Ré-visions particulières [1]

Net1_DH

Dans l’effroi du non-dit, tu t’avances à l’aveuglette. Des chemins escarpés bordent l’horizon que tu t’es fixé un jour. Les buissons ne semblent pas ardents comme au temps lointain de la Bible oubliée. Tu marches dans la solitude ombrée d’un infini firmament et tu repenses à l’écrivain dont la nuit dura tout le jour, sans répit et sans repos mais dont l’imagination servait de bâton guidant ses pas dans l’invraisemblable, l’inaccoutumé, l’inouï seulement par ceux qui n’ont pas l’écoute, les ignorants de l’écrit et les absents des lettres comme les ancêtres perdus dans les cimetières de l’abandon ciselé au milieu des corbeaux voraces et des rongeurs inlassables, tandis que le vent se lève au petit matin pour chasser les vagues empuanties d’algues vertes et non d’absinthe. Les fleuves mentaux se mélangent dans des tourbillons de couleur sombre au milieu des cris d’oiseaux déglingués, les plumes ramassées en chignons, la jungle n’est pas que d’asphalte, nul véhicule n’est utile ici, la montagne pourrait être magique si le soleil devenait noir soudain devant les regards médusés et circonspects, incroyants qui toucheraient les yeux de leurs amis pour voir s’ils reçoivent le même spectacle de fin du monde ou de monde de la fin tandis qu’une musique étrange s’élève par-dessus les arbres consentants, une mélopée antique rappelant la flûte égyptienne, un chant d’adieu que tu savoures dans la solitude palpitante d’un regret.

Net2_DH(Paris, rue Bichat, 10e, le 16 août. Cliquer pour agrandir.)

[ ☛ à suivre ]

Tagué ,

20 réflexions sur “Ré-visions particulières [1]

  1. brigetoun dit :

    que dire ? beau… oui, c’est cela, beau et vais méditant

  2. lanlanhue dit :

    petit texte extime…

  3. Voila qu’une  » musique étrange s’élève par-dessus les arbres consentants ».
    On trouve tout sur le NET, les nourritures terrestres et célestes sans doute, et un raton-laveur…

  4. Harlon dit :

    Je suit d’accord, le petit texte extime. Des foins, moins de moyens plus.
    Je m’excuse mon francais est moins de parfait. mais j’adore l’occassion de pratiquer et je me sens, sain et sait, de pratiquer ici, a cause de toi. Tendrement, Harlon

  5. Francesca dit :

    Merci de ce beau texte matinal qui aurait pu s’étendre encore, mais tu as dû te dire comme Isidore (merci nanamarton) au Chant 2 strophe 16 :
    « Il est temps de serrer les freins à mon inspiration, et de m’arrêter, un instant, en route… « 

  6. Alex dit :

    C’est beau !

  7. très belles photos au bout de la nuit

  8. PdB dit :

    (très souvent, j’ai remarqué que nos congénères aiment à se jeter dans le cadre de nos instantanés) allons (me dis-je) les réseaux ne sont pas si odieux (mais d’où viennent ces mots ?) (les alimentations sont générales, oui) (merci pour Dave Brubeck)

  9. @ Pdb : quand le cadre est celui d’une bicyclette, ce n’est pas gênant… Dave Brubeck, toujours là…

  10. Aunryz dit :

    [j’aime beaucoup]
    la joie des mots (?)
    que ta plume autorise
    au « bonheur fou »

    mais pas que.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :