Archives du 10/02/2017

Fiat 500, rue des Archives de la mémoire

fiat-500-1_dh

Immanquablement, j’ai pensé hier à Giovanni Merloni quand j’ai remarqué cette minuscule Fiat 500 roulant dans Paris juste devant ma voiture, rue des Archives (3e) : elle est trop mignonne et semble toujours s’être évadée d’un film italien.

Au nom de la « dépollution », comme indiqué sur la camionnette de la première photo, on n’en verra bientôt plus une seule dans les rues de la capitale, comme sont d’ailleurs bannis dorénavant tous les véhicules à moteur antérieurs à 1997.

En revanche, on n’a pas encore interdit les usines avec leurs cheminées puantes, les métros qui freinent sans ridicule mais avec particules dans les stations, les bus à 70 % non encore « hybrides » (vive le mélange des genres !) ni les TGV, ni les avions qui décollent ou atterrissent impunément sur les tarmacs d’Orly et de Roissy.

Mais haro sur le baudet contribuable à quatre roues (les engins fonctionnant au diesel ne pourront plus rouler dès 2020 dans Paris), et on devra acheter une voiture électrique (vive les centrales nucléaires comme celles de Flamanville ou Fessenheim) pour parcourir 200 km au maximum sans devoir rebrancher sa batterie comme un vulgaire ordi.

Il nous reste donc quand même ces merveilles de souvenirs, la rue des Archives de la mémoire – cinéphile ou littéraire – et pourquoi alors s’attrister (Fiat lux !), prenons tout cela avec philosophie.

Objets animés, avez-vous donc une âme ?

fiat-500-2_dh(photos : cliquer pour agrandir.)

Tagué , , , , , , , ,