Archives du 29/05/2016

Sur ma rétine ou mon objectif

Saisir la fugacité de l’instant – comme l’entomologiste épingle des papillons – et ne pas y attacher plus d’importance que celle d’une seconde (ou un 100e) isolée dans la suite d’un jour, où le bleu se marie avec le vert et où un cadran solaire improvisé par une main anonyme a réussi, hier matin, à indiquer presque par provocation qu’il n’y aurait aucun orage l’après-midi sur Paris ni sur les courts de Roland-Garros ou dans le parc Monceau soumis aux « éléments naturels ».

images1 26.5.16_DH

images2_DH

images3_DH

images4_DH

images5_DH

images6_DH

images7_DH(les photos, prises les 27 et 28 mai à Paris, sont agrandissables.)

Tagué , ,
%d blogueurs aiment cette page :