Archives du 15/05/2016

Le faux air d’une Chevrolet

Chrysler 1950, 3.3.16_DH(photo : cliquer pour agrandir.)

Je passais, le 3 mars dernier, au carrefour de la rue La Boétie et de la rue de Ponthieu (8ème) où je me dirigeais vers l’agence d’EgyptAir. Sur le coup, je me suis retourné, à cause du bruit.

A peine avais-je eu le temps de sortir mon iPhone que cette voiture américaine filait déjà à toute blinde hors de portée sauf de dos.

Plus tard, je n’ai pas été surpris par le ronflement étonnant, ou détonant, du moteur quand j’ai remarqué sur ma photo qu’il s’agissait d’un V8 de 5,7 litres.

En fait, je me suis demandé si c’était une Chevrolet Bel Air – elle qui portait si bien son nom – mais celle-ci n’y ressemblait pas tout à fait (lunette arrière et coffre différents).

En tout cas elle était bien siglée 1950 et affichait une immatriculation en Lituanie : ayant vu récemment à Évry le film Braqueurs (fort en cascades, faible en scénario) de Julien Leclercq, je me suis demandé s’il ne s’agissait pas d’un « go fast », pas très discret, alors.

Enfin, grâce à l’inscription en rouge sur la vitre, qui s’adresse élégamment à une marque US de véhicules électriques, j’ai pu découvrir le pot (d’échappement) aux roses : il s’agissait en réalité d’une Chrysler 1950 (je l’ai retrouvée stationnant ici) qui avait tout simplement un faux air de Chevrolet.

(Woody Guthrie, Dust Bowl Blues)

Tagué , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :