Archives du 27/04/2016

BnF : Barceló nouvelles Formes (3/4)

Après avoir quitté les reflets des grandes baies vitrées de la BnF (construite sur l’emplacement d’une ancienne verrerie) auxquelles on ne faisait guère attention malgré les 190 mètres de longueur, avant qu’elles ne soient recouvertes de l’empreinte vagabonde de Miquel Barceló, on entre dans la salle où est présentée une partie de l’œuvre peinte, sculptée, modelée, imprimée, mise sous verre, empilée, déployée par l’artiste multi-taches, le touche-à-tout fantaisiste et fantastique qui aime la matière, l’épaisseur, le fluide et l’épais, le papier et les tubes de couleurs – on ne découvre ici aucune création vidéo, hormis les différents documentaires diffusés sur son travail dans une salle attenante – la poterie, le découpage, le collage, le détournement, l’allusion, la reproduction (moments de corridas), l’invention (l’oreille de l’éléphant qui sert de support à l’imaginaire entendu), l’ouverture sur ce qui n’avait pas existé avant son geste premier, primitif, identique peut-être à celui d’un dessinateur inconnu de la grotte Chauvet, dont il se serait échappé en catimini.

Barcelo25_PHA(photo prise par Philippe Aigrain, lors du vernissage.)

Barcelo26_DH

Barcelo27_DH

Barcelo28_DH

Barcelo29_DH

Barcelo30_DH

Barcelo31_DH

Barcelo32_DH

Barcelo33_DH

Barcelo34_DH

Barcelo35_DH

Barcelo36_DH(toutes les photos sont agandissables.)

 [ ☛ à suivre ]

Tagué , , ,
%d blogueurs aiment cette page :