Montpellier pêle-mêle [11]

Ambuler (sans gyrophares bleus), déambuler, se laisser guider par les lampadaires alignés comme des cailloux lumineux égrenés par le petit Poucet, découvrir des noms de rues, des traces d’habitants célèbres disparus, ou de nouveaux dispensateurs de soins thérapeutiques – Montpellier est très « médicalisée » – marcher sans soucis, arriver au restaurant sur la petite place où viennent se fournir des types en scooters pour porter les pizzas délicieuses ailleurs, se sentir comme dans une ville hors du temps et des contingences de transport, imaginer ces parcours empruntés il y a des années ou des siècles par des personnages savants, sachant, poétisant, vivant ce qui leur tenait à cœur et puis qui ont disparu en laissant, malgré eux, une marque de leur passage, un parfum ou un souffle, une plaque de marbre ou une entaille dans la pierre, la nuit les réconciliant de son manteau uniforme et sans exclusive dans son chant silencieux.

montpellier81_dh

montpellier82_dh

montpellier83_dh

montpellier84_dh

montpellier85_dh

montpellier86_dh

montpellier87_dh

montpellier88_dh(cliquer pour agrandir les photos.)

(Claude Debussy, Clair de lune, par Kathia Buniatishvili)

[ ☛ à suivre ]

Tagué , , ,

10 réflexions sur “Montpellier pêle-mêle [11]

  1. brigetoun dit :

    belle évocation et belles images nocturnes (avec musique assortie) de cette ville de très longue science médicale (et botaniste en son temps puisque cela allait avec)

  2. @ brigetoun : Cette ville pourrait être un médicament…

  3. Elle aura été une po(r)tion de bonheur

  4. Alex dit :

    Vu sur Wikipedia, personnalités liées à Montpellier, la liste en est fort longue ! Vivacité de la province, méconnue des Parisiens !
    Photo n°7 : les profession para-médicales les plus étranges fleurissent dans les villes de province, d’une part les loyers sont moins chers, d’autre part loin de l’agitation parisienne, on a le temps de lire et de réfléchir hors des sentiers battus.

  5. @ Alex: il manque des plaques de voyantes et de généalogistes (mais je ne sais si cela soigne)…

  6. Francesca dit :

    Parmi les professionnels de la santé dûment diplômés se glissent sans doute quelques charlatans…
    L’agrandissement de la photo 2 fait hélas disparaître la chute de rein 🙂 de la sculpture dont ni le sujet ni l’auteur ne sont indiqués et le claveau de la belle porte en photo 4 n’incite guère à la pousser, mais la douce lumière dorée qui baigne les rues doit convenir à la confrérie discrète des chats ; non pas noirs, la nuit, mais gris, comme chacun sait…

  7. @ Francesca :
    – pas compris ta remarque sur la disparition de « la chute de rein » pour la photo 2 ;
    – sculpture sur la place Candolle, auteur : Jacques Augustin Dieudonné, titre : « Paradis perdu » (1882) ;
    – claveau de la porte 4 : sans doute que le « U » tout en haut correspond au nom anticipé du chanteur du même nom.

  8. Alex dit :

    @ DH : Jung s’intéressait beaucoup à la voyance, il avait observé que la cartomancie était un excellent truchement pour psychanalyser ses clientes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :