En ce jardin d’hiver

Le deuxième atelier d’écriture proposé par François Bon, après celui lancé le 30 novembre, propose cette fois-ci le thème intitulé : « du lieu, 2 | le mouvement, mais sans verbe ».

Voici ma contribution, parmi d’autres, publiée le 18 décembre sur le tiers livre.

___________

Bureau en haut, en bas le jardin. Jouer à l’interview, ses souvenirs de prof d’anglais, les élèves dissipés, un Harrap’s, le Carpentier-Fialip, des Shakespeare, des Milton, des Wilde, des Hemingway… sur les étagères. Une machine à écrire Underwood, apprivoisée plus tard.

La caméra en action, le magnétophone non synchronisé avec ses deux bandes ne tournant pas à la même vitesse. Un sourire, des lunettes sévères, souvenirs d’une après-midi l’hiver, et le titre du film Kodak en 8 mm (bobines en plastique jaune) : « Tante et plus ». Mon frère décrété « assistant » au metteur en scène. Nos quinze et seize ans.

Par la fenêtre, en conclusion de l’exercice, plan fixe en plongée sur le potager rectiligne, partagé par une allée, et un champ d’herbes folles jusque vers l’eau mystérieuses et attirante, séparée de la terre par un simple grillage. La maison de mon grand-père, à Vesoul (Haute-Saône), pris en photo avec sa femme Marie par mon père, tous les deux avec des poules dans les bras : cadre situé rue Aristide Briand.

Marches descendues, dehors l’air vif dans les bronches, les doigts presque rougis et gourds, bientôt l’expérimentation totale – à notre demande osée, une réponse positive du style « Yes ».

L’Ognon (rivière nommée ainsi) complètement couvert de glace. Les paires de patins enfilées avec leurs courroies en cuir, les pieds serrés. Dans l’élancement sur la surface blanche et réfléchissante, le pas des patineurs, quelques autres imprudents virevoltant, le frisson du danger, l’aile de l’inconscience enfantine ; un jour enfin, la découverte du film d’Eisenstein « Alexandre Nevski » avec la bataille contre les chevaliers teutoniques sur l’immense lac gelé.

grands-parents-photo-jh_dh(photo Jules Hasselmann. Cliquer pour agrandir.)

DOMINIQUE HASSELMANN*

Tagué , , , , , , , , , , , , , ,

26 réflexions sur “En ce jardin d’hiver

  1. annaurlivernenghi dit :

    Splendide,

  2. brigetoun dit :

    plaisir de le retrouver ce texte de l’enfant (et plaisir de le voir illustré)

  3. Alex dit :

    Délicieuse photo des arrières grands-parents ! Et prise sur le vif, pas apprêtée comme en studio ! Archaïque mais moderne par son côté écologique – les poules dans les bras. Un vent de fraîcheur venu du passé. Passion héréditaire de la photographie dans la famille Hasselmann…

    Une génération où on ne divorçait pas. On s’aimait, on s’engueulait, on sacrifiait tout pour les enfants qu’on voulait élever le plus haut possible – mais on restait ensemble pour la vie.

    • @ Alex : les poules (et les coqs) faisaient presque partie de la famille !

      • Alex dit :

        Une de mes tantes me racontait que les poules, élevées depuis la naissance, devenaient aussi familières qu’un chien ou un chat.
        Au grand amusement des enfants !

        @ Alex : ce sont des « animaux de compagnie » parfois surprenants ! D.H.

  4. K dit :

    Vraiment très beau !

  5. Godart dit :

    Belle description toute en retenue, un peu à la Perec.

  6. Solange Vissac dit :

    Ai bien fait de venir relire ce texte ici car il y a une photo en prime!

  7. Francesca dit :

    Cet infra-ordinaire touche au cœur !

  8. souvenir ému de la vallée de l’Ognon, enfance

  9. Denise dit :

    Merci pour vos mots et la photo. De beaux souvenirs. J’ai toujours un faible pour les anciennes photos de famille ou d’endroits.

  10. Arlette A dit :

    Tranche de vie arrêt sur image… tout est là et c’est simple et beau

    • E@ Arlette A : instantané revenu, mais le canal Saint-Martin à Paris n’est pas gelé, et les « Enfants de Don Quichotte » – un autre souvenir pour moi – fêtent demain, sous le nom des « Enfants du canal », leur dixième anniversaire !)…

      • Francesca dit :

        Oui, belle initiative de donner une radio aux sans abri. Hélas, rien n’a changé depuis dix ans… Question éminemment politique.

  11. @ Francesca : Un beau paradoxe car ils risquent d’apprendre, en mai 2017, grâce à leur radio, que la fille Le Pen a pris le pouvoir et la décision d’expulser vers l’Afghanistan tous les SDF de France. 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :