Archives du 28/04/2016

BnF : Barceló nouvelles Formes (4/4)

Au fur et à mesure que l’on progresse dans cette salle qui ouvre sur une enfilade d’autres espaces – la tauromachie, les livres, dont l’un en braille, des écrivains et leurs portraits, des eaux-fortes et des eaux à grands seaux, des vidéos montrant les expériences de sculptures vivantes faites au Mali ou la pose des vitraux de la cathédrale de Palma de Majorque, les carnets de réflexion ou de croquis, les idées jetées sur le papier ou déjantées sur la pliure, les gestes peints comme étant eux-mêmes la pétrification apparente de leur propre mouvement, les couleurs qui répondent à la question récurrente « Pourquoi tant de noir ou de marron ? », les matériaux composites ou composés selon l’humeur et le moment… – Miquel Barceló se révèle, ici à la BnF, pour ce que l’on pourrait croire qu’il est : un gentil démiurge de la représentation ou un diabolique manipulateur des signes, un apprenti de l’invention ou un professionnel du répété, un « ouvreur » du jamais vu ou un recéleur de mémoires enfouies, un malaxeur de terre ou un découvreur du ciel où l’image se confond avec le nuage, le sage avec la lune, la beauté avec l’évidence, le secret avec l’art, l’impensé avec la main qui le traduit.

Barcelo37_DH

Barcelo38_DH

Barcelo39_DH

Barcelo40_DH

Barcelo41_DH

Barcelo42_DH

Barcelo43_DH

Barcelo44_DH

Barcelo45_DH

Barcelo46_DH

Barcelo47_DH

Barcelo48_DH(toutes les photos peuvent être agrandies.)

 [ FIN ]

Tagué ,
%d blogueurs aiment cette page :