Retour à Pasolini

Ecrits corsaires_DH

Récemment, j’ai ressorti ce Livre de poche (N° 5320, Flammarion 1976) qui rassemble les Écrits corsaires de Pier Paolo Pasolini et j’ai relu son célèbre article sur « les lucioles ». Il est toujours intéressant de se replonger dans une situation politique différente (comme de relire Machiavel juste avant le bac !).

On sait également que Georges Didi-Huberman a procédé, dans Survivance des lucioles (Éditions de Minuit, 2009), à une analyse approfondie – avec retournement – de ce texte.

Le voici.

Pier Paolo Pasolini, « Le vide du pouvoir en Italie » (Corriere della Sera, 1er février 1975).

lucioles1_DH

lucioles2_DH

lucioles3_DH

lucioles4_DH

lucioles5_DH

lucioles6_DH(la photo, prise hier, et les scans, pour une meilleure lecture, sont agrandissables.)

Tagué , , ,

17 réflexions sur “Retour à Pasolini

  1. brigetoun dit :

    toutefois dans l’histoire le vide ne peut demeurer … et le reste
    oui relire Pasolini, revivre la dégradation qu’avons vécu en parallèle..

  2. @ brigetoun : maintenant, le terrorisme n’est pas loin du fascisme à une autre échelle…

  3. Je prendrai le temps de relire attentivement toutes les pages que vous avez pris la peine de nous scanner lorsque la journée m’en laissera la possibilité mais, dès ce matin, je vous remercie pour la douceur de cette photo entre ombres et lumière !

    • @ mchristinegrimard : j’ai cherché le texte des « lucioles » sur Internet mais il était impossible de le « justifier » (!) alors j’ai préféré le scanner et j’ai profité juste avant, pour la photo, d’un rayon de soleil sur mon balcon…

  4. Alex dit :

    Des oiseaux politiques qui ont fait le vide dans leurs têtes et qui veulent à tout prix avoir raison… une dictature déguisée.

  5. @ Alex : si Pasolini était encore là, il n’aurait qu’à remplacer son analyse du fascisme par celle du prétendu « État islamique ».
    L’assassin des Yvelines a déclaré qu’il voulait tout simplement établir en France ce genre de « califat ».

    • Calypso dit :

      Les Italiens n’ont pas connu le « terrorisme islamique » mais ont supporté et soutenu quasi majoritairement pendant plus de dix ans le « califat berlusconien », sa loge P2, Forza Italia, son « Peuple de la liberté » (ô Orwell !), ses chaînes Canale 5, Italia 1, Rete 4, etc., sans compter La Cinq (qu’il a lancée en France) et d’autres en Europe…

      • @ Calypso : les chaînes berlusconniennes ont peut-être fait moins de dégâts que celles que les « fous d’Allah » voudraient nous passer autour du cou…
        Mais le parallèle à faire entre fascisme et terrorisme (Pasolini parle bien des attentats qui eurent lieu en Italie, notamment à Bologne, et des implications du pouvoir « démocrate-chrétien », etc.) s’impose à mes yeux.

      • Calypso dit :

        Les Italiens ont échappé au « terrorisme islamique » alla francese parce qu’ils n’ont pas le passé colonial de la France (en passant et par exemple : J.-M. Le Pen et J. Chirac, qui a été président de la République, ont été tous deux parachutistes en Algérie pendant la guerre, le genre de chose qui crée des liens). La bourgeoisie et la classe politique françaises actuelles (tous partis confondus) ont été largement mêlées, à des degrés divers, à cette politique coloniale (et pas seulement en Algérie) qui les a enrichies et/ou conduites au pouvoir. Il y a en France plus de nostalgiques de l’Algérie française que le bon peuple ne l’imagine… De cette époque provient d’ailleurs le soudain regain d’intérêt pour le « gaullisme » (Guaino, Hollande, Fillon, Juppé, Morano, Sarkozy, etc.) et ses « valeurs ». Vive la République, vive la France !

        @ Calypso : il est évident que le passé de la France n’est pas le même, sur le plan historique, que celui de l’Italie.
        Petite précision : Jacques Chirac n’a jamais été para (il était au 6ème RCA en 1956) comme Le Pen qui, lui, a pu pendant un certain temps voir clair à travers la corolle (et non l’auréole) qu’il trimballait au-dessus de la tête ! 🙂 D.H.

  6. Jean-Pierre dit :

    L’évocation de Pasolini me ramène irrémédiablement à Nani Moretti sur son scooter, le lent cheminement vers la plage du supplicié, les notes de Keith Jarrett l’accompagnant…

    • @ Jean-Pierre : Nani Moretti a su (merci pour ton lien) se mettre à la hauteur de Pasolini, comme d’ailleurs Abel Ferrara avec le beau film qu’il lui a consacré (2014)… et sans doute peu vu, hélas, autrement que par des cinéphiles qui aiment aussi la littérature et la poésie.

  7. au risque de faire un total hors-sujet (ici les épreuves du bac sont terminées) : je viens de terminer, avec un an de retard, « Qui est Charlie » d’Emmanuel Todd…

  8. @ colorsandpastels : j’aimais bien ce « sociologue » avant qu’il ne nous fourgue ses thèses bizarroïdes sur la grande manif de janvier 2015 après les attentats contre Charlie Hebdo.

  9. Francesca dit :

    Oui grand merci, pour ce rappel des écrits de PPP, « corsaires » car à l’assaut des idées toutes faites, comme lui toujours à contre courant des institutions et des convictions. C’est lui aussi la luciole disparue !
    Il a dit, lors de sa dernière interview réalisée par Furio Colombo et Gian Carlo Ferretti * entre 16h et 18h en ce funeste 1er novembre 1975, quelques heures avant sa mort :
    « Le refus a toujours constitué un geste essentiel. »
    Il a demandé qu’on lui laisse les notes pour affiner ses réponses. Il a été assassiné dans la nuit et il nous manque…
    * cf « L’ultima intervista di Pasolini » trad. Hélène Frappat. Ed Allia, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :