme représentation », dirait Schopenhauer) sous vitrine : démarche ressemblant à celle du collectionneur de papillons. Ici, Anselm Kiefer épingle des restes, des morceaux, des petits soldats, des briques, une chaussure, un habit sans personne dedans…

Les « vitrines » ne sont pas des « cabinets de curiosité » mais des concentrés, des « précipités » relevés et immobilisés, qui renvoient – malgré leur enfermement – à ce qui s’est passé, malgré ce que peuvent en dire les révisionnistes, à ce qui fut et marque encore, même par connaissance éloignée ou savoir revisité : derrière les vitres, à l’intérieur des sarcophages de verre, une terre en réduction, un champ de bataille comme vu du ciel, rectangulaire, horizontal ou vertical, limité mais qui produit ses effets au travers des parois transparentes où l’entomologiste-artiste a disposé ses reconstructions parcellaires, démolies, ces ruines et ces poussières du temps et ces tissus qui hurlent silencieusement, toujours le jour et la nuit debout.

Si les tableaux monumentaux (parfois de la dimension du mur d’une pièce du musée) demeurent ouverts et comme offerts sans protection au regard, les vitrines sont, à l’inverse, des « tableaux » de la vie quotidienne, des pièces rapportées de l’enfer ou de la damnation, qui, à l’abri d’une fausse barrière minérale, demeurent inapprochables de très près, gardant leur distance avec le mystère historique verrouillé à double tour et pourtant presque visible et décryptable.

Anselm12_DH

Anselm13_DH

Anselm14_DH

Anselm15_DH

Anselm16_DH

Anselm17_DH

Anselm18_DH

Anselm19_DH

Anselm20_DH

Anselm21_DH

Anselm22_DH(photos : cliquer pour agrandir.)

 [ ☛ à suivre ]

Tagué ,

23 réflexions sur “Anselm Kiefer avec ses locomotives, chars d’assaut, avions, sous-marins et poètes [2/3]

  1. MyoPaname dit :

    Impressionnant…
    J’aurais des frissons à faire la visite, mais pas forcément de plaisir 😉

  2. @ MyoPaname : Pour la visite, c’est trop tard. Pour les frissons, il en existe de toutes sortes…

  3. Alex dit :

    Comme le disait déjà Shakespeare, l’horreur peut être belle.
    Mais pourquoi tomber dans la mode du gigantisme…

    • @ Alex : le gigantisme est comme une reproduction de la catastrophe. Un timbre-poste sur les bombardements fait moins d’effet.

      • Alex dit :

        Le format classique du livre ou du chevalet me paraît pourtant bien adapté à notre cerveau.
        Mais laissons faire l’évolution… demain ce sera inversement la miniaturisation.

        @ Alex : il faut faire confiance au cerf-volant… 🙂

  4. brigetoun dit :

    et parfois les objets s’échappent des vitrines et les précipités deviennent très grands autant ou plus que les panneaux comme le sous-marin de la collection Lambert
    et souvent c’est calmement terrible et parfois grandement tendre comme une immense fleur au brou de noix ou similaire
    aurais vraiment beaucoup, beaucoup aimé étendre ma connaissance de son oeuvre en voyant cette exposition – merci de nous en donner des images et une explication-évocation

    • @ brigetoun : on ignore, hélas, quand aura lieu la prochaine « rétrospective » !
      Mais Anselm Kiefer peut toujours ouvrir une galerie là où il habite, dans le sud de la France.

  5. Aurais bien aimé voir cette exposition… alors merci de nous y faire pénétrer et de dévoiler ce que vous avez ressenti.

  6. @ Solange Vissac : mais il y a tant d’autres expos à voir, ici ou là… Il est vrai que celle-ci laisse un souvenir tenace et prégnant.

  7. cjeanney dit :

    Magnifique travail (et superbement analysé, merci Dominique !)

    • @ cjeanney : pas vraiment un travail… juste quelques impressions visuelles et écrites, bien en-deçà de ce que l’on peut dire de ce grand artiste !
      Mais merci pour ta visite !

  8. francesca dit :

    J’avais pris beaucoup de photos, pour mieux me souvenir, mais c’est fou comme je me prends les tiennes en plein dans les yeux ; et le cœur… Merci

    • @ francesca : c’est un choix plus ou moins aléatoire et surtout pas exhaustif, sinon j’aurais simplement recopié le catalogue (40 euros)…
      Tant mieux si les photos te plaisent mais je suis sûr que les tiennes montrent un aspect différent donc aussi intéressant !

  9. Anna2B dit :

    Un texte enlevé, précis, qui me permet avec les photos de raviver mon souvenir de l’expo. Des tableaux, espaces ruinés, qui interpellent. On se sent petit, prêt à être aspiré par le mal et le malheur. Aussi petit que ces soldats en miniature et ce n’est pas un jeu. Nous serions des êtres de la cendre des vies brûlées du feu de nos mitraillettes, dévastateurs de l’humain, mais aussi semeurs du blé dans une terre qu’on peut nourrir encore.

  10. alainlecomte dit :

    Bien vu. Ces vitrines, c’est le sol d’Auschwitz dont on aurait ramené des morceaux.

  11. @ alainlecomte : oui, par exemple…

  12. gballand dit :

    Encore un inconnu pour moi, comme le monde est vaste… 😉

  13. @ gballand : heureusement, la découverte est toujours là, à l’angle de la rue ou au sommet de la montagne…

  14. Arlette A dit :

    Le gigantisme et la forte matière nous fait entrer dans le tableau aux multiples bifurcations suggérées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :