Cy Twombly, ainsi [4]

« L’art de TW – c’est là sa moralité – et aussi son extrême singularité historique – ne veut rien saisir ; il se tient, il flotte, il dérive entre le désir – qui, subtilement, anime la main – et la politesse qui lui donne congé ; s’il fallait à cet art quelque référence, on ne pourrait aller la chercher que très loin, hors de la peinture, hors de l’Occident, hors des siècles historiques, à la limite même du sens, et dire avec le Tao Tö King :

Il produit sans s’approprier,
Il agit sans rien attendre,
Son œuvre accomplie, il ne s’y attache pas,
et puisqu’il ne s’y attache pas,
son œuvre restera.

Roland Barthes (opus cité, page 720).

——-

Impressions et compressions sur l’œil, celui-ci se transforme en « scenic railway », du trait au compact, du gris à la couleur, le maelström des formes implante un manège d’arpèges insoupçonnés, les tons ne sont pas uniquement musicaux, le bleu pâle affronte le rouge, le citron est pressé en format carré, reliquats ou reliques d’apparitions/disparitions, de visions/aveuglements, de sensations/solarisations, de lectures/ouvertures, de feulements/défoulements : Cy Twombly laisse parler son inconscient, ses tableaux sont des divans, on s’y étend, on s’y entend, l’imagination ouvre grande la porte à l’interprétation qui sera toujours fausse et heureusement échappera à tout catalogue.

En quittant l’exposition du Centre Pompidou, la nuit offre la transition avec les toiles lumineuses ou à demi effacées, avec les sculptures étranges et les photos d’apparence trouble de TW. On trouve, juste à la sortie, dans la boutique par laquelle il est imposé de transiter, quantité de livres sur l’artiste (y compris celui de RB, recueil de ses deux articles rédigés en 1979) et aussi des étuis pour téléphones portables, ainsi que des sacs en tissu à la librairie du rez-de-chaussée du musée, avec reproduction de ses œuvres : mais qui saurait les reconnaître dehors ?

Ainsi, TW se promène, anonyme, dans la rue avec sans doute quelques « good vibrations » que l’on pourrait peut-être capter à l’aide d’une sensibilité particulière.

tw31_dh

tw32_dh

tw33_dh

tw34_dh

tw35_dh(photos : cliquer pour agrandir.)

[ ☛ FIN ]

Tagué , ,

20 réflexions sur “Cy Twombly, ainsi [4]

  1. brigetoun dit :

    Barthes, mais aussi vous, et combien, mettent sur cette oeuvre les mots que n’aurais su trouver – merci

  2. Alex dit :

    Je pensais à Fautrier, le fondateur de l’art informel, avant Dubuffet, et qui situe le début de cet art en 1928 (INA, Jalons, Ragon-Fautrier, sur les Otages).

  3. « … puisque c’est écrit » aurait dit un poète

  4. Francesca dit :

    Encore un très beau texte !
    Merci aussi pour la visite en librairie, qu’il faudra peut-être faire avant la visite de l’expo, pour en tirer le maximum de profit.

    • @ Francesca (cf. ma réponse d’hier… : je pense que les livres (ou les catalogues) doivent venir après. Il s’agit d’être « vierge » à l’entrée – donc il ne faudrait même pas lire ce blog avant ! 🙂

  5. @ Francesca : Mieux vaudrait lire après qu’avant – c’est comme ceux qui s’encombrent d’un « audio-guide » (quand on en propose, ce qui n’est pas le cas ici, je crois), instrument qui ne laisse plus aucune liberté au regard – et garder le plaisir de la découverte… 🙂

  6. Ditha dit :

    J’aime aussi ces mots sur la toile qui viennent la griffer comme une pensée fugitive.

  7. Alex dit :

    « Chacun sait, qu’il y a de nos jours, deux sortes de littérature : la mauvaise, qui se lit beaucoup, et la bonne, qui ne se lit pas. »
    Jean Paulhan

  8. Désormière dit :

    Je garde précieusement le gros catalogue de l’exposition à Avignon en 2007. Malgré les coquilles du texte de présentation et son usage hasardeux du plus-que-parfait. (Gallimard toutefois).

  9. Arlette A dit :

    Cette vibration évanescente que diffusent vous mots… merci de ce parcours en si bonne compagnie

  10. […] des impressions de course. Cy Twombly (déjà bien décrit et commenté par l’ami blogueur DH) est un personnage discret, j’en avais entendu parler la première fois lorsqu’il […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :