Archives du 08/11/2016

Dans son temple, j’irai adorer l’éther net

« Le spectaculaire diffus accompagne l’abondance des marchandises, le développement non perturbé du capitalisme moderne. Ici chaque marchandise prise à part est justifiée au nom de la grandeur de la production de la totalité des objets, dont le spectacle est un catalogue apologétique. Des affirmations inconciliables se poussent sur la scène du spectacle unifié de l’économie abondante ; de même que différentes marchandises-vedettes soutiennent simultanément leurs projets contradictoires d’aménagement de la société, où le spectacle des automobiles veut une circulation parfaite qui détruit les vieilles cités, tandis que le spectacle de la ville elle-même a besoin des quartiers-musées. Donc la satisfaction, déjà problématique, qui  est réputée appartenir à la consommation de l’ensemble est immédiatement falsifiée en ceci que le consommateur réel ne peut directement toucher qu’une succession de fragments de ce bonheur marchand, fragments d’où chaque fois la qualité prêtée à l’ensemble est évidemment absente. »

Guy Debord, La Société du spectacle, Buchet-Chastel, 1967 (pages 48-49).

temple1_dh

temple2_dh

On ne peut pas louper l’enseigne de Villiers-sur-Marne et ensuite il suffit de suivre la foule. Le dimanche, il y a plus de monde ici que dans les églises : dans son temple j’irai adorer l’éther net.

Les vendeurs sont les grands prêtres de la consommation, mais personne pour monter en chaire prêcher la bonne parole. On peut s’asseoir sur des tabourets devant des ordinateurs (avec des PC, toujours chercher la combinaison permettant d’accéder au @…) et obtenir, après des jeux variés de dominos, une vue en 3 D de la cuisine à aménager.

Je n’ai pas eu le temps de me mettre sous la langue une boulette de viande suédoise en guise d’hostie. Il fallait déjà retrouver le parking (gratuit), après quatre heures de recherches puis de déambulation dans le labyrinthe menant aux caisses : là, on peut scanner soi-même ses articles mais on n’est pas rémunéré en CDD.

Pour les regrets ou les remords à racheter, le service client fait office de confessionnal.

Là-bas, on aperçoit un coin de ciel bleu qui s’est infiltré au travers de quelques vitraux profanes.

Ikea missa est.

temple3_dh

temple4_dh(photos prises le 6 novembre. Cliquer pour agrandir.)

(Archie Shepp, Blasé)

Tagué , , ,