Archives du 05/10/2016

« Beat Generation » revisitée [6]

Je retrouve sur les cimaises Henry Miller et Jack Kerouac qui ont tous les deux vécu et écrit (l’un en 1957, l’autre en 1962) à Big Sur (Californie), immensité océanique, tremplin ou planche nautique (Big Surf !) pour voguer sur les rêves, les entrelacs de l’esprit dévergondé, les flux et reflux des marées mentales, les parfums exotiques, les champignons aux petits oignons, les fumées et boissons aphrodisiaques, les images paradisiaques, les sensations hypocondriaques ou hystérisées, les torrents poétiques, les extases érotiques et historiques, les caresses du vent et la fuite ininterrompue des nuages en grappes de moutons, les routes qui défilent au rythme de la Plymouth et de sa radio de bord à deux boutons, les mots qui se font la guerre, la paix et l’amour, le soleil qui se mire dans les lunettes qu’il a créées lui-même pour se laisser approcher, les fiasques de whisky et le fiasco de la mélancolie, les frasques à la tombée de la nuit, les fresques bariolées hors des cavernes et sur les murs des villes, le bout incandescent des cigarettes qui n’acceptent que des extincteurs minuscules, la bouche au rouge-à-lèvres qui vient dans l’instant mettre au second plan toute littérature.

beat43_dh

beat44_dh

beat45_dh

beat46_dh

beat47_dh

beat48_dh

beat49_dh(Jean-Jacques Lebel, Portrait présumé d’Ezra Pound, 1962.)

beat50_dh(toutes les photos peuvent être agrandies.)

(Eagles, Hotel California)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , , ,