Stephen King, « Le Fléau »

Stephen1_DH

Je passe régulièrement devant l’étalage de la librairie parisienne L’Odyssée qui vend des livres d’occasion.

Mes doigts furètent par curiosité dans les bouquins à 2 euros : plaisir de retrouver des « J’ai lu », des « Livres de poche », des « 10 x 18 » que je connais ou (re)découvre, et pour lesquels j’imagine les mains anonymes qui ont tourné leurs pages maintenant un peu jaunies.

Contrairement aux publications numériques, le temps laisse ses traces sur le support utilisé en ces années anciennes.

Le 10 juillet, j’ai repéré un Stephen King, Le Fléau (The Stand, 1978, Éditions J.-C. Lattès 1981, adaptation et traduction par Richard Matas, « J’ai lu », 1988, N° 2326), j’ai adoré tout de suite sa couverture et la mention « Epouvante », et je l’ai acheté.

En commençant à le lire, j’ai remarqué que Stephen King aimait inscrire de nombreuses citations d’auteurs tout au début puis avant les trois « livres » au travers desquels il a construit son histoire :

– intro : Bruce Springsteen, Blue Oyster Cult, Bob Dylan.
– livre I : The Silvers, Larry Underwood.
– livre II : Paul Simon, Chuck Berry.
– livre III : America, The Drifters.

Là, je n’en suis qu’à la page 28, j’aime le style de cet auteur :

« Le sourire de la fille était contraint. La Volvo recula pour s’engouffrer dans le boulevard, abandonnant derrière elle le garçon au vélo dix vitesses. Frannie baissa la vitre et cracha. Le jet de salive était blanc.
Tout est rentré dans l’ordre, se dit-elle.
Elle ressentit avec force la salinité de l’Océan, infinie larme d’amertume. »

Stephen2_DH(Ces deux photos sont agrandissables.)

Tagué , ,

28 réflexions sur “Stephen King, « Le Fléau »

  1. brigetoun dit :

    ne l’ai pas lu, vous en donnez envie
    et puis cet exploit des J’ai lu (y pense jamais assez à cette collection, il y a des pépites) vieillir sans perdre des pages, contrairement aux 10/18

  2. Godart dit :

    Encore rien lu de lui. On en a entendu dire beaucoup de bien. Belle suggestion, l’occasion rêvée pour le découvrir à l’ombre d’un arbre.

  3. gballand dit :

    L’auteur ne s’embarrasse pas de détails, mais peut-être que le traducteur a pris des libertés 😉

  4. Ses histoires marquent l’esprit si fort qu’on a parfois du mal à se persuader qu’elles sont purement fiction. Ainsi, je regarde les belles américaines (automobiles) d’un autre œil après l’avoir lu !
    Je pourrais passer des heures dans ce genre de librairie…

  5. PCH dit :

    (en lisant le titre de ce livre, j’ai pensé à José Manuel B. dis donc…) (va savoir pourquoi) (j’aime aussi cette librairie (trouvé « Compartiment tueurs » Sébastien Japrisot, folio 563 (adapté par Costa-Gavras en 1965) la dernière fois) je me permets de conseiller de Stephen King (pseudonyme ?) son « 11/22/63 » anticipation et policier – avec l’assassinat de JFK en point focal…

  6. Alex dit :

    Je ne peux pas m’empêcher d’acheter ou de racheter des livres quand je passe devant un étal de livres d’occasion ! Il faut dire que curieusement, ces livres ont été judicieusement choisis par leur premier propriétaire.

    Espérons que la maire de Paris ne fera pas interdire aussi les vieux livres !

    • @ Alex : du moment qu’elle peut se faire trimballer dans une voiture noire aux vitres fumées, elle n’est pas obligée de prendre le métro, le bus ou le RER (très pratiques pour faire certaines courses !), ce qu’elle veut imposer à toute la population parisienne à terme.
      Mais elle pourra faire le tour des voies sur berges de la Seine en patins à roulettes, c’est bon pour la circulation (sanguine).

  7. Alex dit :

    Les nouveaux seigneurs et maîtres, les nouveaux potentats devant lesquels on doit se mettre à plat ventre à tous leurs caprices car ils ne supportent plus la contradiction… bref, ce qu’on appelle « la grosse tête ».
    Les effets secondaires, non pas des médicaments, mais du pouvoir…

  8. @ Alex : le pouvoir est sans doute une maladie incurable ! 🙂

  9. Alex dit :

    Rappelons que nos rois de France (et d’ailleurs), aimaient à se déguiser et à se promener incognito parmi leur bon peuple de Paris, pour prendre la température et savoir ce qu’il pensait d’eux.
    Relire Shakespeare, par exemple Henri V, qui discute incognito la nuit avec ses simples soldats.

    • @ Alex : Mitterrand aimait se promener le long des quais (avec Jacques Attali, par exemple) et entrait chez quelque bouquiniste.

      FH reste cloîtré, sauf peut-être la nuit, en son Palais ou bien il se déplace très souvent à l’étranger où il ne risque pas d’être sifflé inconsidérément.

  10. Francesca dit :

    Certains ouvrent des yeux horrifiés lorsque je vante Stephen King, pourtant grand écrivain, auteur -sous son nom ou sous pseudonymes- de nombreux chefs-d’œuvre, tels Shining, Carrie, Salem, Cujo, Simetierre, Misery and so on, sans oublier des nouvelles qui nous plongent dans l’Amérique profonde, dans le Maine autour de Bangor où il vit.
    Il sait mieux que personne brosser des portraits d’enfants et d’adolescents confrontés aux beautés et aux horreurs de la vie.
    L’horreur, il connaît, comme il connaît la musique, présente dans toutes ses histoires.
    Lire les deux volumes « J’ai lu » intitulés « L’anatomie de l’horreur » où il parle de son itinéraire, révèle ses sources d’inspirations, dissèque ses lectures des grands maîtres, Ray Bradbury, Richard Matheson, Peter Straub qu’il dépasse en ajoutant sa féroce critique de la société libérale américaine.
    Il connaît et utilise tous les ressorts de l’écriture. Il dit qu’il a, très jeune, rêvé de décrire la nature humaine comme Zola dans « La bête humaine » ; c’est réussi !

    • @ Francesca : Un « roi » (son vrai nom) dans un domaine qu’il domine.
      Tu es une grande « fan » de son écriture et tu as raison de le défendre contre les ignorants ou les pince-nez de la « vraie » littérature.
      Même s’il a fait plus ou moins la moue, l’adaptation de son « Shining » par Kubrick est, elle aussi, dans un autre genre, un chef-d’œuvre… 😉

      • Francesca dit :

        Je trouve aussi. Une fois vu ce film, on ne l’oublie pas ; ni les exaspérants sanglots de la nana…bémol !
        En effet, S.K. avait trouvé le film froid et le personnage joué par Nicholson fou dès le début, loin de celui de son livre « qui sombre, entraîné peu à peu à assassiner sa famille » (lu dans Télérama du 30 oct 2013 lors de la venue de King à Paris). Il est toujours très attaché à l’étude des caractères de ses personnages et, longtemps dépendant de drogues, dont l’alcool, il connaît son sujet !

        @ Francesca : Ils avaient quand même un point en commun (outre l’amour du fantastique) : leurs initiales ! 😉 D.H.

  11. Alex dit :

    Vu sur internet, Stephen King est originaire du Maine, un délicieux morceau d’Amérique, mélange de vieille Angleterre et de vieille France, où accostaient les premiers bateaux d’Européens, d’ailleurs fort bien accueillis par les Indiens.

  12. Aunryz dit :

    Bon !
    [tu es/ferais un commercial hors pair (sourire)²]
    promis
    dans un temps vacant
    j’en essaie un
    (au marché de Buis, hors saison, les « J’ai Lu » sont à 1€)

  13. @ Aunryz : Quand aime un livre, un film, une vidéo, des poèmes, de la musique, de la peinture, de la photo, etc., quand on en parle (ou écrit ou vidéographie…), il y a alors forcément comme un côté « publicitaire ».
    Le principal, à mes yeux, est que ce soit sincère (et gratuit) !
    Et si à Buis (les Baronnies ?), c’est encore moins cher, tant mieux. 🙂

    • Aunryz dit :

      C’est tout le bon côté que tu évoques
      que je voulais mettre dans mes mots
      .
      Oui
      c’est Buis les Baronnies
      le bouquiniste est un roman à lui tout seul
      et ses prix sont très
      compréhensive
      ces livres donc
      préhensibles.

  14. @ Aunryz : très jolie commune… Bruxois qui mal y pense (ou y passe) !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :